Comment le commoning peut-il faire émerger une infrastructure en tant qu’espace de professionnalisation artistique ? Le cas d’un artist-run space - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2023

How can commoning help an infrastructure to emerge as a space for artistic professionalization ? The case of an artist-run space

Comment le commoning peut-il faire émerger une infrastructure en tant qu’espace de professionnalisation artistique ? Le cas d’un artist-run space

Abstract

The cultural commons emerged in the 2000 s as a reaction to the extension of intellectual property. Commoners defend free culture organized via online communities, and promote amateur practices against the professionalization model imposed by the cultural and creative industries. Parallel to this movement, professionals in the artistic and cultural sector are defending an alternative, non-market professionalization, organized collectively on the basis of self-management principles. Since the 1970 s, communities of artists have been demanding the autonomous and collective use and management of intermediate and independent spaces, or artist-run spaces. What unites these spaces is the desire of artists to control spaces of professionalization based on self-management. These professional demands have never before been studied from the perspective of the cultural commons, whose original motive for action focused on the free circulation of works and the promotion of amateur artistic practices. The thesis brings together the organizational models defended by professionals asserting their independence with the cultural commons movement. Specifically, the thesis considers the deontological referents mobilized by these professionals as structuring elements of commoning dynamics in the artistic sector. The theoretical framework of the thesis brings together the theory of the commons with the spatial turn in studies of organization and studio studies to analyze how artists collectively organize creative spaces in the service of an alternative professionalization, aside the one driven by the art market and/or public institutions. The thesis is based on a monographic, longitudinal study of an artists' collective (the Wonder) whose organization evolves in step with the temporary occupancy of the buildings housing their studios. The community studied seeks to organize a sufficiently long-term use of the building to allow the installation of specialized professional equipment. An infrastructure of professionalization emerges, as a shared resource, managed collectively, whose operation can be illuminated by the theory of the commons. The results show how the commoning processes specific to the artists' collective constitute dynamics of professionalization that integrate deontological claims through the management of a cultural infrastructure. The study of the spatialization of the commoning of professionalization sheds light on the diversity of practices that constitute the infrastructure beyond the rules of use. The thesis makes a contribution to the field of cultural commons, offering elements of understanding relative to their organization in a professionalization perspective.
Les communs culturels émergent, dans les années 2000, en réaction à l’extension de la propriété intellectuelle. Les commoners défendent la culture libre qui s’organise via des communautés en ligne, et valorisent les pratiques en amateur contre le modèle de professionnalisation imposé par les industries culturelles et créatives. Parallèlement à ce mouvement, des professionnels du secteur artistique et culturel défendent une professionnalisation alternative, non marchande, organisée collectivement sur la base de principes auto-gestionnaires. Dès les années 1970, des communautés d’artistes revendiquent l’usage et la gestion autonome et collective de lieux intermédiaires et indépendants ou d’artist-run spaces. Ce qui rassemble ces lieux est la volonté des artistes de maîtriser des espaces de professionnalisation issus de l’auto-gestion. Ces revendications professionnelles n’ont encore jamais été étudiées depuis la perspective des communs culturels, dont le mobile d’action se concentre à l’origine sur la libre circulation des œuvres et la promotion des pratiques artistiques en amateur. La thèse rapproche les modèles organisationnels défendus par les professionnels revendiquant leur indépendance du mouvement des communs culturels. Précisément, la thèse considère les référents déontologiques mobilisés par ces professionnels comme des éléments structurants des dynamiques de commoning dans le secteur artistique. Le cadre théorique de la thèse rapproche la théorie des communs du tournant spatial en sciences de gestion et des studio studies pour étudier comment des artistes organisent collectivement des espaces de création au service d’une professionnalisation alternative, en marge de celle pilotée par le marché de l’art et/ou les institutions publiques. La thèse s’appuie sur l’étude monographique et longitudinale d’un collectif d’artistes (le Wonder) dont l’organisation évolue au rythme des occupations temporaires de bâtiments qui abritent leurs ateliers. La communauté étudiée cherche à organiser un usage du bâtiment de suffisamment longue durée pour permettre l’installation de moyens matériels professionnels spécialisés. Une infrastructure de professionnalisation émerge, comme ressource partagée, gérée collectivement, dont le fonctionnement peut être éclairé par la théorie des communs. Les résultats montrent comment les processus de commoning propres au collectif d’artistes constituent des dynamiques de professionnalisation qui intègrent des revendications déontologiques à travers la gestion d’une infrastructure culturelle. L’étude de la spatialisation du commoning de professionnalisation permet d’éclairer la diversité des pratiques qui constituent l’infrastructure au-delà des règles d’usage. La thèse apporte une contribution au champ des communs culturels, en offrant des éléments de compréhension relatifs à leur organisation dans une perspective de professionnalisation.
Fichier principal
Vignette du fichier
These_AUFRERE_Laura_CEPN_USPN_2023_def.pdf (48.56 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-04573262 , version 1 (13-05-2024)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04573262 , version 1

Cite

Laura Aufrère. Comment le commoning peut-il faire émerger une infrastructure en tant qu’espace de professionnalisation artistique ? Le cas d’un artist-run space. Sciences de l'Homme et Société. Université Sorbonne Naris Nord, 2023. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-04573262⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More