Poursuivre la lutte contre le régime franquiste malgré l’enfermement : les combats des militants des Commissions ouvrières incarcérés à Carabanchel entre 1970 et 1975 - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Histoire@Politique : revue du Centre d'histoire de Sciences Po Year : 2024

Continuing the fight against Franco’s regime despite imprisonment. The struggles of Workers’ Commissions activists imprisoned in Carabanchel between 1970 and 1975

Poursuivre la lutte contre le régime franquiste malgré l’enfermement : les combats des militants des Commissions ouvrières incarcérés à Carabanchel entre 1970 et 1975

Abstract

By placing the individual at the centre of historical analysis, in order to shed light on the causes and consequences of collective phenomena, we examine the conditions and consequences of the imprisonment of leaders of the Workers' Commissions, a trade union in the vanguard of the fight against Francoism. The aim of this study is to contribute to a deeper analysis of the workers' movement and its impact on the fall of the Franco regime. The fight against the dictatorship by these opponents continued during their years in prison, taking other forms and adapting to the conditions of the struggle. The two main thrusts of this new struggle were the demand for recognition of the status of political prisoner for activists locked up by the regime, and the media coverage of political trials showing the true face of a dictatorship that was still very much in place but was cracking on all sides. The imprisonment of political opponents thus backfired on the dictatorship: while it constrained dissenting voices, it did not allow them to be silenced, and their constantly renewed struggle helped to shed a little more light on the regime's authoritarianism.
C’est en replaçant l’individu au centre de l’analyse historique pour éclairer les causes et les conséquences de phénomènes collectifs, que nous nous penchons sur les conditions et les conséquences de l'enfermement de dirigeants des Commissions Ouvrières, syndicat à l’avant-garde de la lutte contre le Franquisme. Cette étude prétend contribuer à l'approfondissement de l’analyse du mouvement ouvrier et de son impact sur la chute du régime franquiste. Le combat contre la Dictature de ces opposants s’est poursuivi pendant leurs années d’incarcération, prenant d’autres formes et s’adaptant aux conditions de la lutte. Les deux principaux axes de ce nouveau combat étaient la demande de reconnaissance du statut de prisonnier politique des militants enfermés par le régime, et la médiatisation des procès politiques montrant le vrai visage d’une dictature toujours bien présente mais se fissurant de toutes parts. L’enfermement des opposants politique se retournait ainsi contre la Dictature : s’il contraignait les voix divergentes, il ne permettait pas de les réduire au silence, et leur lutte sans cesse renouvelée permettait de mettre un peu plus en lumière l’autoritarisme du régime.
Fichier principal
Vignette du fichier
histoirepolitique-17620_VRobledaSudre_Epreuves.pdf (217.62 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04617974 , version 1 (19-06-2024)

Licence

Identifiers

Cite

Virginie Robleda Sudre. Poursuivre la lutte contre le régime franquiste malgré l’enfermement : les combats des militants des Commissions ouvrières incarcérés à Carabanchel entre 1970 et 1975. Histoire@Politique : revue du Centre d'histoire de Sciences Po, A paraître, Les lieux de privation de liberté, des lieux politiques (XIXe - XXe siècle), 52 (52), ⟨10.4000/11vu5⟩. ⟨hal-04617974⟩
0 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More