L’institutionnalisation de l’agriculture urbaine à Quito : vers la formalisation d’un « droit à la ville » ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Territoire en mouvement. Revue de Géographie et d'Aménagement Year : 2024

The Institutionalization of Urban Agriculture in Quito: Towards the Formalization of a "Right to the City"?

L’institutionnalisation de l’agriculture urbaine à Quito : vers la formalisation d’un « droit à la ville » ?

Abstract

Since the 1990s, the promotion of urban agriculture by international organizations has led to the development of several programs in Latin American metropolises. In Quito, the capital of Ecuador, the implementation of the Agrupar program is particularly interesting due to the long-standing presence of agriculture and its significant stigmatization. This article explores whether the institutionalization of urban agriculture in Quito contributes to the formalization of a "right to the city." To do this, I examine, on one hand, the conditions under which Agrupar farmers are integrated into the urban space, and on the other hand, their actual participation in the production of the city. The study is presented in two phases and at two scales of analysis, referring to different objects of study: Agrupar as a discursive and normative framework at the city level, and the practices of three farmer collectives at the neighborhood level. The principal argument is that the Agrupar program does not constitute a policy of the right to the city, but it does act as a catalyst for collective action, potentially leading to "de facto right to the city" actions. The urban strategies of the farmer collectives demonstrate that integration into the city and participation in the production of everyday spaces remain central issues in popular neighborhoods, necessitating a genuinely rethinking of the interactions between urban residents and development actors.
Depuis les années 1990, la promotion de l’agriculture urbaine par les organisations internationales a donné naissance à plusieurs programmes dans les métropoles latino-américaines. À Quito, capitale de l’Équateur, la mise en place du programme Agrupar est particulièrement intéressante en raison de l’ancienneté de l’agriculture et de sa forte stigmatisation. Cet article interroge si l’institutionnalisation de l’agriculture urbaine à Quito contribue à la formalisation d'un « droit à la ville ». Pour cela, j’explore, d'une part, les conditions d'intégration des agriculteur·rice·s d’Agrupar dans l’espace urbain, et d'autre part, leur participation réelle à la fabrique de la ville. L’étude est structurée en deux temps et à deux échelles d’analyse, en référence à différents objets d’étude : Agrupar comme cadre discursif et normatif à l’échelle de la ville, et les pratiques de trois collectifs d’agriculteur·rice·s au niveau des quartiers. L’argument central est que le programme Agrupar ne constitue pas une politique de droit à la ville, mais qu’il agit toutefois comme un catalyseur de l’action collective, pouvant conduire à des actions de « droit à la ville de fait ». Les stratégies citadines des collectifs d’agriculteur·rice·s montrent ainsi que l’intégration à la ville et la participation à la production des espaces du quotidien restent des enjeux centraux dans les quartiers populaires, ce qui implique de repenser véritablement les interactions entre les citadins et les acteurs du développement.
Fichier principal
Vignette du fichier
tem-11475.pdf (1.78 Mo) Télécharger le fichier
Origin Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-04617820 , version 1 (19-06-2024)

Licence

Identifiers

  • HAL Id : hal-04617820 , version 1

Cite

Kelly Redouté. L’institutionnalisation de l’agriculture urbaine à Quito : vers la formalisation d’un « droit à la ville » ? : Étude du cadre discursif, normatif et des pratiques locales. Territoire en mouvement. Revue de Géographie et d'Aménagement, 2024. ⟨hal-04617820⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More