De la construction d’un objet d’étude : « mettre en savoir » les pratiques langagières du ukuhlonipha/isihlonipho - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2024

Shaping an object of study: reducing to knowledge (mettre en savoir) the sociolinguistic practices of ukuhlonipha/isihlonipho

De la construction d’un objet d’étude : « mettre en savoir » les pratiques langagières du ukuhlonipha/isihlonipho

Abstract

Cette communication propose de considérer, dans une perspective historique, les manières dont les pratiques langagières dites du « ukuhlonipha » ou « isihlonipho » en Afrique du Sud ont pu être construites comme un objet d’étude privilégié des études sur le langage. En langues xhosa ou zoulou, le verbe « ukuhlonipha » renvoie à l’action de montrer du respect ou au fait d’agir respectueusement (Tshabe & Shoba 2006 : 775 ; Doke et al. 1990 : 334–335). Pour la communauté scientifique initiée, les termes « ukuhlonipha », « isihlonipho » ou même « hlonipha », renvoient directement à des pratiques langagières d’évitements. Ils se réèrent plus généralement à un ensemble de pratiques qui ont pour objectif, à partir de stratégies d’évitements qui se réalisent principalement par le langage, de marquer le respect tel qu’il est conçu dans les sociétés xhosaphones, zoulouphones, swaziphones, ndebelephones et sothophones (sous la forme hlonepha) en Afrique australe (Kunene 1958, Raum 1973, Finlayson 1982, Irvine & Gunner 2018). Cette communication propose alors de discuter de la production et de la circulation des savoirs autour du ukuhlonipha/isihlonipho à la manière d’une anthropologie des connaissances (Moity-Maïzi 2011 ; Arellano Hernández, Arvanitis & Vinck 2012) appliquée au contexte sud-africain. Ainsi, en prenant acte du principe de rétablissement historique ou historical recovery (Deumert 2020), cette communication abordera la circulation de savoirs et les processus de « mise en savoir » en lien avec ce qui est nommé « ukuhlonipha » ou « isihlonipho », en explorant un corpus de sources anglophones dites exogènes (contributions de missionnaires, d’agents coloniaux et de savants de cabinets) produites aux 19e et 20e siècles. Du contexte colonial sud-africain jusqu’aux cercles intellectuels européens, cette communication tentera de démontrer les processus idéologiques qui sont responsables de la construction du « hlonipha » comme un objet d’étude focalisé sur le langagier.
No file

Dates and versions

hal-04431617 , version 1 (01-02-2024)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : hal-04431617 , version 1

Cite

Hermelind Le Doeuff. De la construction d’un objet d’étude : « mettre en savoir » les pratiques langagières du ukuhlonipha/isihlonipho. Ethnolinguistique - Anthropologie linguistique : Histoires et état des lieux, SHESL, Jan 2024, Paris, France. ⟨hal-04431617⟩
19 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More