L’expérience passée du sociologue comme archive incorporée. Remarques sur une méthode illégitime - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2021

The past experience of sociologist as an incorporated archive. Remarks on an illegitimate method

L’expérience passée du sociologue comme archive incorporée. Remarques sur une méthode illégitime

Gildas Loirand

Abstract

Gildas Loirand's chapter is entitled "The sociologist's past experience as an incorporated archive. Remarks on an illegitimate method”. His point could be summed up as follows: during their field surveys, whether based on observation or on participation, a majority of sociologists act as if they understood the positions and dispositions of the "natives" they study, without however explaining their relationship to a methodological distance which, according to the author, prevents them from understanding by body what the native experiences and has experienced during his socialization (the example of learning to boxing by Loïc Wacquant is quoted). In order to circumvent this pitfall, Loirand proposes a "sociology carried out a posteriori" which focuses on a kind of bodily anamnesis, during which the native's bodily capital becomes interpretable as soon as the latter manages to apply, methodically , a socio-analysis. To illustrate the interpretation of this incorporated archive, Loirand explains the sociological link he maintains with his past as a high-level parachutist: “the awakening of my old experiences […] the affects and representations that had once been mine [ …] guided my classification and categorization games […] [and] it was […] these experiential feelings which, re-enacted by memory, subsequently favored the interpretation of statistical data”. This sums up the principle of an “a posteriori sociology”. However, Loirand never ceases to question the legitimacy of his approach, since many sociologists whose work concerns "physical and sporting activities" prefer to keep their "indigenous habitus" silent, perhaps to appear irreproachable in their methodology ( Bruno Papin with sports gymnastics, Gilles Raveneau with diving, etc.). It is therefore with humility that Gildas Loirand defines his approach as "promoted access to field data" and an "interpretative resource", the long time of the practice of parachuting facilitating his understanding of what other practitioners really thought of this sport about dangerous driving. And to conclude his demonstration: “it is […] through its ability to refute previous interpretations proposed by analysts whose experience is only that acquired during the time of their investigation, or even none, that the mode of treatment of the 'incorporated archive of indigenous experience can contribute to knowledge'. Thus, with his “a posteriori sociology”, Gildas Loirand encourages students and social science researchers alike to methodically analyze their own “indigenous habitus”, which would diversify the fields and, consequently, sociological knowledge. (Summary by Sacha Demazy, https://journals.openedition.org/lectures/49603)
Le chapitre de Gildas Loirand s’intitule « L’expérience passée du sociologue comme archive incorporée. Remarques sur une méthode illégitime ». Son propos pourrait se résumer ainsi : lors de leurs enquêtes de terrain, qu’elles soient basées sur l’observation ou sur la participation, une majorité de sociologues font comme s’ils comprenaient les positions et les dispositions des « indigènes » qu’ils étudient, sans pour autant expliciter leur rapport à une distanciation méthodologique qui, d’après l’auteur, les empêche de comprendre par corps ce que l’indigène éprouve et a éprouvé au cours de sa socialisation (l’exemple de l’apprentissage de la boxe par Loïc Wacquant est cité). Afin de contourner cet écueil, Loirand propose une « sociologie réalisée a posteriori » qui s’axe sur une sorte d’anamnèse corporelle, au cours de laquelle le capital corporel de l’indigène devient interprétable dès que ce dernier parvient à appliquer, avec méthode, une socio-analyse. Pour illustrer l’interprétation de cette archive incorporée, Loirand explique le lien sociologique qu’il entretient avec son passé de parachutiste de haut niveau : « le réveil de mes anciennes expériences […] les affects et les représentations qui avaient autrefois été les miens […] ont orienté mes jeux de classement et de catégorisation […] [et] ce sont […] ces sentiments expérientiels qui, remis en scène par la mémoire, ont par la suite favorisé l’interprétation des données statistiques ». Voilà résumé le principe d’une « sociologie a posteriori ». Pour autant, Loirand ne cesse de s’interroger sur la légitimité de son approche, puisque de nombreux sociologues dont les travaux concernent les « activités physiques et sportives » préfèrent taire leur « habitus indigène », peut-être pour paraître irréprochables dans leur méthodologie (Bruno Papin avec la gymnastique sportive, Gilles Raveneau avec la plongée, etc.). C’est donc avec humilité que Gildas Loirand définit sa démarche comme « un accès favorisé aux données du terrain » et une « ressource interprétative », le temps long de la pratique du parachutisme facilitant sa compréhension de ce que pensaient réellement les autres pratiquants de ce sport à propos des conduites dangereuses. Et de conclure sa démonstration : « c’est […] par sa capacité à réfuter des interprétations antérieures proposées par des analystes n’ayant pour expérience que celle contractée sur le temps de leur enquête, voire aucune, que le traitement sur mode de l’archive incorporée d’une expérience indigène peut apporter à la connaissance ». Ainsi, avec sa « sociologie a posteriori », Gildas Loirand encourage les étudiants comme les chercheurs en sciences sociales à analyser avec méthode leur propre « habitus indigène », ce qui diversifierait les terrains et, par conséquent, la connaissance sociologique. (Résumé par Sacha Demazy, https://journals.openedition.org/lectures/49603)
Fichier principal
Vignette du fichier
Pages de 277 à 306 - Texte Loirand G..pdf (352.32 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04066646 , version 1 (12-04-2023)

Licence

Identifiers

  • HAL Id : hal-04066646 , version 1

Cite

Gildas Loirand. L’expérience passée du sociologue comme archive incorporée. Remarques sur une méthode illégitime. Sébastien Fleuriel; Jean-François Goubet; Stéphan Mierzejewski; Manuel Schotté. Ce qu’incorporer veut dire, Presse Universitaires du Septentrion, pp.237-261, 2021, Épistémologie des Sciences Sociales, 978-2-7574-3240-2. ⟨hal-04066646⟩
97 View
85 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More