Les cendres issues de l’incinération de farines animales : déchets ou produits valorisables ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Environnement, Ingénierie & Développement Year : 2005

Les cendres issues de l’incinération de farines animales : déchets ou produits valorisables ?

Éric Deydier
  • Function : Author
  • PersonId : 1094289
Bruno Durand
  • Function : Author
  • PersonId : 1050434

Abstract

Since the widespread occurrence of bovine spongiform encephalopathy (BSE) in the 1990’s in Europe, Meat and bone meal (MBM) have been banned from animal feed and must be safely disposed of or transformed. Among the different processes studied, valorisation of MBM can be realised by a thermal treatment. Even if MBM combustion releases high energy, incineration produces huge amounts of ashes (20 to 35% of the initial weight depending of their origin), the valorisation of which could become a major concern. In France for example, with nearly 850 000 t of MBM produced each year, ashes production would exceed 150 000 t/year. Combustion ashes present high level of Calcium (nearly 31% weight) and phosphates (around 56% weight). X ray diffraction analysis of ashes show the presence of calcium phosphates mainly as a mixture of Ca10(PO4)6(OH)2 and b-Ca3(PO4)2. In our search for new valorisation ways, we show that ashes display high lead uptake capacity in water (about 275 mg/g of ashes) and could then be used for pollution remediation. This work also underlines that MBM ashes can present a phosphate source for industries (phosphoric acid production, agricultural soil enrichment…).
Depuis l’épizootie d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) en Europe dans les années 90, les farines animales de viande sont retirées de l’alimentation pour bétail et doivent être détruites ou transformées. Parmi les différentes solutions envisagées, l’incinération offre une perspective de valorisation thermique en exploitant le fort pouvoir calorifique supérieur des farines animales. Cependant, même si leur combustion est une source importante d’énergie, l’incinération produirait de grandes quantités de cendres (20 à 35 % du poids initial selon leur origine). A l’échelle de la France par exemple, la production annuelle de farines animales est d’environ 850 000 t. Dans le cadre d’une incinération systématique, la quantité de cendres produites (plus de 150 000 t/an) poserait la question de leur valorisation. Les cendres de combustion présentent des teneurs élevées en calcium (proche de 31 % en masse) et en phosphates (environ 56 % en masse). L’analyse par diffraction des rayons X montre la présence de phosphates de calcium, un mélange majoritairement constitué de Ca10(PO4)6(OH)2 et β-Ca3(PO4)2. Parmi les différentes voies de valorisation envisagées, nos travaux démontrent que les cendres de farines animales présentent une forte capacité à immobiliser le plomb (environ 275 mg/g de cendres) en solution, permettant d’envisager un débouché dans l’environnement. Ces travaux démontrent également qu’elles peuvent être considérées comme source de phosphate pour l’industrie (production d’acide phosphorique, engrais …).
Fichier principal
Vignette du fichier
1_deydier.pdf (363.88 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03175741 , version 1 (21-03-2021)

Licence

Identifiers

Cite

Éric Deydier, Richard Guilet, Chantal Damia, Bruno Durand. Les cendres issues de l’incinération de farines animales : déchets ou produits valorisables ?. Environnement, Ingénierie & Développement, 2005, N°39 - 3ème Trimestre 2005, pp.4-8. ⟨10.4267/dechets-sciences-techniques.1961⟩. ⟨hal-03175741⟩
42 View
768 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More