L'agriculture libre Les outils agricoles à l'épreuve de l'open source - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Techniques et culture Year : 2017

L'agriculture libre Les outils agricoles à l'épreuve de l'open source

Abstract

Are the founding principles of open source – the ability to share, distribute, modify and reproduce information – transferable to agriculture? If in the computer field, free software is now a reality, this paper examines whether and how agricultural tools can be created and disseminated through ‘free’ processes. We look at two case studies: a management software for farmers developed by – and called – Ekylibre; and a cooperative that provides farmers with machines that can be self-constructed, l’Atelier Paysan. Both structures are studied by retracing their history and form of organization, studying how they enact the principles of open source, and by describing their tools within their economic and political context. Ekylibre and Atelier Paysan refer both to the open source movement and are devoted to knowledge sharing - knowledge that is disseminated via websites, demonstrations, trainings, and forums. They are both structures that are closely related to communities of users. However, at a closer look, we observe that the social architecture, the materiality and the economics of the tools developed by Ekylibre and Atelier Paysan differ. In the academic literature, open source is usually conceptualized as a political and ethical project, depending on a specific form of sociability and community. The article argues that we need to empirically describe and analytically problematize how open source is materialized in individual cases. If we can see open source tools as political objects, the term political does not refer to the same thing. While Ekylibre and Atelier Paysan are both related to user communities, they are organized and ‘economicized’ differently. The idea of open source is not only, in practice, translated into tools that aim to be free, shareable, collective, etc. We need, so we argue, to examine how and to what extent open source tools can be qualified as such and thereby show what the term ‘political’ signifies from case to case.
Les principes fondateurs de l’open source – la capacité de partager, distribuer, modifier et reproduire des informations – sont-ils transposables à l’agriculture ? Si dans le domaine informatique, les logiciels libres sont maintenant une réalité, cela est-il transposable au domaine de l’agriculture ? Cet article examine l’hypothèse et la manière de créer et de diffuser des outils agricoles à travers des processus « libres ». Deux cas d’étude seront présentés : un logiciel de gestion pour les exploitants agricoles développé par la société éponyme, Ekylibre ; et une coopérative qui développe auprès des agriculteurs des techniques d’auto-construction d’outils agricoles, l’Atelier Paysan. Ces deux structures seront étudiées à travers leur histoire et leur forme d’organisation, la façon dont elles mettent en pratique les principes de l’open source, et en décrivant les outils qu’ils fabriquent dans leur contexte économique et social. Ekylibre et l’Atelier Paysan se réfèrent tous les deux au mouvement open source et s’investissent dans le partage des connaissances – lesquelles sont diffusées via des sites web, des démonstrations, des formations, et des forums. Ce sont des structures intimement liées à des communautés d’utilisateurs. Toutefois, en y regardant de plus près, on s’aperçoit que l’architecture, la matérialité et l’aspect financier des outils développés par Ekylibre et l’Atelier Paysan présentent des différences. Dans la littérature académique, l’open source est généralement conceptualisé comme un projet politique et éthique, tributaire d’une forme de sociabilité et de communautarité bien particulière. L’article montre qu’il faut problématiser et détailler davantage en retraçant empiriquement comment l’open source se matérialise au cas par cas. Si on peut concevoir certains outils comme des objets politiques, le terme politique ne renvoie pas à la même chose. Bien que Ekylibre et l’Atelier Paysan soient tous les deux liés à des communautés d’usagers, ces dernières sont organisées différemment et les échanges monétaires se font de façon distincte. L’idée d’open source ne se traduit, dans la pratique, pas seulement par des outils visant à être libres, partageables, collectifs, etc. Il faut aussi, selon nous, examiner de quelle manière et jusqu’à quel degré des outils open source peuvent être qualifiés comme tel et ainsi préciser ce qu’on entend par “politique” au cas par cas.
Fichier principal
Vignette du fichier
L’agriculture libre HAL.pdf (1.06 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-02374528 , version 1 (21-11-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02374528 , version 1
  • PRODINRA : 414261

Cite

Quentin Chance, Morgan Meyer. L'agriculture libre Les outils agricoles à l'épreuve de l'open source. Techniques et culture, 2017, 67, pp.1-23. ⟨hal-02374528⟩
657 View
259 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More