L’analyse linguistique au service de la traduction en anglais de l’imparfait narratif français - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2016

L’analyse linguistique au service de la traduction en anglais de l’imparfait narratif français

Abstract

This paper focuses on the translation of the French narrative imparfait into English. It aims at analyzing the underlying linguistic parameters that are more or less consciously taken into account in the translation process. The proximity between the narrative imparfait and the passé simple explains why this imparfait has sometimes been regarded as a perfective form in its own right. Such an approach has the advantage of providing a linguistic justification for the orthonymic use of the simple past in English: indeed a grammatically perfective form is thereby used not only in English but also in French. Yet this analysis presents the major drawback of setting at naught the very justification of the narrative imparfait whose stylistic value is precisely due to the rough interaction between a context requiring the use of a perfective form and the emergence of an imperfective form which is totally at variance with such requirement. This study is based on the Guillaumian psychomecanic approach of grammatical aspect according to which the imparfait presents an imperfective image of the time event whatever its use in discourse. It aims at highlighting the translator’s orthonymic choice and assessing the semantic loss thus entailed when translating one language into another.
Selon la plupart des analyses, l'imparfait dit «narratif» puise toute sa force expressive de la tension générée par deux forces diamétralement opposées : la perfectivité du passé simple, auquel il s'apparente, et l'imperfectivité de l'imparfait. D'où la tentation de considérer l'imparfait narratif comme un être hybride, investi à la fois des caractéristiques de l'imparfait classique et du passé simple. Selon la formulation de Jacques Bres, « de l'imparfait, il aurait la forme mais pas le sens, la couleur mais pas le goût : il le serait sans l'être » (1999 : 5). Le rapprochement aspectuel parfois opéré en contexte narratif entre l'imparfait et le passé simple est essentiellement dû au rôle joué par le procès à l'imparfait dans la chronologie événementielle : l'imparfait participe comme le passé simple à la progression narrative. Cela explique en grande partie pourquoi l'imparfait narratif est le plus souvent traduit en anglais par le prétérit simple, temps de la narration par excellence. L'exigence de l'orthonymie semble prévaloir dans ces cas : le processus de traduction se scinde en une phase de déverbalisation (les mots s'effacent pour laisser place à la conceptualisation expérientielle) suivie d'une phase de reverbalisation (la représentation phénoménale est convertie en mots) : « le traducteur "oublie" TD [Texte de Départ] au profit de la représentation phénoménale que TD a fait naître et de cette représentation se forge une conceptualisation, autorisée par LA [Langue d'Arrivée] » (Chevalier et Delport, 1995 : 14). C'est la formulation la plus naturelle, la plus spontanée qui est retenue dans la langue d'arrivée. La substitution d'une forme imperfective (voir infra, § 1.1.) dans la langue de départ par une forme perfective dans la langue d'arrivée entraîne alors une perversion de valeurs. Le choix entre l'imperfectivité et la perfectivité correspond à une visée d'effet fondamentalement distincte. Cette distorsion aspectuelle dictée par des considérations essentiellement orthonymiques n'est toutefois pas systématique : la langue d'arrivée reproduit parfois le calque verbal de la langue de départ. Ces entorses par rapport à la norme incitent alors à reconsidérer le rôle accordé à l'orthonymie.

Domains

Linguistics
Fichier principal
Vignette du fichier
Traduction en anglais de l’imparfait narratif français.pdf (438.04 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01890649 , version 1 (14-10-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01890649 , version 1

Cite

Yves Bardière. L’analyse linguistique au service de la traduction en anglais de l’imparfait narratif français. Catherine Delesse, Maryvonne Boisseau, Catherine Chauvin, Yvon Keromnes. Linguistique et traductologie : les enjeux d’une relation complexe, Artois Presses Université, pp.127-142, 2016, 9782848322445. ⟨hal-01890649⟩

Collections

UGA LIDILEM
59 View
201 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More