Éclipse, exil et survie du roman criminel sous le IIIe Reich - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Belphegor Year : 2010

Éclipse, exil et survie du roman criminel sous le IIIe Reich

Vincent Platini

Abstract

La situation du roman policier durant la période d’avant-guerre en Allemagne nazie, bien que problématique, a longtemps été ignorée. Aussi bien la critique de l’époque que les récentes études ont souvent refusé d’examiner sérieusement un pan non négligeable de la production littéraire des années 1930. La dévalorisation esthétique s’explique fréquemment par des considérations idéologiques. En effet, durant la République de Weimar, le Krimi et ses apparentés se sont parés d’un aspect contestataire face à un régime politique déconsidéré, notamment, par les dysfonctionnements de la justice. Avec l’arrivée de Hitler au pouvoir, comment a pu subsister une littérature qui avait l’habitude de jeter le discrédit sur la police et de valoriser la justice populaire ? Le bouleversement judiciaire et les lois dictatoriales ont largement transformé le statut et l’image des forces de l’ordre comme des criminels. On peut se demander dans quelle mesure la littérature policière s’est conformée à cette révolution idéologique. A-t- elle été asservie par le régime nazi – donc « contaminée » aux yeux de la postérité – ou s’est-elle obstinée dans l’ancien univers policier ? On pourrait s’imaginer que la tentation fut forte d’instrumentaliser cette littérature de masse, au même titre que les autres divertissements populaires. Néanmoins, le mode de production propre à ces romans, le mépris d’un genre sous influence étrangère, la répugnance à mêler trop explicitement l’idéologie nazie et ce qu’on nommait kitsch ont d’abord tenu à distance les autorités qui prirent des mesures officielles assez tardivement. Peut-on parler d’une certaine marge de liberté au sein de la production culturelle, marge permise par le dédain dont le genre était victime ? Au contraire, doit-on supposer que la propagande officielle a indirectement déteint sur les écrits policiers ou que le silence quant à cette littérature avait pour dessein de l’étouffer, de l’exclure de la sphère du discours ? Plus largement, comment contrôler le roman policier ? Le propos de cet article sera surtout de démontrer que le Krimi a continué de subsister grâce à un exil – forcé ou volontaire – hors de la sphère de références nazie. Si l’influence de la nouvelle idéologie est indéniable, elle s’exprime et est à la fois tempérée par un déplacement des motifs et des personnages en dehors de l’Allemagne du IIIe Reich. Nous dresserons tout d’abord un rapide aperçu sur l’état des recherches concernant notre sujet et sur la disponibilité des matériaux. L’angle mort que nous constatons dans l’histoire de la littérature allemande apparaît alors comme une conséquence du mépris nazi pour le genre policier. Après avoir rappelé les moyens coercitifs du régime envers la littérature, nous nous intéresserons au discours critique qui a stigmatisé le Krimi, le qualifiant d’étranger à l’esprit allemand. Pourtant, force est de reconnaître que le roman policier a représenté une part importante de la production culturelle de cette époque, fustigée car souvent incontrôlable. À travers un corpus d’une dizaine d’œuvres (de C.V. Rocks à Edmund Finke), nous examinerons les transformations des motifs et personnages traditionnels : le passage du détective privé ratiocineur au policier intuitif, connaisseur d’hommes et bras armé d’une justice implacable, voire hors-la- loi. L’éclipse du personnage du criminel permettra de comprendre que ce silence participe de la même stratégie que d’autres éloignements (géographiques, temporels). Le roman criminel, pour survivre au régime totalitaire, s’est fait étranger à l’Allemagne.

Domains

Literature
Fichier principal
Vignette du fichier
article Krimi.pdf (304.75 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01773595 , version 1 (22-04-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01773595 , version 1

Cite

Vincent Platini. Éclipse, exil et survie du roman criminel sous le IIIe Reich. Belphegor, 2010. ⟨hal-01773595⟩
80 View
49 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More