Cinq questions posées à Hervé Richard, paléoenvironnementaliste, directeur de recherche au CNRS, université de Franche-Comté - Archive ouverte HAL Access content directly
Other Publications Year : 2016

Cinq questions posées à Hervé Richard, paléoenvironnementaliste, directeur de recherche au CNRS, université de Franche-Comté

Hervé Richard
  • Function : Author
  • PersonId : 846133
Gomez Jean-Luc
  • Function : Author

Abstract

Nous travaillons depuis de nombreuses années sur l’évolution de l’impact de l’homme sur son environnement. Dans ce sens, le Jura a été - est toujours - un terrain d’études privilégié en raison du nombre très important de tourbières et de lacs qui sont pour nous de véritables archives naturelles. Parmi ces sites, il faut bien sûr évoquer les lacs de Chalain et Clairvaux où les fouilles des habitats lacustres néolithiques effectuées depuis les années 1970 ont démontré leur richesse exceptionnelle et ont abouti à un nombre considérables de résultats largement publiés. Avec d’autres sites de ce type en Europe, ces deux lacs ont été classés au patrimoine de l’UNESCO. L’étude détaillée des sédiments déposés dans ces milieux lacustres et palustres nous permet de reconstituer l’histoire du climat et de la végétation de notre région, et en particulier l’histoire de l’impact des agriculteurs et des éleveurs qui ont peuplé les plateaux jurassiens depuis environ sept millénaires. Cette histoire est faite d’une succession d’emprises et de déprises agricoles, voire même d’abandon total de certaines zones pendant plusieurs siècles. Pour bien comprendre ces phénomènes, nous voulions trouver des régions où ces phénomènes d’emprises, de déprises et d’abandons existaient et avaient été bien datés, notamment par les textes anciens. Dans une même zone, nous pourrions alors comparer ces archives historiques avec nos archives sédimentaires que nous serions allés chercher dans les lacs et tourbières de cette zone d’études. La côte sud-ouest du Groenland répond à cette double exigence : des textes relatent l’arrivée et la vie sur place des agriculteurs vikings qui ont habité cette terre au Moyen Âge et de nombreux sites permettent de recueillir des sédiments contemporains de cette occupation viking. Les Vikings se sont installés au fond des fjords du Groenland en 986 après Jésus-Christ sous l’impulsion d’abord d’Erick le Rouge. Ils implanteront de très nombreuses fermes, quelques villages et aménageront des terrains sur lesquels ils faisaient pousser du fourrage pour maintenir le bétail pendant les longs hivers groenlandais. Ils conservaient des contacts avec l’Europe ; en 1000 après Jésus-Christ, l’un de ses fils d’Erick le rouge, Leif Erikson, poussera ses bateaux vers l’ouest, vers l’Amérique, qu’il abordera donc environ cinq siècles avant Christophe Colomb. Il s’installera quelques temps avec une petite communauté sur les côtes du Labrador. Les contacts des vikings groenlandais avec ces côtes américaines se poursuivront probablement, ne serait-ce que pour ramener du bois, absent du Groenland.
No file

Dates and versions

hal-01562939 , version 1 (17-07-2017)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01562939 , version 1

Cite

Hervé Richard, Gomez Jean-Luc. Cinq questions posées à Hervé Richard, paléoenvironnementaliste, directeur de recherche au CNRS, université de Franche-Comté. 2016, pp.22-32. ⟨hal-01562939⟩
317 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More