Résistances anthropologiques et adaptations aux normes environnementales de protection de la nature : vers un universalisme relatif ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2012

Résistances anthropologiques et adaptations aux normes environnementales de protection de la nature : vers un universalisme relatif ?

Abstract

L’anthropologie de la nature permet une mise perspective puissante des analyses critiques des dominations sociales, économiques, politiques ou même militaires dont les créations contemporaines des parcs naturels sont le truchement. À travers l’idée de nature, les normes accompagnant la création des parcs sont bien plus qu’un simple outil de domination : elles sont comme une déclinaison de la « naturalisation » qui définit le pouvoir des Etats modernes sur leurs populations et leur territoire et impose ainsi au monde le régime anthropologique de l’Occident. Le mode de pouvoir exercé sur les peuples autochtones s’insère ainsi dans une histoire plus longue, propre à l’Occident, que Michel Foucault a décrit et appelé biopouvoir , qui a été et demeure l’instrument politique privilégié de l’expansion et de l’hégémonie occidentales. La gouvernementalité biopolitique concurrence le droit légitime des peuples à disposer d’eux-mêmes qui est théoriquement au fondement de l’État moderne, ou subordonne ce droit à des normes supérieures prétendument universelles répondant en fait aux nécessités de la colonisation. En légitimant une clôture de l’espace placée sous contrôle de l’Etat, les normes de protection de la nature réactivent sous une autre forme un des principes les plus anciens des expansions coloniales occidentales. Pour survivre, les peuples autochtones doivent donc non seulement s’affranchir de la normalisation biopolitique qui les réduit au silence, mais aussi savoir traduire la complexité cosmologique de leurs relations et usages dans la langue de l’anthropologie naturaliste. Que pouvons-nous en apprendre pour inventer des relations différentes avec les lieux et les êtres vivants que nous nous vouons à exploiter ? À travers l’analyse de l’exemple de l’histoire des Yuracaré et du rapport de force qu’ils ont entretenu avec le gouvernement bolivien, on peut affirmer que les outils juridiques principaux de cette lutte ont été autres que le droit environnemental : le droit constitutionnel des peuples indigènes à être consultés et une plainte devant la Cour internationale des Droits de l’homme contre les violences policières. Cela ne se fait pas sans transformation et adoption plus ou moins superficielle de schèmes pratiques qui leur sont étrangers, et, particulièrement de conventions juridiques et politiques occidentales : fabrication d’histoires nationales, reconnaissance de « chefs » représentant les « peuples », revendications éventuelles de droits de propriété. Mais les indiens Yuracaré n’ont pas hésité à s’appuyer aussi sur les normes environnementales pour dénoncer les activités des entreprises forestières et des tours-opérateurs, et à demander….l’aide de l’État. Cet exemple montre que, dans certaines conditions, les peuples autochtones peuvent utiliser les normes de nature comme un outil de résistance politique alors même que ces normes les assujettissent. L’adoption des schèmes pratiques occidentaux passe alors par des « traductions » des usages et pratiques coutumiers dans le langage du droit international, et particulièrement dans celui de l’environnement. Cette constatation ne vaut évidemment pas comme la preuve de la validité et de l’universalité des normes juridiques occidentales, ni comme l’approbation morale de l’acculturation imposée des peuples autochtones. Elle prend seulement acte d’une dialectique anthropologique et historique complexe au sein de laquelle les normes de protection de la nature jouent aujourd’hui un rôle déterminant. Fers de lance de la biopolitique et filles des colonisations, les normes de protection de la nature sont-elles susceptibles cependant vraiment d’un métissage anthropologique permettant de les rendre compatibles avec les valeurs, les usages, et les droits des peuples autochtones ? La question ne mérite pas seulement d’être posée par rapport à l’avenir des parcs naturels et à la protection de la nature, ni même à la seule survie de ces peuples fragilisés et violemment menacés. Au point d’épuisement écologique où mène l’ontologie naturaliste, c’est l’habitabilité de notre planète qui en dépend.
Fichier principal
Vignette du fichier
Résistances-Bertrand-Norme environnementale.pdf (174.7 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

hal-01256366 , version 1 (05-02-2016)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01256366 , version 1

Cite

Aliénor Bertrand. Résistances anthropologiques et adaptations aux normes environnementales de protection de la nature : vers un universalisme relatif ?. Eric de Mari et Dominique Taurisson. L'impact environnemental de la norme en milieu contraint, Victoires Editions, pp.67-90, 2012. ⟨hal-01256366⟩
281 View
111 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More