Noms et verbes météorologiques : des matières aux événements - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2003

Meteorological nouns and verbs : from masses to events

Noms et verbes météorologiques : des matières aux événements

Katia Paykin

Abstract

This work proposes a semantico-syntaxical analysis of the French meteorological lexicon, a limited set of nouns and verbs referring to non-cyclical, natural atmospheric phenomena. Meteorological nouns, which are all non-deverbal concrete nouns, are in a class by themselves because of their unusual ability to assume the behavior of mass, state and event nouns, thus allowing relatively incompatible notions to coexist within a single class. Meteorological verbs form a class of impersonal verbs having a structure containing no argument but reserving a place for a locative constituent. These verbs are as heterogeneous as their corresponding nouns, as they can refer to an activity (pleuvoir ‘to rain’) as well as to a state or a change of state (geler ‘to freeze’). When thinking about atmospheric phenomena, it is impossible to distinguish between the thing itself and its state of being, as the two form a synthetic whole. Languages, alternating between verb and noun structures, artificially break down this synthetic whole into a subject and predicate, at least one of which is without real semantic content. The behavior of meteorological verbs and nouns is neither haphazard nor irregular, and their predictable character makes it possible to foresee the behavior of elements not discussed in this work.
Ce travail propose une analyse sémantico-syntaxique du lexique météorologique français qui forme un ensemble délimité grâce à ses référents, phénomènes naturels se produisant dans l’atmosphère d’une façon non cyclique. Les noms de météores, qui sont tous des noms concrets non déverbaux, forment une classe à part, car ils sont les seuls à pouvoir assumer le comportement des noms de matières, d’états et d’événements et à faire ainsi co-exister, à l’intérieur de la même classe, les notions difficilement compatibles entre elles. Les verbes météorologiques constituent une classe de verbes impersonnels dont la structure ne comporte aucun argument, si ce n’est une place réservée à un constituant locatif, et manifestent la même hétérogénéité que les noms qui leur correspondent, enfermant dans leur sein des verbes d’activité (pleuvoir) à côté de verbes d’état ou de changement d’état (geler). L’expression que chaque langue trouve pour les phénomènes météorologiques alterne entre structures verbales et nominales, puisqu’un phénomène atmosphérique n’est qu’un noyau où aucune distinction entre une chose et sa manière d’être n’est ni possible ni envisageable. Les langues décomposent artificiellement ce noyau synthétique en sujet et prédicat où soit l’un soit l’autre est forcément vide ou vidé de tout véritable contenu sémantique. Le comportement des verbes et des noms météorologiques n’a rien d’aléatoire ou d’irrégulier, mais possède, au contraire, un caractère tout à fait régulier et prévisible qui permet de prédire le comportement des éléments laissés dans l’ombre par le présent travail.
Fichier principal
Vignette du fichier
Thèse Paykin .pdf (1.4 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-04560342 , version 1 (26-04-2024)

Identifiers

Cite

Katia Paykin. Noms et verbes météorologiques : des matières aux événements. Linguistique. Université de Lille 3, 2003. Français. ⟨NNT : 2003LIL30011⟩. ⟨tel-04560342⟩
20 View
2 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More