Renewal of the participatory approaches in the making of the Smart City - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Renewal of the participatory approaches in the making of the Smart City

Renouveau des approches participatives pour la fabrique de la Smart City

(1, 2)
1
2

Abstract

Facing demographic and environmental challenges, the Smart City model increasingly becomes the chosen strategy to guide future urban developments. Initially essentially technocratic, this new urban “ideal” very soon raised social acceptability issues vis-à-vis the top-down imposition of standardized solutions. Often overlooked in favour of technological optimization, citizens are actually the key for the Smart City model’s success or failure, because they have the power to accept or reject the solutions deployed on their territory. Noting the importance of citizen participation for the making of the Smart City and the recurring limits of participatory approaches developed since the 1970s, the thesis aims to equip urban professionals (engineers, architects, urban planners), decision makers and citizens with new theoretical, methodological and decision-support frameworks in order to include end-users within the design process of our future urban environments. In practice, the thesis is structured in three main phases. A first diagnosis phase focuses on citizens’ perceptions of the Smart City and on their willingness to participate to its design process. A second multiple-case study phase seeks to better understand which forms of participation are implemented in various Smart Cities, recognized for their citizen-driven dynamic. The third experiment phase consists in concretely implementing a participatory methodology in Wallonia, on the basis of the previously collected data and best practices. In a cross-cutting way, we also studied three participatory approaches, which are often observed in the Smart era: the e-participation platform (online), the co-design workshop (face-to-face) and the participatory budget (mixed). The thesis contributes to the state of knowledge and to the study of participatory approaches for the making of the Smart City in several regards. First, this work provides an essential clarification between three participatory modes that coexist and intertwine: co-decision, codesign and data co-production processes. Beyond those three dimensions, which reflect the purpose of participatory processes, the thesis also affirms the intrinsic value of citizen participation in terms of solutions’ ownership, cohesion among citizens and acquisition of new skills. The thesis then develops the roles of the professional designers and the non-designer participants throughout the participatory processes, highlighting the emergence of new intermediate positions (“professionals of participation” and “citizen ambassadors”). The citizens’ responsibility is nuanced by the criticism of a utopian “super citizen”, supposedly at the same time engaged, creative and connected. Moreover, this work relativizes the participatory imperative and identifies an upstream-downstream switchover of the citizen participation at the Smart era. The thesis eventually seeks to question Arnstein’s participatory ladder (1969) and proposes an adaptation of Fung’s democratic cube (2006) in the form of a multidimensional radar chart, which is better adapted to the participatory context and the complexity of the Smart City, and supports researchers, designers, city officials and citizens in the implementation of participatory approaches at the Smart era.
Face aux enjeux démographiques et environnementaux, la Smart City s’impose peu à peu comme l’une des nouvelles stratégies de développement urbain. A l’origine essentiellement technocratique, ce nouvel « idéal » urbain a très vite soulevé des problèmes d’acceptabilité sociale vis-à-vis de l’imposition Top-down de solutions standardisées. Souvent négligés au profit d’une optimisation technologique, les citoyens sont pourtant la clef du succès ou de l’échec du modèle Smart City, car ils ont le pouvoir d’accepter ou de rejeter les solutions déployées sur leur territoire. Constatant l’importance de la participation citoyenne pour la fabrique de la Smart City et les limites récurrentes des approches participatives développées depuis les années 1970, la thèse vise à équiper les professionnels de l’urbain (ingénieurs, architectes, urbanistes), les décideurs et les citoyens avec de nouveaux cadres théoriques, méthodologiques et d’aide à la décision afin d’inclure les usagers finaux au sein du processus décisionnel de conception de nos futurs environnements urbains. En pratique, la thèse s’organise en trois grandes phases. Une première phase de diagnostic s’intéresse à la perception des citoyens vis-à-vis de la Smart City et à leur volonté de prendre part à son processus de conception. Une deuxième phase d’étude de cas multiples vise à mieux comprendre quelles formes de participation sont mises en place dans des Smart Cities reconnues pour leurs dynamiques citoyennes. La troisième phase d’expérience consiste en la mise en place concrète d’une méthodologie participative en Wallonie, sur base des données et bonnes pratiques collectées auparavant. De manière plus transversale, nous avons étudié trois modalités participatives fréquemment observées à l’ère Smart : la plateforme de participation (en ligne), l’atelier de co-conception (en face à face) et le budget participatif (mixte). La thèse contribue à l’état des connaissances et à l’étude des approches participatives pour la fabrique de la Smart City à plusieurs égards. Tout d’abord, ce travail opère une clarification essentielle entre trois modes de participation qui coexistent et s’entrelacent : les processus de codécision, de co-conception de projets et de coproduction de données. Au-delà de ces trois dimensions qui reflètent la finalité des processus participatifs, la thèse affirme également la valeur intrinsèque de la participation citoyenne en termes d’appropriation des solutions, de cohésion entre les citoyens et d’acquisition de nouvelles compétences. La thèse développe ensuite les rôles des concepteurs professionnels et des participants non-concepteurs dans les processus participatifs, mettant en évidence l’émergence de nouveaux statuts intermédiaires (« professionnels de la participation » et « citoyens ambassadeurs »). La responsabilisation des citoyens est nuancée par la critique d’un « Super Citoyen » utopique, à la fois engagé, créatif et connecté. En outre, ce travail relativise l’impératif participatif et identifie un basculement amont-aval de la participation citoyenne à l’ère Smart. La thèse s’attache enfin à remettre en question l’échelle de la participation d’Arnstein (1969) et propose une adaptation du cube démocratique de Fung (2006) sous forme d’un « radar » multidimensionnel mieux adapté au contexte participatif et à la complexité de la Smart City, et à même d’accompagner les chercheurs, concepteurs, décideurs et citoyens dans la mise en oeuvre d’une démarche participative à l’ère Smart.
Fichier principal
Vignette du fichier
Thèse C. Schelings 2021.pdf (16.56 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03417375 , version 1 (05-11-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03417375 , version 1

Cite

Clémentine Schelings. Renouveau des approches participatives pour la fabrique de la Smart City. Architecture, aménagement de l'espace. Université de Liège (ULiège), BEL., 2021. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-03417375⟩
145 View
19 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More