Transmissions of the legal knowledge during the roman imperial era (27 b.C. - 565 a.C.) - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2017

Transmissions of the legal knowledge during the roman imperial era (27 b.C. - 565 a.C.)

Les transmissions du savoir juridique durant la période impériale romaine (27 avant J.C – 565 après J.C)

(1)
1

Abstract

Our thesis work is about the question of the transmission of legal knowledge during the imperial period Roman (27 BC - 565 AD). The starting point of our reflection was to note the crisis that the transmission of knowledge, particularly legal knowledge, is currently experiencing. This issue is indeed at the heart of the concerns of the political class, economists and even educators. Where does education go? This was Jean Piaget's question in 1972. Everyone asks themselves these timeless questions: What is the best way to transmit? Should we favour a literary, technical, popular, artistic, scientific culture? By what means and methods? Should theory or practice be promoted in the educational process? What autonomy and requirements should be expected of the student? How to avoid school failure? What strategies should be put in place to support student success? The education crisis naturally affects legal studies. If law education is in crisis today, it is largely due to the hesitation between two conceptions of law: the modern, subjective and idealistic conception and the post-modern, objective and realistic conception. In the first, the transmission of legal knowledge is oriented towards theory, while in the second, practice prevails. While since its inception, the Faculty of Law has, under the influence of humanism, given a premium to theory, a change has taken place since the beginning of the 20th century. Following the industrial revolution, the old worldview based on truth and disinterested culture was erased in favour of a vision of humanity oriented towards work and practical efficiency. In this climate of tension around a contested teaching, it seems desirable to summon history to help the present. Indeed, to quote Orwell:" (...) who commands the past commands the future", which is to say that cutting the thread of time that unites past and present, as modern people have been able to do, deprives us of necessarily any experience that makes us "travellers without luggage". This will involve, to paraphrase Maurice Tardif, to demonstrate that all the problems currently posed by education are initial problems that can only be usefully analyzed by going back 2500 years to observe their genesis. If Mesopotamia provides us with an illustration of humanity's first teaching, Rome was a precursor in the field of law. The civilizations preceding Rome, whether eastern or western, have not known teaching of real law but only a passive transmission of legal knowledge. The question of the transmission of the right will be considered in our work, as the title suggests, in Rome and for the imperial period. What does that mean? We will try to draw the realities of the transmissions of the legal knowledge during the imperial era and throughout the territory occupied by Rome, whether in the West or in the West as in the East. The Empire succeeded two great periods: the Monarchy and the Republic. The Monarchy begins with the foundation of Rome in 753 BC and ends in 509 BC with the exile of the last king Etruscan Tarquin the Great. The Republic begins in 509 and ends in 27 BC. The Roman Empire began as follows in -27. The question of its completion is more complex. Indeed, in the West, it is certain that the Roman Empire officially ended - in law and not in fact - in 476 with the deposition of the last Western emperor Romulus Augustus by the barbarian king Odoacre. In the East, Roman domination did not end until 1453. Yet - and even if there is controversy among romantics on this issue - it can be said that we cannot speak of the Roman Empire until Justinian's death in 565. After that date, we will no longer speak of the Roman Empire of the East but of the Byzantine Empire. We will then limit ourselves to studying the teaching of law from -27 to 565. We will recall by way of introduction that during the Republican period, the law was transmitted according to the Ius est ars boni et aequi. Indeed, law was not yet a technique monopolized by power, but was speculative. The student "trained on the job", followed his teacher to the forum and gathered the answers he needed. provided to the litigants who questioned him. Teaching and case law were thus closely linked and because the law was not yet constituted in science, teaching was done through casuistry. These were cases that were subject to the wisdom of the teacher and his pupils and the judicial decisions that had to be commented on. Under the Empire, a real teaching of legal science appeared. We will focus on consequently over the imperial period since it will have seen the birth and then the decline of an academic education from the right. First, we will focus on legal education as it was conceived during the first part of the empire, the High Empire, which extended from 27 BC to 284 AD. (I). This period at during which the emperor is a princeps is distinguished by its apparent proximity to the Republican political system. During the time of the High Empire, we will see that the transmission of legal knowledge, left all is essentially practical and is carried out by means of the respondere docere or within the framework of rhetorical education (A). Yet, to carefully examine the legal literature of this period, in particular the Institutes of Gaius, we can suspect the presence of law schools (B). Late Antiquity (284-565) makes following the High Empire (II). It is during this period that we are certain that a real legal education. Several factors are contributing to a revolution in the transmission of legal knowledge during the Late Antiquity. First, of course, imperial absolutism, which leads to a power grab on legal education, which will result in the establishment of public schools by the authority under his direction and with law professors, the magistri iuris (A). The new schools of late antiquity law provide their students with legal knowledge organized around a study plan and transmitted by means of a particular pedagogy. It is to describe this process of active knowledge transmission that we are going to focus on (B).
Notre travail de thèse concerne la question des transmissions du savoir juridique durant la période impériale romaine (27 avant J.C – 565 après J.C). Le point de départ de notre réflexion fut de constater la crise que connaît aujourd’hui la transmission des savoirs, en particulier juridique. Cette problématique est effectivement au coeur des préoccupations de la classe politique, des économistes ou encore des pédagogues. Où va l’éducation ? Telle était déjà l’interrogation de Jean Piaget en 1972. Chacun se pose ces questions intemporelles : Quel savoir transmettre ? Doit-on privilégier une culture littéraire, technique, populaire, artistique, scientifique ? Par quels moyens et méthodes ? Doit-on mettre en avant la théorie ou la pratique dans le processus éducatif ? Quelle autonomie et quelles exigences doit-on attendre de l’élève ? Comment éviter l’échec scolaire ? Quelles stratégies mettre en place afin de favoriser la réussite des élèves ? La crise de l’éducation touche bien entendu les études juridiques. Si l’enseignement du droit est aujourd’hui en crise, c’est en grande partie du fait de l’hésitation entre deux conceptions du droit : la conception moderne, subjective et idéaliste et la conception post-moderne, objective et réaliste. Dans la première, la transmission du savoir juridique est orientée du côté de la théorie alors que dans la seconde prime la pratique. Alors que depuis son origine, la faculté de droit accorde, sous l’influence de l’humanisme, une prime à la théorie, un changement s’est opéré depuis le début du XXe siècle. Suite à la révolution industrielle, l’ancienne conception du monde fondée sur la vérité et la culture désintéressée s’efface au profit d’une vision de l’humanité orientée vers le travail et l’efficacité pratique. Dans ce climat de tension autour d’un enseignement contesté, il semble souhaitable de convoquer l’histoire au secours du présent. En effet, pour reprendre Orwell : « (…) qui commande le passé commande l'avenir », ce qui revient à dire que couper le fil du temps qui unit passé et présent, comme ont pu le faire les modernes, nous prive nécessairement de toute expérience faisant de nous des « voyageurs sans bagages ». Il s’agira, pour paraphraser Maurice Tardif, de démontrer que l’ensemble des problématiques que pose l’enseignement actuellement sont des problèmes initiaux qui ne peuvent s’analyser utilement qu’en remontant 2500 ans en arrière pour observer leurs genèses. Si la Mésopotamie nous fournit l’illustration du premier enseignement de l’humanité, Rome fut précurseur en matière de droit. Les civilisations précédant Rome, qu’elles soient orientales ou occidentales, n’ont pas connu d’enseignement du droit véritable mais seulement une transmission passive du savoir juridique. La question de la transmission du droit sera, dans notre travail, envisagée, comme l’intitulé le laisse paraître, à Rome et pour la période impériale. Qu’est-ce à dire ? Nous tenterons de dessiner les réalités des transmissions du savoir juridique pendant l’époque impériale et sur l’ensemble du territoire occupé par Rome, que ce soit en Occident comme en Orient. L’Empire succède à deux grandes périodes : la Monarchie et la République. La Monarchie commence à la fondation de Rome en 753 avant notre ère et s’achève en 509 avant J.C. avec l’exil du dernier roi étrusque Tarquin le Superbe. La République débute en 509 et s’achève en 27 avant J.C. L’Empire romain débute ainsi en -27. La question de son achèvement est plus complexe. En effet, en occident, il est certain que l’Empire romain prend fin officiellement – en droit et non pas dans les faits – en 476 avec la déposition du dernier empereur d’occident Romulus Augustus par le roi barbare Odoacre. En Orient, la domination romaine ne prend fin qu’en 1453. Pourtant – et même s’il y a controverse parmi les romanistes quant à cette question – on peut affirmer qu’on ne peut parler d’Empire romain que jusqu’à la mort de Justinien en 565. Après cette date, on ne parlera plus d’Empire romain d’orient mais d’Empire byzantin. Nous nous bornerons alors à étudier l’enseignement du droit de -27 à 565. Nous rappellerons en guise d’introduction qu’au cours de la période républicaine, le droit se transmettait selon le Ius est ars boni et aequi. En effet, le droit n’était pas encore une technique accaparée par le pouvoir mais relevait de la spéculation. L’élève « se formait sur le tas », suivait son maître au forum et recueillait les réponses qu’il apportait aux plaideurs qui l’interrogeaient. Enseignement et jurisprudence étaient ainsi intimement liés et parce que le droit n’était pas encore constitué en science, l’enseignement passait par la casuistique. C’étaient des cas qui étaient soumis à la sagacité du maître et de ses élèves et les décisions judiciaires qu’il s’agissait de commenter. Sous l’Empire, apparaît un véritable enseignement de la science juridique. Nous nous concentrerons par conséquent sur la période impériale puisqu’elle aura vu la naissance puis le déclin d’un enseignement académique du droit. Dans un premier temps, nous nous concentrerons sur l’enseignement juridique tel qu’il était conçu durant la première partie de l’empire, le Haut-Empire qui se déploie de 27 avant notre ère à 284 après J.C. (I). Cette période au cours de laquelle l’empereur est un princeps se distingue par une apparente proximité avec le système politique républicain. Pendant le temps du Haut- Empire, nous constaterons que la transmission du savoir juridique, laissée toute entière à l’initiative privée, est essentiellement pratique s’effectuant au moyen du respondere docere ou dans le cadre de l’éducation rhétorique (A). Pourtant, à bien examiner la littérature juridique de cette période, en particulier les Institutes de Gaius, nous pouvons soupçonner la présence d’écoles de droit (B). L’Antiquité Tardive (284-565) fait suite au Haut-Empire (II). C’est durant cette période que nous sommes certains de l’apparition d’un véritable enseignement du droit. Plusieurs facteurs concourent à une révolution de la transmission du savoir juridique durant l’Antiquité Tardive. En premier lieu, bien évidemment, l’absolutisme impérial qui conduit à une emprise du pouvoir sur l’enseignement juridique ce qui aura pour conséquence l’avènement d’écoles publiques, instituées par l’autorité impériale, placées sous sa direction et dotées de professeurs de droit, les magistri iuris (A). Les nouvelles écoles de droit de l’Antiquité Tardive dispensent à leurs étudiants un savoir juridique organisé autour d’un plan d’étude et transmis au moyen d’une pédagogie particulière. C’est à décrire ce processus de transmission active du savoir juridique que nous allons nous attacher (B).
Fichier principal
Vignette du fichier
Thèse Ralph eveque.pdf (16.91 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-02302731 , version 1 (01-10-2019)
tel-02302731 , version 2 (22-04-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-02302731 , version 2

Cite

Ralph Evêque. Les transmissions du savoir juridique durant la période impériale romaine (27 avant J.C – 565 après J.C). Droit. Université Paris-Nanterre, 2017. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-02302731v2⟩
646 View
116 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More