"Pierre Lecuire, poète du livre" - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2024

"Pierre Lecuire, poète du livre"

Abstract

Pierre Lecuire likes to compare his editorial productions with those of poet-publisher Iliazd. Yet their practices differ in many ways: while Iliazd was trained as a typographer and his productions were fully in line with Futurist aesthetics, Lecuire is a poet-page setter who keeps his distance from the literary circles of his time, notably from the NRF and the artists it endorses. While his encounter with Nicolas de Staël in 1945 and his work with him until the painter's suicide in 1955 shaped Lecuire's search for a personal form of expression, his editorial output took a sharp turn when he renewed his dialogue with painters from 1958 onwards. He asserted the auctoriality of the book and the text, claiming to make "des livres de poète” with painters, sculptors or engravers, and accompanied this singular form of self-publishing with abundant gloss on the relationship between the poem and the book, under the aegis of Mallarmé and Claudel, in particular. Here we hypothesize that Pierre Lecuire perhaps makes less of "livres de poète" than he is a "poète du livre," given that his practice of poetry is primarily a theurgy of the book, that his book settings rely on the specularity of the material elements of the book and the poem, and, finally, that his poetics as a "page setter" essentially consists of creating an « espacement de la lecture », according to Mallarmé's expression.
Pierre Lecuire se plaît à rapprocher ses productions éditoriales de celles du poète-éditeur Iliazd. Leurs pratiques diffèrent pourtant de bien des manières : alors qu’Iliazd a une formation de typographe et inscrit pleinement ses productions dans l’esthétique futuriste, Lecuire est un poète metteur en pages qui se tient éloigné du milieu littéraire de son temps, notamment de la NRF et des artistes qu’elle plébiscite. Si la rencontre avec Nicolas de Staël en 1945 et le travail à ses côtés jusqu’au suicide du peintre en 1955 façonne celui qui est alors à la recherche d’une forme d’expression personnelle, sa production éditoriale s’infléchit considérablement lorsqu’il renoue le dialogue avec les peintres à partir de 1958. Il revendique alors l’auctorialité du livre et du texte, affirmant faire des « livres de poète » avec des peintres, sculpteurs ou graveurs, et accompagne cette forme singulière d’autoédition d’une glose abondante sur les rapports du poème et du livre, sous l’égide de Mallarmé et de Claudel, notamment. Nous faisons ici l’hypothèse que Pierre Lecuire fait peut-être moins des « livres de poète » qu’il n’est un « poète du livre », étant donné que sa pratique du poème est avant tout une théurgie du livre, que ses mises en livre reposent sur la spécularité des éléments matériels du livre et du poème et, enfin, que sa poétique de « metteur en pages » consiste essentiellement à créer un « espacement de la lecture », selon la formule mallarméenne.
No file

Dates and versions

hal-04572571 , version 1 (11-05-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04572571 , version 1

Cite

Anne-Christine Royère. "Pierre Lecuire, poète du livre". Isabelle Diu, Serge Linarès (dir.). Éditer en poète (XIXe-XXIe siècle), Otrante, p. 123-141, 2024, 979-10-97279-28-8. ⟨hal-04572571⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More