Modélisation de l'imprécision spatiale du Cell Broadcast pour la diffusion d'alertes en contexte urbain - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2024

Modélisation de l'imprécision spatiale du Cell Broadcast pour la diffusion d'alertes en contexte urbain

Abstract

Face à l’évolution contemporaine des risques, les systèmes d’alerte aux populations sont en mutation à l’échelle européenne. Depuis juin 2022, la France est équipée d’une nouvelle technologie permettant d’alerter les individus, directement sur leur téléphone mobile, en tenant compte de leur localisation dans un périmètre donné : le Cell Broadcast (CB). Plusieurs travaux ont démontré l’efficacité de cette technologie déjà éprouvée dans plusieurs pays (Japon, Pays-Bas, USA, etc.). Toutefois, peu de travaux ont porté un regard spatial sur cette technologie, quand bien même la spatialisation précise de la zone d’alerte est l’une des principales innovations apportées par ce nouveau moyen d’alerte. Les récents tests réalisés en France n’ont été évalués qu’au regard de critères techniques, sans chercher à relever des taux de réception dans les zones de diffusion, ou l’écart entre la zone de diffusion du message et la zone officielle d’alerte. La plus petite zone d’alerte possible étant la cellule de télécommunication, des effets de bords, non encore mesurés, pourraient survenir car la modélisation de la zone d’alerte par les autorités ne tient pas compte de la distribution spatiale des cellules de télécommunication (d’ailleurs très mal connue). A l’aide d’enquêtes flash géolocalisées réalisés durant un test d’alerte tsunami sur la ville de Cannes (75 000 hab.) en avril 2023, ces travaux tentent de mesurer cet effet de bord en modélisant la zone de diffusion du CB et en comparant le résultat de cette modélisation à la zone d’alerte définie par les autorités. Les résultats mettent en évidence une forte imprécision spatiale du CB en contexte urbain. Le taux de réception est statistiquement dépendant des opérateurs téléphoniques. L’effet de bord mesuré est large (jusqu’à plus de 900m de la zone officielle). Il est aussi spatialement irrégulier et non continu (probable disparition et résurgences de la zone de diffusion). Enfin, l’effet de bord est propre à chaque opérateur. Des données complémentaires viennent également renforcer l’hypothèse d’une instabilité temporelle de cet effet de bord, ce qui le rend difficilement prévisible en amont des opérations d’alerte. Ces résultats nécessitent de repenser la stratégie d’alerte aux échelles fines, dans la mesure où un large nombre d’individus non situés dans la zone à risque vont recevoir le message d’alerte.
Fichier principal
Vignette du fichier
Bopp_et_al_AFGP2024.pdf (146.18 Ko) Télécharger le fichier
AFPG_Bopp.pdf (2.69 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04487745 , version 1 (04-03-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04487745 , version 1

Cite

Esteban Bopp, Johnny Douvinet, Noé Carles, Pierre Foulquier, Matthieu Péroche. Modélisation de l'imprécision spatiale du Cell Broadcast pour la diffusion d'alertes en contexte urbain. VIIIe Colloque de l'Association francophone de Géographie Pgysique (AFGP) "Approches géographiques face au changement climatique", UMR 7300 ESPACE, Jan 2024, Avignon, France. ⟨hal-04487745⟩
108 View
10 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More