Invoquer et réciter : traces d'oralité dans les graffiti des premiers siècles de l'Islam - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles MIDEO - Mélanges de l'Institut Dominicain d'Etudes Orientales Year : 2022

Invoquer et réciter : traces d'oralité dans les graffiti des premiers siècles de l'Islam

Abstract

Les individus qui s'exprimèrent sur la pierre au moyen de leurs graffiti n'imaginaient certainement pas que leur geste aurait une telle portée. Plus d'un millénaire après avoir été gravés, ces « petits textes » en langue arabe nous en disent pourtant long sur leurs auteurs, leur rapport à l'écriture, à leurs croyances et d'une manière générale au monde qui les entoure. Ils furent les témoins privilégiés des bouleversements religieux, sociaux, économiques et politiques qui secouèrent la péninsule Arabique puis l'ensemble du Proche-Orient à partir du VII e siècle. C'est l'une des raisons qui explique tout l'intérêt porté actuellement par la recherche occidentale comme arabe pour le phénomène des graffiti arabes et islamiques. Les épigraphistes, les historiens et les chercheurs d'autres disciplines des sciences humaines s'appliquent aujourd'hui à cerner toute l'importance de ce nouveau front de la recherche afin d'en définir les contours scientifiques. Ils ont donc investi le champ de la graffitologie et se sont mobilisés autour de ses principales thématiques que sont le religieux et l'expression de la foi, la langue et l'écriture arabes, le Coran et la représentation du divin, le prophétisme, etc. comme une source de connaissance inédite des premiers temps de la civilisation arabe et musulmane. Ces recherches, encore largement en cours de développement, ne sont finalement que le reflet de ce qui est massivement exprimé dans les graffiti, à savoir la religion. Quant aux aspects plus personnels et individuels que nous penserions devoir trouver dans ce type des textes, ils sont curieusement assez absents. En effet, les auteurs de graffiti arabes anciens ont écrit avec une grande dose de retenue : ils n'ont que très peu fait part de leur ressenti et de leurs opinions en des temps particulièrement troublés, qui justement auraient pu en être le déclencheur. Les graffiti islamiques des premiers siècles de l'hégire (entre le I er /VII e et le III e /IX e siècles) ont cette particularité de n'être pas très « spontanés », s'inscrivant plutôt dans une tradition d'écriture religieuse soumise à des codes stylistiques et thématiques assez stricts. C'est principalement la raison pour laquelle leur formulaire est répétitif, voire peu original. L'expression de pensées instantanées ou de désirs fugaces n'y a pas-ou si peu-sa place.
Fichier principal
Vignette du fichier
Imbert, Invoquer et reciter dans les graffiti .pdf (625.42 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04442573 , version 1 (06-02-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04442573 , version 1

Cite

Frédéric Imbert. Invoquer et réciter : traces d'oralité dans les graffiti des premiers siècles de l'Islam. MIDEO - Mélanges de l'Institut Dominicain d'Etudes Orientales , 2022, 37, pp.127-159. ⟨hal-04442573⟩
14 View
16 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More