Matérialités latouriennes : penser et représenter la technique dans le « non-modernisme » architectural - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2023

Matérialités latouriennes : penser et représenter la technique dans le « non-modernisme » architectural

Abstract

Cette intervention se concentre sur la manière dont les travaux de Bruno Latour ont contribué à élargir la pensée et les représentations de la technique dans l’architecture. On s’intéressera en particulier aux recherches académiques et aux pratiques architecturales qui, nourries des écrits de Latour consacrés à la (non-)modernité puis à l’écologie, ont progressivement construit une écologie politique et territoriale des matériaux de construction. Depuis Nous n’avons jamais été modernes, la perspective latourienne a contribué à la construction d’une nouvelle pensée des objets techniques. De choses inertes et passives, ils sont devenus hybrides, c’est-à-dire non plus seulement des produits de la science, mais des assemblages complexes d’éléments physiques, sociaux, naturels et culturels inscrits dans des réseaux d’acteurs au sein desquels ils exercent une influence active. En ce sens, ils participent à la construction de notre monde matériel, social et politique. Dès lors, il n’est plus tenable de réduire le monde à de simples faits physiques et nos objets techniques à de purs produits de l’innovation et de l’ingénierie humaine. Pour mieux en appréhender les enjeux, il faut alors « changer d’échelle » (Latour 2005). Prendre au sérieux cette invitation au changement d’échelle oblige à réviser les manières de penser et de se représenter les produits et matériaux de construction. Ces derniers ne sont plus seulement manufacturés et assemblés selon un certain cahier des charges, mais dessinent à travers les territoires des trajectoires qu’il convient de suivre pour comprendre les transformations induites par l’acte de bâtir (Ghyoot 2015). Cette approche nourrit depuis une décennie au moins la recherche architecturale et la pratique de certaines agences, contribuant à élargir la définition de l’architecture et à interroger la responsabilité de l’architecte dans cette trajectoire matérielle. Penser la technique avec Latour conduit également à s’interroger sur la manière dont les systèmes constructifs conditionnent les relations au sein des « collectifs d’agents humains et non humains » (Latour 1999) qui peuplent un édifice et son environnement. Suivant cette perspective, l’industrie de l’architecture, ses clauses techniques et ses déclarations de performance ont suscité un nouvel intérêt chez des chercheuses et chercheurs, praticiennes et praticiens soucieux de comprendre comment la conception des produits de construction contribuent à façonner les pratiques sociales et environnementales (Lloyd Thomas 2010, Rotor 2012). Leurs travaux s’intéressent en particulier à l’ « inscription » (Akrich, Callon et Latour 2006) d’une vision du monde dans les matériaux et les innovations qui accompagnent la transformation de nos modes de vie et de notre environnement. Ainsi, à travers ces travaux, c’est la représentation même des édifices et de leur cycle de vie qui s’enrichit de la pensée de Latour, perturbant l’ordre cosmologique de la modernité et donnant forme à des trajectoires où l’architecture redevient terrestre.
No file

Dates and versions

hal-04257924 , version 1 (25-10-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04257924 , version 1

Cite

Jean Souviron. Matérialités latouriennes : penser et représenter la technique dans le « non-modernisme » architectural. Journées d’étude « Bruno Latour et l’architecture », Margaux Darrieus, Léa Mosconi, Nov 2023, Nantes, Rennes, Paris, France. ⟨hal-04257924⟩
11 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More