Alphabet à barbes - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Graphê Year : 2020

Alphabet à barbes

Abstract

In the mid-nineteenth century, the French Ministry of the Navy ordered all fishermen to register their boats with local authorities. Drifter boats and sardine luggers were henceforth required to sport a clearly visible number and initial letter on their bows and sails, in order to help the gendarmes identify them. Whether or not a standard form of lettering was recommended by the authorities, boat numbers followed a consisten style (albeit hand-crafted) until the early 1880s. Then forms began to shift. Blackletter initials occasionally popped up on boat hulls, as did ornamental squares or diamonds; rounded letters opened up to the point of illegibility, ending in ball terminals or even more spectacular bifurcations (or ‘barbs’) at the feet of vertical stems. According to some old fishermen, the ‘barbed’ alphabet style was invented to make the figures ‘favourable for fishing’ and to bring good fortune. But other witnesses rejected this superstitious idea and suggested purely aesthetic motives. Far from being incompatible, these points of view shed light on the complex ways of thinking at the time and our diverse perceptions of the people involved. So were these graphic forms about identity, or art, or lucky fishing?
Au milieu du XIXe siècle, le ministère de la Marine ordonne à tous les pêcheurs de faire immatriculer leurs bateaux auprès de l’Inscription maritime. Canots et chaloupes devront désormais porter un numéro et une lettre initiale bien visibles près de l’étrave et sur la grand-voile afin d’être identifiés par les gendarmes de la navigation. Que le style graphique ait été officiellement imposé ou non, une certitude demeure : jusque dans les années 1890 la graphie employée par les marins est homogène et l’on peut véritablement parler d’un système normatif, bien qu’artisanal. À compter de cette date, tout bascule –dans le Finistère en particulier. On voit alors fleurir çà et là sur les coques des embarcations une lettre initiale en gothique, des ornements (carrés ou diamants) ; les signes ronds s’ouvrent à en devenir méconnaissables, finissant par des gouttes protubérantes, et plus spectaculaire encore, des bifurcations (ou « barbes ») aux formes marines naissent à la base des chiffres droits. Selon l’avis des anciens, le style de l’alphabet à barbes fut inventé afin de rendre les chiffres « pêchants ». Comprendre : pour présenter aux flots une silhouette ronde (comme les 0, 2, 3, 5, 6, 8 et 9) qui ne heurte pas la mer et apporte la fortune. Mais un autre témoin – marin-graveur lui-même – rejette cette hypothèse superstitieuse et parle plus volontiers de motivations purement esthétiques. Loin d’être incompatibles, ces points de vue éclairent avant tout la complexité des mentalités de l’époque et les représentations contradictoires que l’on a d’elles a posteriori. Alors, le motif de cette graphie : identitaire, artistique ou propitiatoire ?
Fichier principal
Vignette du fichier
GRAPHE84_Yoann-DE-ROECK.pdf (5.9 Mo) Télécharger le fichier
Origin Explicit agreement for this submission
Licence
Copyright

Dates and versions

hal-04123309 , version 1 (16-06-2023)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-04123309 , version 1

Cite

Yoann De Roeck. Alphabet à barbes. Graphê, 2020, pp.2-10. ⟨hal-04123309⟩
93 View
46 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More