Se faire dégager de son terrain d’étude par son université - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2022

Se faire dégager de son terrain d’étude par son université

Gildas Loirand

Abstract

Dans la pratique ordinaire de la recherche en sciences sociales qui recourt à l’ethnographie, la décision d’arrêter d’enquêter sur son terrain d’étude incombe très largement à la volonté du chercheur lui-même. Le plus souvent, la fin assumée des investigations de terrain et du travail de collecte des matériaux se justifie par le fait que le volume et la qualité de ce qui a été recueilli au sein des univers sociaux étudiés sont alors estimés suffisants pour pouvoir en passer aux moments suivants du processus d’enquête, ceux qui consistent à ranger et à classer adéquatement les données recueillies puis à les interpréter en relation avec les buts démonstratifs fixés au départ et éventuellement révisés en chemin à mesure des avancées du travail empirique. Quitte, bien entendu, à retourner sur le terrain pour quelques séries complémentaires d’observations pour le cas où des vides et lacunes se révéleraient préjudiciables à la production d’assertions interprétatives solidement étayées et vérifiées dans les faits. Mais il arrive parfois, sans doute rarement, que le chercheur ethnographe qui n’a pas encore achevé son travail d’observation soit brutalement contraint de se dégager de son terrain d’enquête pour s’en être trouvé objectivement exclu malgré lui et par la force des choses. Aussi, c’est un cas singulier de ce type qu’il s’agit ici d’évoquer et de décrire en insistant plus particulièrement, en conclusion, sur les conséquences d’une impossibilité soudaine d’enquêter tant sur le chercheur lui-même et sur sa morale professionnelle que sur la connaissance sociologique de ce qu’il avait pris le parti d’étudier en ethnographe sur le temps long. Consistant en une sorte de récit auto-ethnographique qui entend relater un travail d’enquête par observation participante débuté en 2016 sur le thème des manifestations protestataires comportant des épisodes de violences variées – de dégradations mineures dans l’espace public aux affrontements de plusieurs heures entre manifestants et forces de l’ordre –, cette communication se propose de prendre pour objet une expérience de recherche singulière au cours de laquelle le chercheur qui n’a pas achevé son enquête et n’a pas décidé lui-même de se dégager de son terrain empirique s’en fait dégager par son employeur universitaire après deux années d’observations régulières en immersion. Et cela au point de se trouver empêché d’enquêter plus longtemps sur sa population d’enquête, celle que constituent les groupes et personnes portées à s’engager dans des affrontements corporels avec la police ou la gendarmerie lors de manifestations protestataires diverses. En l’espèce, en usant du « ‘’je’’ méthodologique » (Olivier de Sardan : 2000), je m’attacherai tout d’abord à exposer le lent travail d’approche qui aura été nécessaire pour pouvoir être accepté incognito (ou presque) au sein du black-bloc familier de l’animation des manifestations nantaises tout autant que dans les rangs de la brigade anti-criminalité et de la compagnie départementale d’intervention (CDI), certes avec une fréquence moindre. J’évoquerai ensuite comment l’ethnographe immergé qui s’insère en conscience vêtu de noir et masqué au milieu de groupes manifestants ordinairement qualifiés de « casseurs » ne peut disposer pour seule protection contre les interpellations que des ressources de la justice ou de la hiérarchie policière, seules susceptibles de lui reconnaître un statut d’enquêteur professionnel au travail et de lui éviter d’être confondu avec les personnes qu’il étudie de l’intérieur. Enfin, considérant les cinq plaintes pour violences en réunion dont j’ai fait l’objet en mai 2018 et les suites disciplinaires qui en ont découlé dans le prolongement d’une protestation étudiante agitée prise pour objet, je tenterai d’expliquer et de comprendre comment les apparentes connivences avec les manifestants pris pour objet ont pu aboutir à un refus unilatéral de l’employeur universitaire de me considérer comme un chercheur au travail. J’insisterai plus particulièrement sur le processus et sur l’acharnement institutionnels par lesquels j’ai fini par être construit au mépris des faits et d’un classement sans suite par la juridiction pénale comme un manifestant violent et non pas comme un sociologue enquêtant sur le thème des manifestations violentes en usant d’une méthode pourtant consacrée dans les sciences sociales, celle de l’observation directe par immersion. Dès lors, et au-delà des anecdotes de terrain qui la nourrissent, cette communication entend en creux assumer un « point de vue de justice » (Boltanski : 1991) aux fins d’éclairer les conséquences personnelles, morales, professionnelles et scientifiques du fait de se faire dégager de son terrain par son employeur universitaire alors qu’on en attendait plutôt qu’il assure et assume en conscience, sur le mode du devoir, une protection des ethnographes enquêtant en immersion sur des terrains difficiles et surtout sensibles politiquement et médiatiquement.
Fichier principal
Vignette du fichier
Communication_LOIRAND_DV_Photos.pdf (1.19 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)
Licence

Dates and versions

hal-04063933 , version 1 (10-04-2023)

Licence

Identifiers

  • HAL Id : hal-04063933 , version 1

Cite

Gildas Loirand. Se faire dégager de son terrain d’étude par son université : la triste fin d’une enquête ethnographique au cœur des manifestations violentes. S'engager, gager, se dégager. Les ficelles de l'ethnographe à l'épreuve de son terrain, Centre nantais de sociologie, Oct 2022, Nantes, France. ⟨hal-04063933⟩
96 View
43 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More