Livret pour la ville, livret pour la cour - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Revue Voltaire Year : 2024

Livret pour la ville, livret pour la cour

Abstract

Ses échecs dans ce genre font trop souvent oublier que Voltaire a également tenté de conquérir la scène de l’opéra. Mais après la censure de Samson à l’Académie royale de musique, c’est surtout à la cour qu’il a cherché à se faire jouer, car les spectacles qui s’y créaient n’étaient pas soumis au besoin de plaire à un public payant comme à la ville, et Voltaire s’y sentait davantage libre de proposer sa vision d’un théâtre lyrique réformé, à la fois plus sérieux et plus spectaculaire. Ce n’est qu’à l’occasion des fêtes de 1745 qu’il parvint partiellement à ses fins, avec la création de La Princesse de Navarre, du Temple de la Gloire et des Fêtes de Ramire – mais pas celle de Pandore/Prométhée, qu’il tentait encore de faire représenter dans les dernières années de sa vie, tout comme Tanis et Zélide/Les Rois pasteurs, remaniant chaque fois profondément des livrets écrits parfois plusieurs décennies auparavant. Voltaire avait conscience que ses livrets n’étaient pas assurés de rencontrer le succès à la ville, et accepta avec plus ou moins de grâce les remaniements que les nécessités de l’entreprise de spectacle qu’était l’Opéra et le savoir-faire de Rameau, Royer ou Laborde lui imposèrent.
No file

Dates and versions

hal-03851772 , version 1 (14-11-2022)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-03851772 , version 1

Cite

Julien Dubruque. Livret pour la ville, livret pour la cour. Revue Voltaire, inPress, 22. ⟨hal-03851772⟩
14 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More