Autour de la mer Rouge, d'ambitieuses "visions" confrontées à la persistance des menaces - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Diplomatie : affaires stratégiques et relations internationales. Les Grands dossiers Year : 2022

Autour de la mer Rouge, d'ambitieuses "visions" confrontées à la persistance des menaces

Marc Lavergne

Abstract

La mer Rouge est menacée de perdre son monopole du transit des marchandises entre l'Europe et l'Asie, devant la concurrence des voies alternatives de l'Arctique 1 ou les Nouvelles routes de la Soie. La réduction de la place des hydrocarbures dans les mix énergétiques va également réduire son rôle géostratégique. La confrontation croissante entre les ambitions chinoises et les résistances de l'Occident et de ses alliés dans la zone Indo-Pacifique 2 , ainsi que l'intérêt de la mer Rouge comme voie d'accès au continent africain, pourraient en faire une zone de tension multiforme, encore mal appréhendée par les puissances qui y régnèrent naguère sans partage. Dans le "Golfe", un après-pétrole tourné vers la mer Rouge L'après-pétrole est déjà à l'ordre du jour dans les agenda ("Visions") des pays de la péninsule arabique disposant d'une confortable rente pétrolière. En Arabie Saoudite, le prince héritier Mohamed ben Salman cherche à échapper au face-àface hostile et menaçant avec l'Iran: la précarité du détroit d'Ormuz, la prégnance du chiisme sur les deux rives du Golfe, le déclin annoncé de la ressource pétrolière, sont autant d'incitations à se tourner vers la mer Rouge, couloir d'échanges entre les pôles dynamiques de l'Europe et de l'Extrême-Orient. Bordée d'espaces désertiques nantis d'atouts touristiques à promouvoir, la mer Rouge y préserverait son rôle millénaire d'interface avec le continent africain comme d'axe majeur du commerce entre l'Orient et l'Occident. Horizons 2030 : Visions ou illusions ? La cité NEOM, symbole spectaculaire de cette vision futuriste, d'une cité hors sol vouée à l'intelligence artificielle et à la robotisation, tarde cependant à sortir des sables 3. L'horizon 2030 qui lui est assigné se rapproche, sans qu'apparaisse la Silicon Valley saoudienne des prospectus. Seuls quelques spots touristiques sur un rivage inviolé, destinés à devenir un hub de la jet set mondiale, forment une oasis de permissivité au pays du rigorisme wahhabite : ils tablent plus modestement sur l'attrait des coraux de la mer Rouge et des sites archéologiques nabatéens d'Al Ula pour forger une image attractive de l'Arabie 4. Les Emirats Arabes Unis partagent la même préoccupation de l'après-pétrole et de la nécessité d'échapper au golfe Persique. Mais la perspective est différente : si Abu Dhabi cherche à s'affirmer au niveau régional, à travers des initiatives diplomatiques concertées avec Riyad, et en imposant sa férule financière et morale à Dubaï, celle-ci s'est donnée un horizon planétaire dépassant largement le cadre régional. Elle poursuit le développement de ses réseaux, au travers d'opérateurs comme Dubaï Ports World ou Emirates, devenus des leaders mondiaux enviés par Abou Dhabi. Dubaï, sauvée de la faillite par Abou Dhabi lors de la crise des subprimes en 2008, a cependant été contrainte de se plier aux initiatives hasardeuses de l'émirat pétrolier aux commandes de la Fédération, et allié à Riyad : déclenchement de la guerre du Yémen en 2015, embargo contre le Qatar en mai 2017, et diverses contraintes visant à faire plier l'Iran des mollahs, à l'encontre de ses intérêts commerciaux, et de ses relations ancestrales...Mais le gigantesque hub portuaire de jebel Ali ne paraît pas menacé par les projets concurrents de Raysut ou de Duqm en Oman, ou même de Gwadar au Baloutchistan pakistanais, qui sont loin d'offrir les mêmes services multimodaux. Abou Dhabi s'est en revanche engagée dans une gestion pro-active de la scène régionale : réconciliation entre l'Éthiopie et l'Érythrée en 2018, soutien financier à la "transition démocratique" au Soudan en 2019.... Une stratégie menée de concert avec l'Arabie Saoudite, et personnalisée par la relation étroite entre les deux princes héritiers Mohamed bin Salman et Mohamed bin Zayed : une approche conservatrice, fondée sur la puissance financière. Mais que ce soit en voulant afficher sa prééminence dans la gestion des affaires de la Fédération, comme dans la relation avec Riyad, cette relation privilégiée n'a pas donné tous les résultats escomptés ; des divergences mal contenues quant aux buts de guerre au Yémen, mais aussi quant aux relations avec les soutiens d'un islamisme militant, sont apparues. Et Abou Dhabi a privilégié, dans la voie tracée par Dubaï, le renforcement des partenariats avec la Chine, puis la reconnaissance d'Israël, devenu un partenaire privilégié dans le cadre des "accords d'Abraham" signés à Washington en septembre 2020. La mer Rouge n'est dans ce contexte pas un objectif privilégié des ambitions émiriennes. (...)
Fichier principal
Vignette du fichier
Diplomatie mer Rouge.pdf (105.16 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03737306 , version 1 (24-07-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03737306 , version 1

Cite

Marc Lavergne. Autour de la mer Rouge, d'ambitieuses "visions" confrontées à la persistance des menaces. Diplomatie : affaires stratégiques et relations internationales. Les Grands dossiers, 2022, Géopolitique des mers et des océans. Tensions sur les mers du globe, 68, pp.53-55. ⟨hal-03737306⟩
188 View
169 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More