La pratique de la supervision en tant que dispositif - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Oxymoron Year : 2011

La pratique de la supervision en tant que dispositif

Abstract

L’auteur propose une distinction entre « pensée du cadre » (renvoyant à une approche contenante) et un « effet-dispositif » (qui relève de la coupure). Cette coupure, en tant que référée à l’articulation continu/discontinu propre au pulsionnel, trouve ses effets dans le transfert dans la coupure entre agalma et objet a. Le travail de supervision appelé « analyse des pratiques » n’est donc pas de trouver des solutions à la place des intervenants ou de passer une situation à la moulinette de la théorie, mais de relancer la dimension phallique, c’est-à-dire de coupure, là où les intervenants témoignent être au plus près des effets de sidération propres à l’agalma. Ce type d’effet clinique relève précisément de ce qui s’appelle un dispositif.

Domains

Psychology
Fichier principal
Vignette du fichier
oxymoron.3.4.pdf (106.46 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

hal-03650446 , version 1 (25-04-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03650446 , version 1

Cite

Frédéric Vinot. La pratique de la supervision en tant que dispositif : Le pulsionnel et le transfert. Oxymoron, 2011, Contrôle Supervision, 2. ⟨hal-03650446⟩
39 View
40 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More