Le dernier empire de la presse. Une sociologie du journalisme au Japon - Archive ouverte HAL Access content directly
Books Year : 2022

Le dernier empire de la presse. Une sociologie du journalisme au Japon

Abstract

At a time when the digital transition seems to be complete in Western countries (declining circulation, digitalization, competition from free online media), the Japanese press is in such good health that it makes its counterparts green with envy. The dailies with the highest circulation in the world, the Yomiuri Shinbun (around 8 million copies per day) and the Asahi Shinbun (6 million), are both published in the archipelago. Long perceived as the country of electronic and computer modernity, Japan seems to have an unexpected capacity to resist new technologies in this field. To this singularity is added another one: there is no school of journalism, no association or union representing the profession. In other words, the resilience of the press is coupled with an under-institutionalization of the journalistic profession. To shed light on this paradox, César Castellvi immersed himself for several years in the editorial staff of one of the country's largest newspapers. He endeavors to shed light on the functioning of a singular and yet typical model of work organization within 20th century Japanese capitalism. A model that is nowadays shaken by a crisis of vocations, a clear feminization of the profession and the end of the anonymity of journalists, against a background of erosion of circulation. Could it be that the last empire of the press is dying out?
À l’heure où la transition numérique paraît achevée dans les pays occidentaux (baisse des tirages, digitalisation, concurrence des médias gratuits en ligne), la presse japonaise affiche une santé à faire pâlir ses homologues de jalousie. Les quotidiens au plus fort tirage dans le monde, le Yomiuri Shinbun (autour de 8 millions d’exemplaires par jour) et l’Asahi Shinbun (6 millions), sont tous deux édités dans l’archipel. Longtemps perçu comme le pays de la modernité électronique et informatique, le Japon paraît présenter dans ce domaine une capacité de résistance inattendue aux nouvelles technologies. À cette singularité s’en ajoute une autre : on n’y trouve ni école de journalisme, ni association ou syndicat représentatif de la profession. Autrement dit, la résilience de la presse se double d’une sous-institutionnalisation du métier de journaliste. Pour éclairer ce paradoxe, César Castellvi s’est immergé pendant plusieurs années dans la rédaction d’un des plus grands journaux du pays. Il s’attache à mettre en lumière le fonctionnement d’un modèle singulier et néanmoins typique de l’organisation du travail au sein du capitalisme nippon du XXe siècle. Un modèle aujourd’hui bousculé par une crise des vocations, une nette féminisation du métier et la fin de l’anonymat des journalistes, sur fond d’érosion des tirages. Le dernier empire de la presse serait-il, à son tour, en train de s’éteindre ?
No file

Dates and versions

hal-03508785 , version 1 (03-01-2022)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : hal-03508785 , version 1

Cite

César Castellvi. Le dernier empire de la presse. Une sociologie du journalisme au Japon. CNRS Éditions, 2022, 978-2271136954. ⟨hal-03508785⟩
128 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More