Les bas-reliefs de Kong Wang Shan (Ier s. apr. J.-C.), premier témoignage d'une présence chrétienne en Chine? Un état des connaissances philologiques - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2021

Les bas-reliefs de Kong Wang Shan (Ier s. apr. J.-C.), premier témoignage d'une présence chrétienne en Chine? Un état des connaissances philologiques

Abstract

Le livre The Acts of Judas Thomas in Context (dir. Joji Kallingal & Maxime K. Yevadian, 2020) a soulevé une hypothèse relative à la présence chrétienne en Chine vers Ier siècle. Parmi les matériaux présentés dans ce livre, les bas-reliefs de Kong Wang Shan 孔望山 (Ier s. apr. J.-C.) sont considérés comme une évidence matérielle qui témoigne l’évangélisation de Judas Thomas et la conversion d’un roi vassal, prince LIU Ying 劉英 (? - 71), durant le règne de l’empereur Mingdi 明帝 (28 - 75) des Han orientaux. Le chapitre dédié au sujet des bas-reliefs se composent de trois sections : 1. un état de connaissance historique et archéologique introduite par M. Yevadian, 2. deux récits historiques, extraits des Livres des Han et Livre des Han postérieur, traduits par R. Moreau et D.L. He, et 3. des interprétations sur les illustrations des bas-reliefs par P. Perrier. Ces travaux, à la fois scrupuleux et originaux, remettent en question une première signification historique du terme fútú 浮屠 en chinois, une source étrangère au syncrétisme chinois du Ier siècle et l'identité du commanditaire des bas-reliefs. Pour évaluer ces trois questions, ce travail présent propose une analyse thématique pour les deux textes traduits par F.-R. Moreau et D.L. He. En effet, ces deux textes se sont développés au tour des indices d’une infortune de l’empire à partir des phénomènes astronomiques, des rumeurs au sein des familles aristocrates, et des anecdotes concernant le prince LIU Ying. Il s’agit d’une technique très fréquente dans les documents historiques chinois. Au travers l’étude de ces textes, nous avons situé l’affaire du prince LIU Ying dans les trois dimensions suivantes : l’évolution du régime politique, le conflit dans la famille royale, et lˋinvasion des puissances étrangères. Cela nous permet d’extrapoler que : 1. La dégradation programmée de régime des royaumes vassaux restreint le pouvoir politique du prince LIU Ying, 2. le soupçon de l’empereur Mingdi vis-à-vis des rois vassaux érode la base de confiance des relations construites par alliances de mariage et entraîne la mise en examen de son demi-frère le plus proche, et enfin 3. la mercenarisation des cavaleries d’origine barbare, un sujet tabou à l’empereur pourtant relevé dans les preuves matérielles, lui faire croire l’exactitude des accusations contre son demi-frère très chéri depuis son enfance : masser des peuples impériaux et barbares dont deux nobles d’origine barbare, recruter des lettrés dont un Maître du Canon des Poèmes (Shijing 詩經) du courant philosophique oculaire, fabriquer des heureux et mauvais présages à son propre profit, et nommer un chef d’armée en lui offrant le plus haut salaire de l’empire. À titre de conclusion provisoire, au lieu d’exposer des événements factuels, les deux récits ont en premier lieu une fonction de critique idéologique pour défendre le régime monarchique. Ils illustrent, à travers la description d’un divin barbare (fútú 浮屠) apparu - envahissant donc - dans le rêve de l’empereur, qu’un syncrétisme mélangé de pratiques d’oracle et religions étrangères en cours de propagation est devenu menaçant contre l’autorité des Han orientaux. En second lieu, ces récits retrouvent des illustrations correspondantes, même en détail des scènes, des personnages, des costumes, dans les bas-reliefs. Ces deux évidences philologique et archéologique orientent notre recherche vers une identification probable du commanditaire des bas-reliefs au profil du prince LIU Ying et une première persécution religieuse liée avec un culte étranger.
No file

Dates and versions

hal-03409683 , version 1 (29-10-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03409683 , version 1

Cite

Shueh-Ying Liao. Les bas-reliefs de Kong Wang Shan (Ier s. apr. J.-C.), premier témoignage d'une présence chrétienne en Chine? Un état des connaissances philologiques. Inchiesta sulla storia dei primi secoli della Chiesa, Oct 2021, Città del Vaticano, Italie. ⟨hal-03409683⟩

Collections

CNRS
131 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More