"Le roman est de l’Histoire, qui aurait pu être" : l’insurrection algérienne de 1871 dans Marie Chassaing d’Adolphe Badin, Amour et gloire de Charles Baude de Maurceley et Le maître de l’heure de Hugues Le Roux - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Etudes Françaises Year : 2021

“The novel is history, of what might have been”: the Algerian uprising of 1871 in Adolphe Badin’s Marie Chassaing, Charles Baude de Maurceley’s Amour et gloire and Hugues Le Roux’s Le maître de l’heure

"Le roman est de l’Histoire, qui aurait pu être" : l’insurrection algérienne de 1871 dans Marie Chassaing d’Adolphe Badin, Amour et gloire de Charles Baude de Maurceley et Le maître de l’heure de Hugues Le Roux

Abstract

While Marie Chassaing (1873), Amour et gloire (1897) and Le maître de l’heure (1897) are now forgotten titles, these novels are however not devoid of interest. The three show that the 1871 revolt incited its observers in mainland France to produce, not an unequivocal national account, but rather multivoiced memories. Their authors drew inspiration from the codes of the historical novel in the vein of Walter Scott, by portraying, alongside fictional characters, the revolt’s protagonists: the bachaga Mohamed El-Mokrani in Baude de Maurceley and Le Roux, and in Badin, Jacques Chassaing, the “lion killer” popularised by Le Journal des Chasseurs. In taking recourse to the fictional genre, the three authors fashion their own different versions of the 1871 events. While Baude de Maurceley and Le Roux pay homage to the vanquished Mokrani and assign responsibility for the revolt to the Republican government, Adolphe Badin rewrites the story of Jacques Chassaing by formulating an indictment of the Second Empire and portraying the outbreak of the revolt as the final political error of this regime. In this way, the three novels indicate that the 1871 revolt was prolonged in mainland France by a historiographical and political battle. Badin, Baude de Maurceley and Le Roux share one common point: they recount French victories, which they attribute to the unity of compatriots in the hour of danger. Yet while exalting national unity, they envisage different futures for French presence in Algeria. Baude de Maurceley remains coy on this point whereas Badin and Le Roux write their works from the perspective of the colonists. The author of Marie Chassaing points to the repression of the revolt as the start of a new era: an era of genuine colonisation in which Algerian lands will stand as compensation to the country conquered by Germany and stripped of several French departments.
Si Marie Chassaing (1873), Amour et gloire (1897) et Le maître de l’heure (1897) sont autant de titres désormais oubliés, ces romans ne sont pourtant pas dépourvus d’intérêt. Tous les trois montrent que l’insurrection de 1871 a donné lieu chez ses commentateurs métropolitains, non pas à un récit national univoque, mais à des mémoires plurielles. Leurs auteurs s’inspirent des codes du roman historique à la Walter Scott en mettant en scène à côté de personnages fictifs, des acteurs de l’insurrection : le bachaga Mohamed El-Mokrani chez Baude de Maurceley et Le Roux, et, chez Badin, Jacques Chassaing, le « tueur de lions » popularisé par le Journal des chasseurs. En recourant au genre romanesque, les trois auteurs façonnent des versions divergentes des événements de 1871. Tandis que Baude de Maurceley et Le Roux rendent hommage à Mokrani vaincu et imputent la responsabilité de l’insurrection au gouvernement républicain, Adolphe Badin réécrit l’histoire de Jacques Chassaing en dressant un réquisitoire du Second Empire et en faisant du déclenchement de l’insurrection l’ultime faute politique de ce régime. Les trois romans montrent ainsi que l’insurrection de 1871 s’est prolongée en métropole avec une bataille historiographique et politique. Badin, Baude de Maurceley et Le Roux se rejoignent sur un point. Ils mettent en scène des victoires françaises qu’ils attribuent à l’union des compatriotes à l’heure du danger. Tout en valorisant l’union nationale, ils envisagent des avenirs différents pour la présence française en Algérie. Baude de Maurceley reste évasif sur ce point par contraste avec Badin et Le Roux qui ont écrit leurs récits dans la perspective des colons. L’auteur de Marie Chassaing, en particulier, montre la répression de l’insurrection comme le début d’une nouvelle ère, celle d’une véritable colonisation où les terres algériennes représenteront un dédommagement au pays vaincu par l’Allemagne et dépossédé de départements métropolitains.
No file

Dates and versions

hal-03270987 , version 1 (25-06-2021)

Identifiers

Cite

Isabelle Guillaume. "Le roman est de l’Histoire, qui aurait pu être" : l’insurrection algérienne de 1871 dans Marie Chassaing d’Adolphe Badin, Amour et gloire de Charles Baude de Maurceley et Le maître de l’heure de Hugues Le Roux. Etudes Françaises, 2021, L’Insurrection kabyle de 1871. Représentations, transmissions, enjeux identitaires en Algérie et en France, 57 (1), pp.51-68. ⟨10.7202/1076115ar⟩. ⟨hal-03270987⟩
26 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More