The Kabyle Uprising of 1871. Images, Transmissions, Identity Issues in Algeria and France - Archive ouverte HAL Access content directly
Special Issue Revue d'études françaises Year : 2021

The Kabyle Uprising of 1871. Images, Transmissions, Identity Issues in Algeria and France

L’Insurrection kabyle de 1871. Représentations, transmissions, enjeux identitaires en Algérie et en France

(1, 2)
1
2

Abstract

The dossier is made up of articles written with a view to identifying interpretations and memories, in Algeria and France, of the events of 1871. These events can be summed up as follows. For France, at war for months against the German armies united around Prussia, the year 1870 ended on a negative balance : on January 28, 1871, the Republican government was forced to sign an armistice. In the spring of 1871, it had to face a new conflict on the other side of the Mediterranean. Supporting Bachaga Mohamed El-Mokrani who had gone to war against the occupier on March 16, Sheikh Ameziane El-Haddad proclaimed Jihad to free Kabylia from the invader. From the Algiers region to the Tunisian border, insurgents destroyed farms and villages. Following the death of El-Mokrani in May and El-Haddad’s request for peace in July, the insurrection would end in September with the surrender of the Zouara. Its repression was accompanied by heavy sentences for its leaders and, in a context where the Treaty of Frankfurt forced France to transfer Alsace and Moselle to the German Empire, by receivership of land which was sold at low prices. Based on various works and sources - chronicles, novels, theatrical performances, essays, poetic collections - the dossier studies how this historical material around a series of defeats - of France against the new German Empire, of French politics in Algeria, of the insurrection triggered by El-Mokrani – has fuelled representations and imaginations on both sides of the Mediterranean.
Ce dossier pluridisciplinaire étudie en six articles la mémoire d’un soulèvement qui a marqué un tournant dans le processus de colonisation et dans les représentations de celui-ci. La matière historique que constitue cet événement se résume ainsi. Pour la France en guerre depuis des mois contre les armées allemandes coalisées autour de la Prusse, l’année 1870 s’achève sur un bilan négatif et, le 28 janvier 1871, le gouvernement républicain est contraint de signer un armistice. Au printemps 1871, il fait face à un nouveau conflit sur l’autre rive de la Méditerranée. Appuyant la lutte du bachaga Mohamed El Mokrani qui est entré en guerre contre l’occupant le 16 mars, le cheikh Améziane El Haddad proclame le djihad pour libérer la Kabylie de l’envahisseur. Après la mort d’El Mokrani en mai et la demande de paix d’El Haddad en juillet, la reddition des Zouara en septembre sonne le glas d’une insurrection qui s’est étendue des environs d’Alger à la frontière tunisienne. Sa répression s’est accompagnée de lourdes condamnations pour les chefs de celle-ci et, dans un contexte où le traité de Francfort a obligé la France à céder l’Alsace et la Moselle à l’Empire allemand, d’une mise sous séquestre de terres qui sont revendues à bas prix. Abdelhak Lahlou et Idir Hachi ouvrent la réflexion collective en s’appuyant sur l’étude de poèmes kabyles recueillis dans différentes publications au dix-neuvième et au vingtième siècle. Dans son article intitulé « 1871 dans la poésie orale kabyle », Abdelhak Lahlou, docteur en anthropologie sociale, invite à les lire comme le moyen pour les vaincus d’exprimer et de transmettre leur désarroi face à une défaite qui les a brutalement spoliés de leurs terres et qui a détruit leurs structures sociales traditionnelles. Dans son article intitulé « Prose des faits et vers défaits. L’insurrection algérienne de 1871 dans les chroniques militaires et dans la poésie kabyle », l’historien Idir Hachi prolonge cette analyse avec une lecture comparée de ce corpus poétique et des deux récits de l’insurrection publiés en 1891 et en 1901 par les officiers de l’armée d’Afrique que sont Louis Rinn et Joseph Nil Robin. Il montre que les poèmes kabyles sont bien plus diserts sur les terribles conséquences d’une insurrection assimilée à la fin d’un monde que sur les causes de celle-ci. Quant aux ouvrages de Louis Rinn et de Joseph Nil Robin, ils semblent réduire le soulèvement de 1871 à l’initiative du bachaga El-Mokrani et du cheikh El-Haddad. Cette perspective invite à les lire, non pas comme des chroniques factuelles, mais comme des discours qui, d’une part, disculpent le système colonial et occultent la société colonisée, d’autre part, s’énoncent dans un contexte spécifique d’affrontement entre le colonat et les élites militaires françaises. Définitivement affaiblies sur le terrain après 1871, celles-ci l’ont emporté dans l’historiographie où l’ouvrage de Louis Rinn est particulièrement influent. Cette fracture française se retrouve aussi bien chez les écrivains qui transforment l’insurrection en matériau romanesque que chez les journalistes qui ont assisté à sa représentation théâtrale. Dans un article intitulé « "Le roman est de l’Histoire, qui aurait pu être" : l’insurrection algérienne de 1871 dans Marie Chassaing d’Adolphe Badin, Amour et gloire de Charles Baude de Maurceley et Le maître de l’heure de Hugues Le Roux », Isabelle Guillaume compare ainsi trois auteurs qui façonnent des versions divergentes, voire inconciliables, des événements tout en réinventant, à leur manière, le destin de la France qui a traversé l’épreuve de « l’Année terrible ». Dans son article intitulé « L’Autre France : représentations théâtrales et imaginaire colonial au tournant du xxe siècle », Amélie Gregório, docteure en lettres et arts, poursuit le propos en étudiant l’adaptation théâtrale du roman historique Le maître de l’heure signé par Hugues Le Roux sous l’angle de sa dramaturgie, de son renouvellement de l’imaginaire d’une Algérie vue désormais comme une « autre France » - selon le titre de l’adaptation -, et d’une réception qui atteste, elle aussi, que rejouer l’insurrection sur une scène parisienne, trente ans après les faits, reste une source de polémiques tout autant politiques qu’esthétiques. En rassemblant pour les analyser des œuvres de Louis Bertrand parues, pour certaines, à la Belle Époque, pour d’autres, pendant les années 1930, Peter Dunwoodie, professeur de littérature française et comparée, dissuade de faire de la Grande Guerre un tournant dans la représentation et dans la mémoire des événements de 1870-1871. Dans son article intitulé « Louis Bertrand : autopsie d’une déroute », il invite à comprendre le rapport de la France à l’Algérie dans le cadre d’une relation triangulaire qui donne toute sa place à l’Allemagne victorieuse en 1870-1871. Le juriste Jean-Robert Henry clôt le parcours en élargissant la réflexion à une période qui va du Second Empire au déclenchement de la guerre d’indépendance et en étudiant les ruptures et les continuités qui s’opèrent, à partir du moment charnière que constitue 1870-1871, dans un système de représentations juridiques, politiques et artistiques d’un rapport colonial traversé de dissonances et de contradictions. À l’utopie du « royaume arabe » rêvé par Napoléon III succède la chimère d’une « Algérie européenne » qui contrevient aux principes républicains au moment même où la République se réinstalle définitivement en France et qui est construite par et pour le principal vainqueur de l’insurrection de 1871 : le colonat. Du côté des vaincus, qui sont aussi les exclus de la paradoxale « Algérie européenne », la résistance à l’occupation évolue au fil des décennies et se transforme en combat politique à partir de l’entre-deux guerres sans que l’insurrection de 1871 ne disparaisse des mémoires des populations rurales sur lesquelles se sont appuyés les militants indépendantistes. En mai 1945, le mot de passe d’un soulèvement programmé par la direction du Parti du peuple algérien en Kabylie est : « Mokrani ».
Not file

Dates and versions

hal-03269704 , version 1 (24-06-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03269704 , version 1

Cite

Isabelle Guillaume. L’Insurrection kabyle de 1871. Représentations, transmissions, enjeux identitaires en Algérie et en France. Revue d'études françaises, 57 (1), Presses universitaires de Montréal, 2021, 978760643888. ⟨hal-03269704⟩
159 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More