Temps suspendu et futurs restreints - Archive ouverte HAL Access content directly
Conference Papers Year : 2021

Temps suspendu et futurs restreints

Abstract

Nous avons travaillé sur l’analyse de onze synopsis de courts métrages écrits en période de confinement par une trentaine d’auteurs . Il s’agissait pour eux, de répondre à l’appel à projet de Canal + On s’adapte dont les dates d’ouverture (11 mars 2020) et de fermeture (5 juin 2020) ont été corrélées à la période d’un premier confinement en France. Un cadre d’écriture était imposé pour que ces histoires proposent aux spectateurs des « récits d’un futur possible et souhaitable », les fictions devaient représenter « ce que nos sociétés pourront devenir dans les décennies à venir, sans candeur, ni catastrophisme » . Il s’agissait donc pour les auteurs de créer une diégèse permettant de projeter le spectateur dans un monde qui aurait accompli une transition écologique en lien avec les connaissances scientifiques dont les auteurs avaient un accès à travers une plateforme dédiée. Nous avons mené cette étude en considérant les onze synopsis comme un seul corpus et nous inspirant du travail de Chalvon-Demersay (1994), de Blandin (1977), afin de rendre compte de l’imaginaire social proposé. Un des résultats de cette micro recherche est que les auteurs ont situé leurs intrigues dans une époque « post quelque chose » mais pas dans un « futur souhaitable ». En revanche la part « optimiste » de ces synopsis figurait dans les rapports humains. Des explications sont soulevées pour expliquer ce phénomène quand le futur imaginé ne peut être la perpétuité du monde présent. Nous reviendrons sur un imaginaire « empêché » , due au contexte spécifique où l’agir en temps de crise reste incertain (Callon et al., 2001). Alors que la fiction cinématographique est un outil subtil d’influence sociale qui pourrait participer à concrétiser une transition écologique (Sussfeld, 2021), nous observons que c’est à travers le film documentaire que les questions écologiques sont davantage traitées. Nous pouvons proposer une communication sur ce manque actuel dans la fiction cinématographique et télévisuelle d’une culture de la transition qui s’exprime alors dans des documentaires (le film Demain, Cyril Dion, 2015), dont les auteurs vont d’ailleurs amener le spectateur à fictionnaliser (Odin, 2000). Quelle temporalité narrative pour aider la transition écologique : faut-il imaginer le futur où inscrire le récit dans le présent ? Bibliographie Bardin, L., (1977), L’analyse de contenu, PUF, France Botero, N., (2017), « Catastrophisme en écologie : le double statut narratif de la peur », in Zinna A. et Darrault-Harris I. (éds), Formes de vie et modes d’existence ‘durables’, Collection Actes, Toulouse, Éditions CAMS/O, p. 41-65. Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil (coll. "La couleur des idées") Chalvon-Demersay,S., (1994). Mille scénarios. Une enquête sur l’imagination en temps de crise. Éditions Métailié Lahire B. (2018), L’interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte Odin, R., (2000), De la fiction, Editions De Boeck Université. Sussfeld, F., (2021), Entre expériences, récits et actions, la communication du mouvement de la transition écologique traduit-elle un changement d’heuristique ?, thèse IMSIC.
No file

Dates and versions

hal-03228269 , version 1 (18-05-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03228269 , version 1

Cite

Frédérique Sussfeld, Anne Gagnebien. Temps suspendu et futurs restreints. Temps, rythmes et temporalités dans les secteurs culturels, Réseau des Jeunes Chercheur·es du LabEx ICCA, May 2021, Paris, France. ⟨hal-03228269⟩
76 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More