Axes stratégiques pour la pérennisation d’unités de compostage en Afrique : cas de Bouaké en Côte-d’Ivoire - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Environnement, Ingénierie & Développement Year : 2018

Axes stratégiques pour la pérennisation d’unités de compostage en Afrique : cas de Bouaké en Côte-d’Ivoire

Emilienne Laure Ngahane
  • Function : Author
Julien Garnier
  • Function : Author
Hélène Bromblet
  • Function : Author
Charles Vanié
  • Function : Author

Abstract

Composting is preferentially cited as the appropriate course for valorising the fermentable fractions of household solid waste in Africa ; however, the initiatives through this way presents mitigable results. Indeed, composting of household solid waste in Africa faces a major challenge, which is that of large-scale development and the perpetuation of pilot actions initiated in this direction after the end of external financing. While a pilot composting activity, jointly carried out by ANASUR (Agence nationale de la salubrité urbaine) through its Project for the Professionalization of the Waste Sector (PPWS) and by a french consortium composed of the GoodPlanet foundation, ETC…Terra and Gevalor associations through their Africompost Program, finds a development at Bouaké, we think that it is necessary to glimpse its winnings factors. In Bouaké, the potential for composting is large and varied, atmospheric conditions are also amenable to activity, and the first phase of market research has identified potential markets for compost in a market where its main competitor is chicken’s shit sold at CFAF 30,000 (54 USD) at the ton. A prospective analysis of the development of the activity to 10,000 tons of solid waste to be treated yearly to produce 1,600 tons of compost announces a cost of CFAF 101,939 (192 USD) per ton of compost produced (CFAF 16,310/t of waste treated ; 30.66 USD/t of waste treated). The financial mix plan to balance the budget consists of sales of compost at CFAF 50,000/t and CFAF 8,000/t of waste (94 USD/t and 15.04 USD/t of waste), of sales of carbon credits CFAF 6,626 at the ton and CFAF 1,060/t of waste treated (12.46 USD/t and 1.99 USD/t of waste treated), and from the collection of a remuneration of the waste treatment service in the amount of CFAF 4,058/t of waste treated and CFAF 25,365/t of compost product (7.63 USD/t of waste treated and 47.69 USD/t of compost product). This balance depends on a change of scale, which can be found at best in the next five years. From pilot stage, it is necessary to put an image of mark of compost as an organic amendment, to develop profitable marketing based on a skimming (creamily) strategy, and to take reasonable advocacy actions to integrate composting into the management of solid waste in cities. Indeed, by limiting itself to a production of 1,600 tons of compost yearly (about 100 ha cultivable), it is possible to produce a high quality compost (complying with NFU 44-051) from household waste. This product, intended for a healthy agriculture, will be sold preferentially directly to the user at CFAF 80,000 (150 USD) at the ton in order to approach its cost price. A remuneration of CFAF 4,000 (7.6 USD) at the ton of treated waste and CFAF 25,000/t of compost product (47 USD/t of compost product), relating to economies savings on collection and landfilling, will be requested in order to balance the budget. Also, local and international compensations and support (sales of carbon credits) will come in addition to support and spread such initiatives. Finally, the mechanisms for optimizing production and developing a diversified range of valorising organic waste products and related waste will be put in place.
Le compostage est préférentiellement cité comme la filière adéquate pour la valorisation des fractions fermentescibles des déchets solides ménagers en Afrique (Yelemou et al, 2011 ; Longanza et al. 2015 ; Toundou et al. 2014). Cependant, les initiatives allant dans ce sens présentent des résultats mitigés (Mustin, 1999). En effet, le compostage des déchets solides ménagers en Afrique fait face à un enjeu majeur qui est celui du développement à grande échelle et de la pérennisation d’actions pilotes initiées en ce sens après la fin des financements extérieurs. Alors qu’une activité pilote de compostage, conjointement portée par l’ANASUR (Agence nationale de la salubrité urbaine) à travers son Projet de professionnalisation de la filière déchets (PPFD) et par un consortium français composé de la fondation GoodPlanet et des associations ETC…Terra et Gevalor à travers leur programme Africompost, tend aujourd’hui à se développer à Bouaké, nous pensons qu’il y a lieu d’entrevoir ses facteurs de réussite. À Bouaké, le gisement propice au compostage est important et varié, les conditions atmosphériques se prêtent également à l’activité et la première phase de l’étude de marché a identifié des débouchés potentiels pour le compost dans un marché où son principal concurrent est la fiente de poules vendue à 30 000 FCFA/t (46 €/t). Une analyse prospective du développement de l’activité à 10 000 tonnes de déchets solides à traiter par an pour produire 1600 tonnes de compost annonce un coût de revient de 101 939 FCFA (155 €) par tonne de compost produite (16 310 FCFA/t de déchets traitéssoit 24,79 €/t de déchets traités). Le mix-financier envisagé pour équilibrer le budget est constitué des ventes du compost au prix de 50 000 FCFA/t (76 €/t) et 8000 FCFA/t de déchets traités (12,16 €/t de déchets traités), de la vente des crédits carbone 6626 FCFA/t (10,07 €/t) et 1 060 FCFA/t de déchets traités (1,61 €/t de déchets traités) et de la perception d’une rémunération du service de traitement des déchets à hauteur de 4058 FCFA/t de déchets traités (6,17 €/t de déchets traités) et 25 365 FCFA/t de compost produit (38,55 €/t de compost produit). Cet équilibre dépend d’un changement d’échelle, peut être trouvé au mieux dans les cinq années à venir. Dès la phase pilote, il est nécessaire d’asseoir une image de marque du compost comme amendement organique, développer un marketing rentable basé sur une stratégie d’écrémage et réussir des actions raisonnables de plaidoyer afin d’intégrer durablement le compostage dans le schéma de gestion des déchets solides des villes. En effet, en se limitant à une production de 1600 tonnes de compost par an (environ 100 ha cultivables), il est possible de produire un compost de haute qualité (respectant la norme NFU 44-051) à partir des ordures ménagères. Ce produit, destiné à une agriculture saine, sera préférentiellement vendu directement à l’utilisateur à 80 000 FCFA/t (121,60 €/t) afin d’avoisiner de près son coût de revient. Une rémunération de 4000 FCFA (6,08 €) à la tonne de déchets traités (25 000 FCFA/t de compost produit soit 38 €/t de compost produit), relative aux économies permises sur la collecte et la mise en décharge, sera sollicitée afin d’équilibrer le budget. Aussi, les compensations et accompagnements locaux et internationaux (vente des crédits carbone) viendront en sus pour soutenir et essaimer de telles initiatives. Enfin, les mécanismes d’optimisation de la production et l’élaboration d’une gamme diversifiée de produits de valorisation de déchets organiques et connexes seront mis en place.
Fichier principal
Vignette du fichier
dst_2018_76_03_ngahane.pdf (668.46 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

hal-03159624 , version 1 (04-03-2021)

Licence

Attribution

Identifiers

Cite

Emilienne Laure Ngahane, Julien Garnier, Hélène Bromblet, Charles Vanié. Axes stratégiques pour la pérennisation d’unités de compostage en Afrique : cas de Bouaké en Côte-d’Ivoire. Environnement, Ingénierie & Développement, 2018, N°76 - avril 2018, pp.43-51. ⟨10.4267/dechets-sciences-techniques.3752⟩. ⟨hal-03159624⟩
223 View
577 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More