Une approche philosophique du jeu à l'école : le cas du domino des sons de Bertrand Barbier - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year :

Une approche philosophique du jeu à l'école : le cas du domino des sons de Bertrand Barbier

(1, 2)
1
2

Abstract

L’enjeu est de montrer, en s’opposant à certaines représentations idéalisantes de la notion de jeu éducatif, que pour de jeunes élèves de 7 à 8 ans, dits « à besoins particuliers » (contexte inclusif où l’attention des enfants est très émiettée), il est beaucoup plus important de fabriquer un jeu (via des stratégies phénoménotechniques) que d’y jouer (via des stratégies intellectualistes de pur calcul). Le groupe des enfants (de 4 à 6) apparaît en effet beaucoup plus uni et solidaire au moment de ce quasi-travail qu'au moment de l'activité de jouer elle-même. Les modalités de niveau de conscience observées, en tout cas pour ce qui est observable, semblent différentes. Le chercheur entrevoit alors l'expérience de ce "nous" non thétique, préréflexif et présymbolique, qu'évoque Sartre dans L'être et le néant, ce "nous" qui ne se sait pas "nous", qui ne se représente pas à lui-même ce qu'il est, qui ne se nomme pas sous peine justement de se dissoudre. À ce niveau d'expérience radicale, peu importe qu'il y ait ce que l'on appelle une division réglée des tâches. Que le maître E (professeur des écoles spécialisé travaillant au sein du RASED) prenne des allures de contremaître n'empêche pas l'unité profonde du groupe. Pour un spectateur non averti, l'apparence laisse donc croire à une hiérarchisation « sociale » des places et des tâches, et à un régime d’hétéronomie. Mais en vérité, le groupe fonctionne de façon enfin synchrone, dans un temps et un espace englobant que ni l’intra-temporalité seule du jeu (les coups joués tour à tour par des joueurs peu autonomes) ni l’institution imaginaire de l’espace du jeu (institution très volatile, compte tenu de la distraction récurrente des joueurs) ne pouvaient instaurer. Voilà ce qui, d'un point de vue phénoménologique, devient visible : contre toute attente, la construction technique d’un jeu ré-ouvre un être-au-monde qui garantit une inclusion originaire, d’avant toute inclusion de type institutionnel ou moral. En ce point, la question n’est plus celle d’une égalisation ou d’une abolition des différences intellectuelles ou sociales mais d’une exploration de nouvelles possibilités d’"être avec", au sens du "nous" non thétique. En deçà de tout "portage" psychothérapeutique, on voit que les enfants sont portés ici par l'action elle-même.
Fichier principal
Vignette du fichier
Alain Panero Une approche philosophique du jeu à l.pdf (408.76 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03156779 , version 1 (02-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03156779 , version 1

Cite

Alain Panero. Une approche philosophique du jeu à l'école : le cas du domino des sons de Bertrand Barbier. 2018. ⟨hal-03156779⟩
242 View
122 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More