Une alimentation riche en fromage dès le plus jeune âge protègerait des allergies.<em> https://intranet.inra.fr/alimh/Vie-scientifique/Faits-marquants/FM2018</em> - Archive ouverte HAL Access content directly
Scientific Blog Post Year : 2019

Une alimentation riche en fromage dès le plus jeune âge protègerait des allergies. https://intranet.inra.fr/alimh/Vie-scientifique/Faits-marquants/FM2018

Abstract

L’augmentation considérable de la fréquence des maladies allergiques et de l’asthme dans les pays industrialisés au cours des 40 dernières années est due notamment à l’accroissement du niveau d’hygiène et à la diminution des maladies infectieuses et des contacts microbiens dans la petite enfance. Depuis 2002, l’étude PATURE, coordonnée en France par le Pr Dalphin, chef du service de pneumologie au CHU de Besançon, observe une cohorte d’enfants vivant en milieu rural dans 5 pays européens (Allemagne, Suisse, Autriche, France et Finlande). Ce travail, validé par près de 60 publications scientifiques, a déjà confirmé la diminution dans le milieu agricole (ou fermier) du risque allergique, ainsi que du rôle protecteur de la diversité alimentaire précoce. Le volet IV de PATURE, mené en collaboration avec l’Inra, s’intéresse plus particulièrement à la consommation de fromage, un aliment riche en diversité microbienne. Des données sur les facteurs environnementaux, les maladies allergiques et les pratiques alimentaires ont été collectées via des questionnaires, dès la naissance, chez 931 enfants inclus dans la cohorte et jusqu’à leur 6e année de vie. La consommation de fromage à l’âge de 18 mois a été quantifiée en termes de fréquence et de diversité (six types de fromage étaient consommés : fromage pressé, semi-pressé, à pâte molle, bleu, frais, de la ferme). Dans cette étude, toute consommation de fromage entre 12 et 18 mois était associée à une réduction significative du risque de dermatite atopique (eczéma) à 6 ans et d’allergie alimentaire, mais aussi à un risque diminué de rhinite allergique, d’asthme et de sensibilisation aux allergènes, tant alimentaires qu’inhalés. La moindre incidence d’eczéma et d’allergie alimentaire est retrouvée indifféremment chez les enfants ayant bénéficié d’une diversité et d’une fréquence de consommation de fromage plus importantes. Des études complémentaires permettraient de déterminer précisément si la réduction du risque est liée à la diversité ou à la fréquence de consommation des fromages. Parallèlement, des analyses du microbiote intestinal pourraient aider à comprendre les mécanismes en jeux. L’objectif est d’instaurer, à terme, des stratégies préventives de l’asthme et des maladies allergiques basées sur une approche nutritionnelle. Références : The protective eff ect of cheese consumption at 18 months on allergic diseases in the first 6 years. Nicklaus et al. Allergy. doi : 10.1111/all.13650 Partenaires : CSGA • CHU de Besançon MSA Franche-Comté
Fichier principal
Vignette du fichier
2019_nicklaus_fait_marquant_alimh_2018_1.pdf (959.1 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-02785798 , version 1 (04-06-2020)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02785798 , version 1
  • PRODINRA : 479009

Cite

Sophie Nicklaus. Une alimentation riche en fromage dès le plus jeune âge protègerait des allergies. https://intranet.inra.fr/alimh/Vie-scientifique/Faits-marquants/FM2018. 2019, pp.16-16. ⟨hal-02785798⟩
74 View
9 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More