Accueillir l’enfant illégitime : modalités, enjeux, limites de la benignitas canonica. Des théories romano-canoniques aux pratiques sociales (XIIe-XVe siècles) - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest : Anjou, Maine, Touraine Year : 2017

Accueillir l’enfant illégitime : modalités, enjeux, limites de la benignitas canonica. Des théories romano-canoniques aux pratiques sociales (XIIe-XVe siècles)

Carole Avignon
Véronique Dasen
  • Function : Author

Abstract

This paper purposed to study figures of children considered as bastards through medieval sources, as rejected and stigmatized one because they were born outside of wedlock but also as children whom society and parents had to take care, who were symbolically, legally and judicially protected. They could not inherit of their father, at least in theory, but those had to feed and educate them, or to contribute by alimenta to do it. Canonists diverged from romanists who nevertheless defined what nutrire or alere meant because from the second part of the twelfth century, popes and decretalists, step by step, demonstrate that parents had to take care of their children, even those who had been born spurii. The idea that supported this form of representation of bastards had nothing to do with favor prolis but simply sollicitudo or benignitas canonica that obliged everyone to put at the first rank the jus naturale instead of human laws that might had restricted bastard’s rigths. But those canonical demonstrations had to be precisely qualified by notarial or judicial sources that proved fatherhood obligations but also difficulties for spurii. Those medieval representations, sometimes paradoxal ones, were finally compared with conclusions of some anthropological studies.

Cette communication se propose de mobiliser dans leur diversité les représentations de l’enfant bâtard à travers plusieurs corpus documentaires médiévaux, de son rejet et sa stigmatisation aux modalités symboliques, affectives, juridiques, ou judiciaires de son accueil, ainsi que les premières significations anthropologiques qu’il est possible de commencer à dégager de ces différents dossiers. Les réflexions sur la filiation sont polarisées en droit romano-canonique médiéval par la question de savoir qui « succède » en ligne paternelle (en l’occurrence seuls les légitimes et les légitimés) et qui doit être « nourri ». Le droit canonique divergerait alors de la pensée des romanistes qui ont pourtant permis de définir les contours de l’obligation alimentaire et les cadres de la responsabilisation des pères naturels (à partir des trois ans de l’enfant) : à compter de la seconde moitié du xiie siècle, s’affirme progressivement le principe que même illégitimes, spurii inclus, les enfants doivent être « nourris » par leurs parents. En marge d’une réflexion sur la favor prolis qu’ils ne mobilisent toutefois jamais, papes et décrétalistes soutiennent le principe de l’accueil et de la prise en charge des illégitimes par leurs parents, et notamment par leur père auquel ils ne sauraient toutefois jamais succéder. La sollicitudo et la benignitas enjoignent de faire triompher le jus naturale sur les éventuelles restrictions du droit positif. Le témoignage des archives de la pratique (actes notariés, testaments, archives judiciaires d’officialités) invite toutefois à nuancer ces postures bienveillantes, tout en confirmant la réalité de la responsabilisation des pères naturels, de facto comme de jure.

No file

Dates and versions

hal-01839416 , version 1 (14-07-2018)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01839416 , version 1
  • OKINA : ua17333

Cite

Carole Avignon, Véronique Dasen, Patricia Gaillard-Seux. Accueillir l’enfant illégitime : modalités, enjeux, limites de la benignitas canonica. Des théories romano-canoniques aux pratiques sociales (XIIe-XVe siècles). Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest : Anjou, Maine, Touraine, 2017, 124-3, pp.65-86. ⟨hal-01839416⟩
72 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More