La biocorrosion, un nouveau paramètre à prendre en compte pour interpréter la répartition des œuvres pariétales : l’exemple de la grotte du Mas d’Azil en Ariège - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Karstologia Year : 2016

La biocorrosion, un nouveau paramètre à prendre en compte pour interpréter la répartition des œuvres pariétales : l’exemple de la grotte du Mas d’Azil en Ariège

Abstract

Biocorrosion, a new parameter to take into account when interpreting the distribution of rock paintings. The example of the Mas d’Azil cave in Ariège (France). Recent studies in several caves show that bats have had a significant impact on the walls and the roof of many caves in the world. These forms, unknown until recent years, show the importance of the phenomenon of biocorrosion, as the walls retreated by dissolution from a few millimeters to several decimeters or even meters. Although this post-karstogenetic weathering implies a revision of some processes invoked in the development or the reuse of karstic conduits, it also has consequences on rock art. One can imagine that the areas where colonies of bats lived have been subjected to this process. In consequence, the fragile rock art, whether painted or engraved, have disappeared with the dissolution of their support. Thus, depending on the morphology of the cavity but also on the aerology, sections of caves or parts of walls could be affected by biocorrosion. The result is a distribution of art intimately linked to a taphonomy process, even in the deepest parts of caves, usually the best preserved from walls degradations. It is therefore important to be able to recognize this phenomenon and to evaluate its extent in order to make an unbiased interpretation of the global distribution of rock art in a cave. The Mas d’Azil (Ariège) Cave presents a strong opposition between the decorated parts, where we still observe the initial kartogenetic features on cave walls, and those without rock art, where biocorrosion evidences are visible.
Des observations récentes montrent que les chauves-souris ont un impact important sur les morphologies pariétales de très nombreuses grottes dans le monde. L’état de surface et les formes associées attestent de la fréquence et de l’ampleur du phénomène de biocorrosion, les parois ayant pu reculer par dissolution de quelques millimètres à plusieurs décimètres voire mètres. Si ces retouches post-karstogéniques impliquent une révision de certains processus invoqués dans le creusement ou la réutilisation de conduits karstiques, elles ont également des conséquences sur l’art pariétal en grotte. Ainsi, il est envisageable que dans les cavités où vivent des colonies de chauves-souris, les œuvres d’art, qu’elles soient peintes ou gravées, ont disparu avec la dissolution de leur support. En fonction de la géométrie, de la morphologie et de l’aérologie d’une cavité, ses parois ont pu être affectées par l’altération et notamment la biocorrosion. Il en résulte une répartition de l’art pariétal visible qui n’est pas uniquement due au choix des hommes préhistoriques mais aussi à un processus taphonomique. Ce processus peut affecter les zones profondes de grottes, habituellement les mieux protégées: il devient donc important de savoir en identifier les stigmates et d’en évaluer l’ampleur avant d’interpréter la répartition spatiale de l’art pariétal d’une grotte. La grotte du Mas d’Azil (Ariège) présente une véritable opposition entre les parties ornées, où l’on observe encore les formes de creusement initiales, et celles sans art, où les formes de biocorrosion sont manifestes.
Fichier principal
Vignette du fichier
2018 - Karstologia - Biocorrosion Mas d'Azil.pdf (2.85 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-01838098 , version 1 (24-07-2018)

Licence

Public Domain

Identifiers

  • HAL Id : hal-01838098 , version 1

Cite

Laurent Bruxelles, Marc Jarry, Jean-Yves Bigot, François Bon, Didier Cailhol, et al.. La biocorrosion, un nouveau paramètre à prendre en compte pour interpréter la répartition des œuvres pariétales : l’exemple de la grotte du Mas d’Azil en Ariège. Karstologia, 2016. ⟨hal-01838098⟩
720 View
271 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More