Rhétorique de l’écrit imprimé à la Renaissance - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Dossiers d'HEL Year : 2016

Rhétorique de l’écrit imprimé à la Renaissance

Abstract

Although there were already, at the end of the Middle Ages, an important diversity between private handwriting and ceremonial manuscript, the discrepancy in their significations enlarges with the circulation of the printed book, that provides gradually models for the representation of speech, unknown of the handwritten tradition. The multiplication of books moulds the spoken language one can observe not only in the enforcement of spelling rules, but also in the constraint, more or less consciously, of a « rhetoric of print » which confers to the page the task of structuring the content cognitively, and gives a model for delivery. Grammarians, poeticians, and rhetoricians claimed the supremacy of speech for the sake of « civil » conversation : with the word printed on the page, the graphic sign is a semeion that endorses deictic and memorative functions, and a tekmerion, the necessary sign of normative relations. Montaigne’s manuscripts and his corrections on the printed page are the witnesses of the conscious semiotic possibilities, by difference, of these graphic expressions.
Même s’il y avait déjà, à la fin du Moyen Âge, des différences importantes entre l’écriture manuscrite privée et les manuscrits d’apparat, l’écart de signification s’amplifie avec la diffusion de l’imprimé qui offre progressivement des modèles de représentation de la parole inconnus de la tradition manuscrite. Le livre et sa multiplication provoquent une mise en forme de l’oral qui ne se traduit pas seulement par l’application de normes orthographiques, mais aussi par l’imposition plus ou moins consciente d’une « rhétorique de l’imprimé » qui donne à la page un rôle de structuration cognitive du contenu et de modèle pour la performance orale. Les grammairiens, poéticiens et rhétoriciens se réclamaient de la suprématie de la parole au nom de la conversation « civile » : avec le mot imprimé sur la page, le signe graphique est un semeion qui se charge de fonctions déictiques et mémoratives, et un tekmerion, signe nécessaire de relations normatives. Les manuscrits de Montaigne et ses interventions sur l’imprimé sont les témoins d’une prise de conscience des possibilités sémiotiques différentielles de ces manifestations graphiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
Demonet_DossiersHEL9.pdf (753.35 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-01304885 , version 1 (20-04-2016)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01304885 , version 1

Cite

Marie-Luce Demonet. Rhétorique de l’écrit imprimé à la Renaissance. Dossiers d'HEL, 2016, Écriture(s) et représentations du langage et des langues, 9, pp.146-161. ⟨hal-01304885⟩
301 View
688 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More