Les ammonites du Pliensbachien et du Toarcien basal dans la carrière de la Roche Blain (Fresnay-le-Puceux, Calvados, Basse-Normandie, France). Taxonomie, implications stratigraphiques et paléobiogéographiques. - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Revue de Paléobiologie Year : 2008

Les ammonites du Pliensbachien et du Toarcien basal dans la carrière de la Roche Blain (Fresnay-le-Puceux, Calvados, Basse-Normandie, France). Taxonomie, implications stratigraphiques et paléobiogéographiques.

Olivier Dugué
H. Gauthier
  • Function : Author
Pascal Neige
D. Raynaud
  • Function : Author
M. Trevisan
  • Function : Author

Abstract

Résumé Ce travail étudie les riches faunes d'ammonites du Pliensbachien et de la base du Toarcien dans la localité très fossilifère de la carrière de la Roche Blain (Calvados). Une cinquantaine d'espèces pliensbachiennes, récoltées dans une douzaine de niveaux distincts sont toutes décrites et illustrées. Leur préservation est parfois remarquable. Des structures fragiles comme les péristomes ou les mégastries sont assez souvent préservées. A l'exception de deux spécimens d'affinités téthysiennes (Arieticeras cf. amalthei (Oppel, 1853) et Dactylioceras (Eodactylites) sp.), les ammonites récoltées à la Roche Blain se rattachent toutes, sans ambiguïté, aux faunes d'affinités nord-ouest européennes, largement dominantes à l'époque dans le Bassin anglo-normand. Les peuplements d'ammonites du Pliensbachien de la Roche Blain sont remarquablement diversifiés. La présence de deux espèces nouvelles (Acanthopleuroceras gauthieri nov. sp. Dommergues & Meister et Catriceras (?) rioulti nov. sp. Dommergues & Meister) est particulièrement remarquable. Les faunes d'affinités nord-ouest européennes sont bien connues et il est surprenant de découvrir deux formes notoirement nouvelles dans un seul gisement du nord-ouest de l'Europe en général, et du Bassin anglo-parisien en particulier. Il existe aussi au sein des faunes récoltées à la Roche Blain un nombre important de spécimens relativement bien conservés mais difficiles à attribuer sans réserve à un genre et/ou à une espèce connue. Ces nombreuses formes difficiles à classer, et souvent laissées en nomenclature ouverte, renforcent l'originalité des faunes trouvées à la Roche Blain. L'explication de cette exceptionnelle diversité faunique est sans doute à rechercher dans le contexte paléogéographique pliensbachien des Campagnes de Caen et de Falaise formées d'écueils, de hauts-fonds, de sillons et de cuvettes plus ou moins profonds qui devaient offrir une très riche mosaïque de biotopes. Cette région de seuil proche de la bordure orientale du Massif armoricain était directement ouverte sur des zones moins agitées (plus profondes?) et/ou plus subsidentes du Bassin anglo-parisien. Des échanges fauniques faciles devaient exister tant avec les bassins de la Manche occidentale (e.g. Dorset) qu'avec le Bassin de Paris, mais aucun argument paléobiogéographique ne permet actuellement de privilégier l'une ou l'autre de ces sources de peuplement.
Fichier principal
Vignette du fichier
Dommergues et al 2008b.pdf (12.59 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive
Loading...

Dates and versions

hal-00325239 , version 1 (19-08-2019)

Identifiers

  • HAL Id : hal-00325239 , version 1

Cite

Jean-Louis Dommergues, Olivier Dugué, H. Gauthier, Christian Meister, Pascal Neige, et al.. Les ammonites du Pliensbachien et du Toarcien basal dans la carrière de la Roche Blain (Fresnay-le-Puceux, Calvados, Basse-Normandie, France). Taxonomie, implications stratigraphiques et paléobiogéographiques.. Revue de Paléobiologie, 2008, 27 (1), pp.265-329. ⟨hal-00325239⟩
634 View
164 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More