Migrantologie critique (1) - SOCIOLOGIE Access content directly
Videos Year : 2020

Migrantologie critique (1)

Display 

Abstract



[00:00:00 à 01:24:20] Migrantologie critique (1) , par Michel PERALDI

[01:24:20 à fin] Discussion


Présentation de la séance :

Depuis quelques années on assiste à une véritable inflation mondiale des études et recherches sur les dynamiques migratoires, lesquelles deviennent, en soi et pour soi, un objet d’étude désenclavé des autres phénomènes sociaux. Nous voudrions proposer une réflexion critique sur ce développement de la « migrantologie », qui contribue à entretenir le mythe moderne de la menace migratoire. On proposera ici de ré-encastrer les dynamiques migratoires dans des phénomènes sociaux généraux à partir de quatre exemples : les politiques de restriction et de contrôle frontalier peuvent être analysées comme un moment dans le développement de l’État d’exception ; les statuts et formes de ce que l’on appelle « intégration » peuvent se concevoir comme un moment des processus d’affiliation/désaffiliation par lesquels nos sociétés gèrent ceux que le capitalisme néolibéral renvoie au statut de surnuméraire ; dans le travail même, pour compléter cette approche, la clandestinité induite par les procédures de contrôle et de restriction, participe de la « profitabilité » des migrants ; enfin, nous voudrions proposer de ré-envisager les dynamiques migratoires comme une forme parmi d’autres de mobilité comme condition générale de la modernité.


Présentation du séminaire :

Le thème des « migrations » est actuellement abondamment traité par les sciences sociales et prend de plus de place dans la formation des étudiants. Devant la centralité scientifique, mais également politique et médiatique, que prend ce thème, nous nous envisagerons les différentes manières de construire l’objet « migrations » en partant de la question suivante : pourquoi la « migration » apparaît-elle aujourd’hui comme la forme problématique des mobilités contemporaines ? Dans un contexte de durcissement des politiques migratoires et des dispositifs de contrôle, nous continuerons cette année à discuter la place des phénomènes migratoires, tant politique que symbolique, dans les sociétés et les territoires. Quelles sont les catégories critiques nous permettant d’appréhender la singularité des situations migrantes ? Ce séminaire a pour objectif de construire une approche critique, réflexive et interdisciplinaire des phénomènes migratoires en interrogeant la notion de « crise» ainsi que les concepts et catégories historiques du champ des études migratoires (intégration, condition migrante, migrant, immigré, transnationalisme, etc.). L’intention théorique et épistémologique consiste à replacer les flux nommés aujourd’hui « migrations » dans une réflexion globale sur les mobilités, en mettant en perspective des flux et des formes de déplacements divers, et en pensant l’opposition, comme l’articulation, entre migration et mobilité. Ces différents aspects seront étudiés, à distance du nationalisme méthodologique, sous l’angle des expériences migratoires et des logiques sociales qui les traversent (mobilités socio-économiques, autonomie, stratification sociale à l’échelle transnationale, utilitarisme migratoire), comme des politiques, des frontières et des dispositifs. Les séances du séminaires présenteront des travaux empiriques et théoriques récents, reviendront sur des textes fondamentaux et des objets de controverses tout en accordant une place essentielle à la réflexivité.

Dates and versions

hal-02985394 , version 1 (02-11-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : hal-02985394 , version 1

Cite

Michel Péraldi, Camille Schmoll, Dimitri Galitzine. Migrantologie critique (1) :
Mobilités transnationales, acteurs et dispositifs : pour une épistémologie critique. 2020. ⟨hal-02985394⟩
343 View
22 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More