Vers une meilleure prise en compte des champignons mycorhiziens dans la gestion forestière - Revue Forestière Française Access content directly
Journal Articles Revue forestière française Year : 1997

Vers une meilleure prise en compte des champignons mycorhiziens dans la gestion forestière

Abstract

In forest ecosystems, tree roots are colonized by fungi to form mycorrhizae which play a central role in the uptake of mineral nutrients and water from the soil. Most of our knowledge of the biology of mycorrhizal symbiosis is derived rom studies conducted under controlled conditions in laboratories or greenhouses. More information on the mycorrhizal function in the field is needed. However, some recommendations can be made to make better use of mycorrhizae in day today management of nurseries and forest ecosystems. Natural mycorrhizal development should be encouraged in tree nurseries by reducing levels of fertilization and pesticide use. Where necessary, we are now capable of introducing efficient,competitive mycorrhizal fungi both for the purpose of fostering tree growth and increasing edible mushroom production. The association of the Douglas fir with the American Laccaria bicolor S 238 N has proved beneficial to the outplanted tree and production on a commercial scale has begun in France. Other associations are likely to become available in the future once additional forest trials have been performed. Under certain conditions, truffle production can be achieved on plant material transplanted from containers inoculated with species of the Tuber genus. There is now some hope of obtaining similar results for other highly appreciated edible mushrooms such a Boletus or Cantharellus. In mature stands, mycorrhizae in a suitable functional state are necessary both for the production of timber and of edible mushrooms. The water regime, which is essential for mycorrhizal activity, will become increasingly critical as photosynthesis increases in connection with CO2 accumulation in the atmosphere. Forest management practices will have take these factors into account.
Dans les écosystèmes forestiers, les racines des arbres sont associées à des champignons mycorhiziens qui jouent un rôle primordial dans l’acquisition des éléments minéraux et de l’eau à partir du sol. La plupart de nos connaissances sur la biologie de ces associations provient d’études qui ont été menées en conditions très contrôlées (laboratoires ou serres). Nous manquons d’information sur le fonctionnement des mycorhizes en forêt. Néanmoins quelques recommandations peuvent être données pour mieux prendre en compte les associés fongiques des arbres dans les pratiques courantes de pépinière ou de gestion forestière. Le développement naturel des mycorhizes en pépinière doit être favorisé par une baisse du niveau de fertilisation et une moins grande utilisation de pesticides. Si nécessaire, nous possédons maintenant des techniques qui permettent l’introduction de champignons mycorhiziens efficaces et compétitifs, aussi bien dans l’optique de l’amélioration de la croissance des arbres que l’amélioration de la production de champignons comestibles. L’association du Douglas avec la souche américaine Laccaria bicolor S 238 N s’avère positive pour l’amélioration de sa croissance après transplantation et a commencé à avoir un développement commercial en France. D’autres associations pourront probablement être utilisées dans le futur, mais beaucoup d’essais en forêt sont encore nécessaires. L’inoculation d’espèces du genre Tuber en conteneurs permet d’obtenir une production ultérieure de truffes après transplantation dans certaines conditions. Il y a maintenant des espoirs d’obtenir des résultats identiques aves d’autres champignons comestibles très estimés comme les cèpes ou la chanterelle. Dans les peuplements adultes, des mycorhizes en bon état fonctionnel sont nécessaires à la fois pour la production de bois et la production de champignons comestibles. Le régime hydrique est un des points importants pour l’activité mycorhizienne. Il deviendra encore plus crucial dans l’avenir en raison de l’augmentation prévisible de la photosynthèse en liaison avec l’augmentation de la teneur en gaz carbonique de l’atmosphère. Les pratiques de gestion sylvicoles devront intégrer ce facteur.
Fichier principal
Vignette du fichier
245_255_RFF_spec97.pdf (167.63 Ko) Télécharger le fichier
Origin Explicit agreement for this submission

Dates and versions

hal-02686274 , version 1 (25-04-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02686274 , version 1
  • PRODINRA : 140872

Cite

François Le Tacon. Vers une meilleure prise en compte des champignons mycorhiziens dans la gestion forestière. Revue forestière française, 1997, 49 (Spécial), pp.245-255. ⟨hal-02686274⟩
18 View
8 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More