(Dé)figurer les machines de vision - Centre Norbert Elias Access content directly
Book Sections Year : 2023

(Dé)figurer les machines de vision

Abstract

On the border between arts and surveillance studies, this book analyzes the technopolitical role of new "machines vision" and considers sousveillance as a democratic counter-power. At a time when surveillance is becoming commonplace, digital technologies seem to serve an "anti-social" policy. Under the guise of shared vigilance, states have adopted increasingly intrusive technologies: video surveillance, data surveillance, drones, biometrics, geolocation, facial recognition, RFID, etc. In this context, artists and citizen associations are joining forces to develop counter-fires, to regain control or to reverse the roles of the surveillants/supervised.
À l’heure où s’instaure une banalisation de la surveillance, les technologies numériques semblent au service d’une politique « antisociale ». La recrudescence des dispositifs de contrôle post-attentats du 11 septembre 2001, l'instauration controversée des lois dites de « sécurité globale », mais aussi l'injonction au confinement ou au couvre-feu suite à l'irruption de la pandémie de covid-19, ont constitué autant de mesures liberticides qui mettent à mal les droits fondamentaux et la vie privée. Sous couvert d'une vigilance partagée, présentée comme un facteur d'amélioration de la vie sociale, les états ont adopté des technologies de plus en plus intrusives : vidéosurveillance, dataveillance, drones, biométrie, géolocalisation, puces RFID, etc. Dans ce contexte, des artistes et des associations citoyennes s'associent pour développer des contre-feu, reprendre le contrôle ou renverser les rôles de surveillants/surveillés. Est-il possible de restituer et garantir une démocratie de la surveillance ? Les citoyens peuvent-ils exercer en ce sens un droit de sousveillance ? L'art peut-il avoir ici un rôle à jouer ? Angles morts, camouflage, obfuscation, contre-visualités : cet ouvrage propose l’examen de tactiques ou ruses avec l’œil du pouvoir, doublement esthétiques et politiques, au croisement de l’art et de l'activisme. En prenant appui sur les œuvres de différents artistes internationaux – Hito Steyerl (Allemagne), Forensic Architecture (Royaume-Uni, Israël) , Paolo Cirio (Italie), Thierry Fournier, Samuel Bianchini, Antoine d’Agata, Eléonore Weber (France) – il s’agit d’interroger le rôle technopolitique des images et les pratiques de sousveillance comme alternative et contre-pouvoir démocratique.
Fichier principal
Vignette du fichier
SOUSVEILLANCE_L_oeil_du_contre_pouvoir.pdf (405.35 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

hal-04216024 , version 1 (28-09-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04216024 , version 1

Cite

Jean-Paul Fourmentraux. (Dé)figurer les machines de vision : Introduction. SOUSVEILLANCE. L'oeil du contre-pouvoir, Les Presses du Réel, 2023, 978-2-37896-429-0. ⟨hal-04216024⟩
30 View
13 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More