"Sommes-nous réellement envahis par les anglicismes ?" Anglicismes et unilinguisme : analyse lexicologique et évaluation de l'efficacité des dispositifs d’enrichissement de la langue française - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2023

"Are we really invaded by Anglicisms ?" Anglicisms and unilingualism : lexicological analysis and evaluation of the effectiveness of French enrichment plans

"Sommes-nous réellement envahis par les anglicismes ?" Anglicismes et unilinguisme : analyse lexicologique et évaluation de l'efficacité des dispositifs d’enrichissement de la langue française

Abstract

In terms of language policies, Boyer (2000) had skilfully defined French unilingualism by the formula: “neither competition (for the national language), nor deviance (from the legitimate use)”. Through a sociolinguistic point of view, the reception given to Anglicisms by the French of France seems to perfectly illustrate the duality of this unilingualism since it shows both the competition deemed to be unfair from English on the linguistic market, but also the fact that, very often, “anglicism” remains synonymous with “barbarism”: the extra- and intra-linguistic dimensions would therefore be concomitantly affected by this phenomenon. The alarmist purists, since the pamphlet of Étiemble published in 1964, not failing to warn us regularly about the threat that would hover over the French language, two questions arose: Are we really "invaded" by Anglicisms? If so, how effective are our means of “struggle”?This work offers some answers, by first analyzing the evolution of the proportion of Anglicisms among the new lexical entries of the Petit Larousse Illustré (PLI) and Petit Robert (PR) usage dictionaries over the period 1998-2023 , thus placing us in a micro-diachronic paradigm (Siouffi, Steuckardt & Wionet, 2012) in the fields of lexicology, neology and metalexicography. Our hypothesis is indeed the following: if it is proven that the French of France is "invaded" by Anglicisms, then these must be proportionally more and more numerous in our dictionaries. Through a quantitative but also quali-quantitative (typological, grammatical and semantic) analysis of our corpus of more than a thousand anglicisms having integrated the PLI and/or the PR over the past twenty-five years, we will show that the "threat" is all relative. If the average rate of anglicisms among the new lexies nowadays seems to reach 20 to 25%, we argue that the neological dynamics involved, beyond the "dictionary constraints" (Martinez, 2011), are subject to an effect of " language mode", and that, on the contrary, French shows a real vitality by using its own "lexicogenic resources" (Saugera, 2017). These results will lead us to define a new typology of Anglicisms based on that of Candel and Humbley (2017), but also to formalize a paradigm shift in terms of representations on borrowings: we consider that we have shifted from a “scholarly xenoglossophobia” (Cerquiglini, 2006) to a “market Anglomania”.Since an average increase in the proportion of Anglicisms in our dictionaries is nevertheless quantifiable in diachrony and micro-diachrony, we will then explain the methodological framework that allowed us to test the effectiveness of the institutional devices for enriching the French language in response to these borrowings. By keeping the same analytical process (quantitative and quali-quantitative: typology, grammar and semantics), we have crossed several official sources involved in the process of French neology instigated by the Commission for the enrichment of the French language (CELF) in order to constitute a list of ten Anglicisms unanimously criticized and for which an “official recommendation” is proposed as a substitute. Through a search by occurrences in a corpus of French press articles, we were able to quantify the respective use of competitive lexies (Anglicism / French equivalent) and conclude that official recommendations struggle to impose themselves in usage. Which ultimately leads us to question our problem and our hypotheses: is the ambition of an entity such as the CELF to go against usage, or to keep French neology dynamic while fighting against possible linguistic insecurities?
En matière de politiques linguistiques, Boyer (2000) avait habilement défini l'unilinguisme français par la formule : « ni concurrence (pour la langue nationale), ni déviance (par rapport à l'usage légitime) ». D'un point de vue sociolinguistique, l'accueil réservé aux anglicismes par le français de France semble parfaitement illustrer la dualité de cet unilinguisme puisqu'il témoigne à la fois de la concurrence jugée déloyale de l'anglais sur le marché linguistique, mais aussi du fait que, très souvent, « anglicisme » reste synonyme de « barbarisme » : les dimensions extra- et intra-linguistiques seraient donc concomitamment affectées par ce phénomène. Les puristes alarmistes, depuis le pamphlet d’Étiemble paru en 1964, ne manquant pas d’alerter régulièrement sur la menace qui planerait sur la langue française, deux questions se sont imposées : Sommes-nous réellement « envahis » par les anglicismes ? Si tel est le cas, quelle est l'efficacité de nos moyens de « lutte » ?Ce travail propose des éléments de réponse, en analysant d’abord l'évolution de la proportion d'anglicismes parmi les nouvelles entrées lexicales des dictionnaires d'usage Petit Larousse Illustré (PLI) et Petit Robert (PR) sur la période 1998-2023, nous plaçant ainsi dans un paradigme micro-diachronique (Siouffi, Steuckardt & Wionet, 2012) dans les champs de la lexicologie, la néologie et la métalexicographie. Notre hypothèse est en effet la suivante : s'il est avéré que le français de France est « envahi » par les anglicismes, alors ces derniers doivent être proportionnellement de plus en plus nombreux dans nos dictionnaires. À travers une analyse quantitative mais également quali-quantitative (typologique, grammaticale et sémantique) de notre corpus de plus de mille anglicismes ayant intégré le PLI et/ou le PR ces vingt-cinq dernières années, nous montrerons que la « menace » est toute relative. Si le taux moyen d'anglicismes parmi les nouvelles lexies semble de nos jours atteindre 20 à 25%, nous avançons que les dynamiques néologiques impliquées, au-delà des « contraintes dictionnairiques » (Martinez, 2011), sont sujettes à un effet de « mode langagière », et qu'en outre le français fait au contraire preuve d'une réelle vitalité en usant de ses propres « ressources lexicogéniques » (Saugera, 2017). Ces résultats nous conduiront à définir une nouvelle typologie des anglicismes s'appuyant sur celle de Candel et Humbley (2017), mais également à formaliser un changement de paradigme quant aux représentations sur les emprunts : nous considérons en effet que nous avons basculé d'une « xénoglossophobie savante » (Cerquiglini, 2006) à une « anglomanie de marché ».Puisqu'une augmentation moyenne de la proportion d'anglicismes dans nos dictionnaires est néanmoins quantifiable en diachronie et micro-diachronie, nous expliciterons ensuite le cadre méthodologique nous ayant permis d'éprouver l'efficacité des dispositifs institutionnels d'enrichissement de la langue française en réponse à ces emprunts. En conservant les mêmes jalons analytiques (quantitatifs et quali-quantitatifs : typologie, grammaire et sémantique), nous avons croisé plusieurs sources officielles impliquées dans le processus de néologie française instiguée par la Commission d’enrichissement de la langue française afin de constituer une liste de dix anglicismes unanimement critiqués et pour lesquels une « recommandation officielle » est proposée en substitution. Par une recherche par occurrences auprès d’un corpus d’articles de presse française, nous avons pu quantifier l’usage respectif des lexies concurrentielles (anglicisme / équivalent français) et conclure que les recommandations officielles peinent à s’imposer dans les usages. Ce qui nous conduit in fine à interroger notre problématique et nos hypothèses : l’ambition d’une entité telle que la CELF est-elle d’aller contre l’usage, ou de garder dynamique la néologie francophone tout en luttant contre d’éventuelles insécurités linguistiques ?
Fichier principal
Vignette du fichier
2023_JULIA_arch.pdf (4.67 Mo) Télécharger le fichier
Origin Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-04308350 , version 1 (27-11-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04308350 , version 1

Cite

Léopold Julia. "Sommes-nous réellement envahis par les anglicismes ?" Anglicismes et unilinguisme : analyse lexicologique et évaluation de l'efficacité des dispositifs d’enrichissement de la langue française. Linguistique. Université Paul Valéry - Montpellier III, 2023. Français. ⟨NNT : 2023MON30011⟩. ⟨tel-04308350⟩
186 View
209 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More