Grandes Écoles in the 20th century, the field of the French elites: social reproduction, dynasties, networks - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Grandes Écoles in the 20th century, the field of the French elites: social reproduction, dynasties, networks

Les Grandes Écoles au 20e siècle, le champ des élites françaises : reproduction sociale, dynasties, réseaux

Stéphane Benveniste

Abstract

Constituted by three self-contained chapters, this dissertation investigates, from a historical perspective, the central role of the most prestigious Grandes Écoles for the constitution and the perpetuation of the French elites. To that end, we collected and constructed an original dataset on 374,719 graduates registered between 1886 and 2015 in 12 schools. The first chapter qualifies the admission process to these Grandes Écoles for cohorts born between 1891 and 1995. Families from ancient aristocratic lineage are continually more likely to be admitted, and Parisian-born individuals are increasingly over-represented in the schools. Descendants of Grande École graduates are also considerably advantaged in the admission process, over several generations, even more so in the school where their ancestors studied. Moreover, we show that the level of intergenerational reproduction is remarkably stable for all cohorts born since 1916. The second chapter examines the entry of the Grande École graduates born between 1931 and 1975 on the specific labor market for elite occupations, namely politicians with national-level mandates and board members of French firms. We first confirm that the Grandes Écoles are crucial in the training of such elites. More importantly, we demonstrate the presence of dynasties, as children of the political and business elites have higher chances than their peer graduates to embrace similar careers. Political dynasties are particularly sizeable, although progressively declining for cohorts born after World War 2. We also show that these dynasties shape the composition of the French elite, as dynastical board members tend to be less educated than first-generation directors, and as members of the elite manage to propel their offspring much younger to key business and political positions. Finally, the third chapter explores the interactions between the political and business elites in the attribution, by politicians to business leaders, of the Légion d’honneur, the most prominent state award in France. Awards constitute news shocks and allow to conduct an event study in the days following their announcement. We reveal a positive stock market reaction for the firms of the awardees. Graduation of politicians and businesspersons in a same Grande École cohort serves as a signal of political connections. Thus, it appears that only newly disclosed information on connections is priced by financial markets. This dissertation thereby documents the pervasive and long-lasting influence of the Grandes Écoles on the structuring of the French elites. First, the schools’ admission process is characterized by a substantial intergenerational reproduction, which perpetuates over generations. Second, even among their graduates, careers remain determined by social origins. Finally, alumni networks that root early in the life course have a durable influence on social outcomes, for instance through higher chances to receive a prestigious state award from a school peer.
Constituée de trois chapitres autonomes, cette thèse étudie, dans une perspective historique, le rôle central des Grandes Écoles les plus prestigieuses dans la constitution et la stabilité des élites françaises. Pour ce faire, nous avons collecté et construit une base de données originale couvrant 374 719 diplômés admis entre 1886 et 2015 dans 12 écoles. Le premier chapitre qualifie le processus d’admission à ces Grandes Écoles pour les cohortes nées entre 1891 et 1995. Les familles d’ascendance aristocratique sont continuellement sur-représentées parmi les étudiants, de même que les individus nés à Paris pour qui l’avantage augmente pour les cohortes les plus récentes. Les enfants des diplômés des Grandes Écoles ont aussi considérablement plus de chances d’être eux-mêmes admis dans ces écoles, et ce sur plusieurs générations, tout particulièrement dans les mêmes établissements que leurs ancêtres. Par ailleurs, nous montrons que le niveau de reproduction intergénérationnelle est stable pour toutes les cohortes nées depuis 1916. Le second chapitre examine l’entrée des diplômés des Grandes Écoles nés entre 1931 et 1975 sur le marché du travail des professions d’élite, à savoir en tant que personnalité politique avec un mandat national ou comme membre de conseil d’administration d’une entreprise française. Nous confirmons dans un premier temps que les Grandes Écoles constituent la voie royale vers l’élite. Surtout, ce travail met en évidence la présence de dynasties, dès lors que les enfants des élites politique et économique ont davantage de chances que leurs pairs diplômés de mener des carrières dans ces professions d’élite. Les dynasties politiques sont particulièrement importantes, bien qu’en recul progressif pour les cohortes nées après la seconde guerre mondiale. Par ailleurs, nous montrons que ces dynasties façonnent la composition des élites françaises, puisque les membres dynastiques de conseils d’administration ont un moindre niveau d’éducation que ceux de première génération, et que les membres de l’élite parviennent à propulser leurs enfants bien plus jeunes vers l’exercice de ces fonctions prestigieuses. Enfin, le troisième chapitre explore les interactions entre élites politique et économique via l’attribution par les politiciens aux dirigeants d’entreprises de la légion d’honneur, la plus éminente distinction d’État en France. Les décorations constituent un choc informationnel, ce qui permet de mener une étude d’évènement dans les jours suivant leur officialisation. Nous mettons en évidence une réaction positive des marchés boursiers pour les entreprises des récipiendaires. La formation des personnalités politiques et économiques la même année dans une même Grande École est utilisée comme un signal de connexion politique. Il apparaît ainsi que seules les connexions nouvellement révélées sont valorisées par les marchés financiers. En définitive, cette thèse documente l’influence généralisée et durable des Grandes Écoles sur la structuration des élites françaises. En effet, l’admission dans ces écoles est caractérisée par une importante reproduction intergénérationnelle, qui se perpétue sur plusieurs générations. En outre, même parmi les admis, les carrières demeurent influencées par l’origine sociale. Enfin, les réseaux de diplômés exercent une influence durable sur la réussite sociale, par exemple avec une probabilité plus élevée de recevoir la légion d’honneur de la part d’un collègue de promotion.
Fichier principal
Vignette du fichier
PhD_thesis_Stephane_Benveniste.pdf (32.02 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-04186673 , version 1 (24-08-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04186673 , version 1

Cite

Stéphane Benveniste. Grandes Écoles in the 20th century, the field of the French elites: social reproduction, dynasties, networks. Economics and Finance. Aix-Marseille Université, 2021. English. ⟨NNT : 2021AIXM0576⟩. ⟨tel-04186673⟩
114 View
2 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More