Careers in Mathematics in France and Kazakhstan : A Comparative Analysis of Social and Gender Dynamics - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2021

Careers in Mathematics in France and Kazakhstan : A Comparative Analysis of Social and Gender Dynamics

Carrières en mathématiques en France et au Kazakhstan : une analyse comparative des dynamiques sociales et de genre

(1)
1
Zhanna Karimova
  • Function : Author

Abstract

Is there a consensus on the democratic affirmation of the principle of gender equality in all societal contexts? Do women manage to impose their presence in traditionally male-dominated bastions? Do individual transgression strategies open the way to a normative recomposition?These are the questions on which the thesis answers based on the trajectories of mathematicians at the universities of France and Kazakhstan.After briefly recalling the specific forms that the principle of equality between the sexes takes in these two countries, the thesis offers an analysis of the gendered development of trajectories and more precisely of the apparently paradoxical link between academic success and careers of excellence. In fact, in France, as in Kazakhstan, young women study longer, show better academic success in science, and therefore invest in training more than their male counterparts. Yet they are less often found in the teaching profession of mathematics within the university. And as soon as they get a permanent position, their careers slow down.Various studies show that this observation of gender inequalities seems contradictory to economic interest. The more women are at work, the more prosperous the economy. According to UN calculations, if the paid employment rate for women and men was the same, the gross domestic product (GDP) of the United States would increase by 9 percent, that of the euro area by 13 percent and that of Japan by 16 percent (Daly, 2007). In 15 large developing economies, income per capita would increase by 20 percent by 2030 (Lawson, 2008). Despite this economically rational argument, overall women remain less integrated into the labor market, paid less than men and more often exposed to precariousness.Where do these paradoxes come from? How can they be explained according to the historical and cultural contexts of the two countries that seem to have a priori nothing in common?The presentation of three trajectory models as part of this thesis will allow us to understand some of the social mechanisms for the origin of these phenomena and to question the impact of individual transgressions on the global gender system.
L'affirmation démocratique du principe d'égalité des sexes fait il consensus dans tous les contextes sociétaux ? Les femmes parviennent-elles à imposer leur présence dans les bastions traditionnellement masculins? Les stratégies de transgression individuelle ouvrent-elles la voie à une recomposition normative?C'est à ces diverses questions que ce travail de thèse apporte des éléments de réponse à partir des trajectoires de mathématicien.nes à l'Université en France et au Kazakhstan.Après avoir rappelé brièvement les formes spécifiques que prend le principe d'égalité entre les sexes dans ces deux pays, la thèse propose une analyse du déroulement sexué des trajectoires et plus précisément du lien apparemment paradoxal entre réussite scolaire et carrières d'excellence. En France comme au Kazakhstan, en effet, les jeunes filles font des études plus longues, montrent une meilleure réussite académique en sciences dures, donc investissent plus la formation que leurs homologues masculins. Pourtant elles se retrouvent moins souvent dans le métier d'enseignant de mathématiques au sein de l'Université. Et dès qu'elles obtiennent un poste permanent à l'Université, leur carrière se ralentit.Ce constat d'inégalités sexuées semble contradictoire avec l'intérêt économique, comme le montrent différentes études. Car plus il y a de femmes au travail, plus l'économie prospère. Selon les calculs de l'ONU, si le taux d’emploi rémunéré des femmes était le même que celui des hommes, le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis augmenterait de 9 pour cent, celui de la zone euro de 13 pour cent et celui du Japon, de 16 pour cent (Daly, 2007). Dans 15 grandes économies en développement, le revenu par habitant augmenterait de de 20 pour cent d'ici 2030 (Lawson, 2008). Malgré cet argument économiquement rationnel, globalement les femmes restent moins intégrées dans le marché du travail, moins payées que les hommes, plus souvent exposées à une précarité.D'où viennent ces paradoxes? Comment s'expliquent-t-ils en fonction des contextes historiques et culturels des deux pays n’ayant a priori rien en commun ? La présentation de trois modèles de trajectoires dans le cadre de ce travail de thèse permettra d'appréhender quelques-uns des mécanismes sociaux à l'origine de ces phénomènes et de s'interroger sur l'impact des transgressions individuelles sur le système global de genre.
Fichier principal
Vignette du fichier
these_internet_karimova_z.pdf (3.03 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-03586156 , version 1 (23-02-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03586156 , version 1

Cite

Zhanna Karimova. Carrières en mathématiques en France et au Kazakhstan : une analyse comparative des dynamiques sociales et de genre. Sociologie. Université de Lyon, 2021. Français. ⟨NNT : 2021LYSE2058⟩. ⟨tel-03586156⟩
108 View
89 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More