Regeneration b(d)oom. Territoires et politique de la régénération urbaine par projet à Londres - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2014

Regeneration b(d)oom. Territory, politics and urban regeneration in London

Regeneration b(d)oom. Territoires et politique de la régénération urbaine par projet à Londres

Abstract

In decline for most of the second half of the 20th century, London’s inner city was at the margin of the socioeconomic dynamics of the British capital for the last decades. Today it has become an essential part in London's development strategy. The aim of this thesis is threefold: it seeks to understand how this part of the city has gradually become a space for negotiating the social and spatial consequences of globalisation; it analyses the role of urban policy in this transformation; and examines the reactions of local authorities and associations. The first part studies how the political and urban regeneration model which governs this shift has stabilised at the end the 1980s in a competitive and entrepreneurial consensus. It mobilises critically the concept of “neoliberal urbanism” to show that the neoliberalisation of space in the inner city is far from being complete, in contrast to the image of an unambiguous withdrawal of the state. The second part proposes to deconstruct the spatial patterns of the global city applied to London. Based on a diachronic multivariate statistical analysis, it illustrates how the social and spatial tapestry of London has become more complex as new global centralities emerged in the 2000s. It shows how the inner city has become a "valve” where middle classes excluded from the central globalised markets negotiate their social reproduction in an increasing competitive context. The last part deals with the impacts on regeneration of the reforms introduced by New Labour and the Conservative / Liberal Democrats coalition in the 2000s. It shows how the regeneration model has been changed by the introduction of sustainability standards, the political recognition of minorities and a « participatory imperative ». This was reflected by the establishment of a specific territorial policy whose aim was to harness regeneration to the development of “pericentral” neighbourhoods. The analysis of this specific policy demonstrates that in the absence of sufficient binding redistributive mechanisms, this policy has led in practice to an accelerated privatisation of public housing and to widespread forms of “new-build” gentrification. The Conservative / Liberal Democrats coalition in power since 2010 has partially upheld the participatory mechanisms in regeneration projects. However, drawing on an ethnography of various forums established around two major urban projects, I show how the context of austerity has led in some cases to a form of privatisation of the core functions of the local urban democracy itself. A final analysis, which combines the study of regional newspapers and the interview of several groups involved in challenging major urban projects, shows that the model of regeneration is now being challenged in several political arenas; however, the protests are fragmented and struggle to develop a general discourse because of the specific project-based geography of regeneration.
Marges en déclin sociodémographique et économique dans la deuxième moitié du XXe siècle, les quartiers d’inner city se situent aujourd’hui au cœur de la stratégie de développement de la capitale britannique. Le but de ce travail est triple : il s’agit de montrer comment ces quartiers sont progressivement devenus des espaces où se négocient les conséquences sociales et spatiales de la globalisation ; d’analyser le rôle joué par les politiques publiques urbaines dans cette transformation et de donner à voir la réaction des pouvoirs locaux. La première partie analyse comment le modèle politique et urbain de la régénération qui préside à ce changement s’est stabilisé à la fin de la décennie 1980 dans un consensus entrepreneurial, compétitif et partenarial. Mobilisant de façon critique le corpus théorique de la « ville néolibérale », elle montre que la territorialisation de la régénération dans les anciens quartiers d’inner city est discrète et inachevée et fait place à de nombreux reliquats de l'intervention de la puissance publique, loin de l’image d’un retrait univoque de l’État. La deuxième partie propose de déconstruire les modèles spatiaux de la ville globale appliqués à Londres. Elle s’appuie sur une analyse statistique multivariée diachronique qui illustre comment la mosaïque sociospatiale londonienne se complexifie à mesure qu’émergent de nouvelles centralités globales dans les années 2000. Dans ce cadre, nous montrons comment les quartiers d’inner city sont devenus des « espaces-soupapes » où se réfugient les classes moyennes et supérieures exclues des marchés centraux mis sous pression par la globalisation. La dernière partie s’intéresse aux impacts des réformes introduites par les néotravaillistes dans les années 2000 et la coalition conservateurs / libéraux-démocrates, au pouvoir depuis 2010, sur les pratiques et les territoires de la régénération. Elle montre comment les réformes modifient le modèle de la régénération en y introduisant des normes de durabilité, de reconnaissance des minorités et un impératif participatif. La coalition conservateurs / libéraux-démocrates a partiellement maintenu ce cadre. Cependant, un étude ethnographique des dispositifs initiés autour de deux grands projets urbains permet de voir comment le contexte d’austérité a conduit dans certains cas à une forme de privatisation du fonctionnement même de la démocratie urbaine locale. Au total, en l’absence de mécanisme de redistribution suffisamment contraignant, les programmes de régénération conduisent dans les faits à une accélération de la privatisation du parc de logements publics et à une généralisation des formes de gentrification clé-en-main (new-build gentrification). Une dernier corpus, élaboré à partir d’une analyse de la presse régionale et du suivi de plusieurs associations engagées dans la contestation de grands projets urbains montre que la régénération est désormais contestée dans plusieurs sphères politiques ; cependant les protestations sont fragmentées et peinent à se généraliser en raison de la spatialité de la régénération, par projet.
Fichier principal
Vignette du fichier
DROZDZ - these.pdf (25.74 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

tel-02961504 , version 1 (08-10-2020)

Identifiers

  • HAL Id : tel-02961504 , version 1

Cite

Martine Drozdz. Regeneration b(d)oom. Territoires et politique de la régénération urbaine par projet à Londres. Géographie. Université de Lyon, 2014. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-02961504⟩
247 View
22 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More