Investigation sociophonétique de l’anglais en Écosse : le cas de Ayr - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2006

Sociophonetic investigation of Scottish English: a study of Ayr

Investigation sociophonétique de l’anglais en Écosse : le cas de Ayr

Monika Pukli

Abstract

This thesis has a twofold objective: first of all, the diachronic and synchronic exploration of the controversial relationship between the standard variety of English spoken in Scotland and Scots, and secondly, the presentation of an empirical study of some of the characteristics of Scottish English based on our own sociophonetic survey of contemporary speakers from Ayr. Following our general study of Scottish Standard English (SSE), our research then focuses on a set of morpho-phonological processes usually referred to as the “Scottish Vowel Length Rule” with the aim of improving on the existing descriptive and theoretical accounts of this phenomenon. The empirical framework of our study is provided by the PAC linguistic project (“La Phonologie de l’Anglais Contemporain”) based on a traditional Labovian methodology incorporating different registers of language use. Our data relating to 12 speakers thus allows us to investigate the sociolinguistic dimensions of the variety of English spoken in Ayr and to perform phonetic analyses on the variables under study. Our acoustic measurements reveal a quantitative variation of / i u ai / conditioned by the morphological and the segmental structure of the word. On the other hand, / e a o ɔ ɪ ɛ ʌ au ɔi / showed no variability linked to the morphological structure, which confirms the findings of some previous studies. As for the lengthening effect of the post-vocalic voiced consonant on the preceding vowel, no straightforward results could be obtained. From a theoretical standpoint, our study concentrates on the rather uncertain status of length in the vowel system of Scottish English. Although it is often asserted that vowel length plays no role in this variety of English, it is our contention that vowels can indeed be divided into two sets: short and long. However, the grouping we propose on the basis of our empirical results does not correspond straightforwardly to any traditional analysis.
Cette thèse comporte deux volets principaux : elle présente, d’une part, une réflexion sur la prononciation de l’anglais en Écosse et offre, d’autre part, une analyse de divers phénomènes segmentaux à partir d’une enquête sociophonétique menée à Ayr sur un corpus oral de locuteurs contemporains. La réflexion générale analyse les rapports entre anglais standard et écossais à la fois du point de vue diachronique et synchronique. Nous fournissons une description détaillée du Scottish Standard English (SSE) et, en particulier, d’un ensemble de processus morpho-phonologiques désigné par le terme «Règle de la Longueur Vocalique Écossaise» («Scottish Vowel Length Rule»). L’examen de cette «règle» constitue l’axe le plus important de nos recherches avec pour objectif une possible amélioration des modèles descriptifs et phonologiques de ce phénomène. Le cadre empirique de notre étude est constitué par le projet linguistique PAC (« La Phonologie de l’Anglais Contemporain ») fondé sur une méthodologie labovienne classique composée de divers échelons stylistiques du langage observé. Les données ainsi recueillies sur 12 locuteurs nous permettent d’explorer du point de vue sociolinguistique la variété de l’anglais parlé à Ayr et d’offrir une analyse phonétique approfondie des variables étudiées. Les mesures acoustiques effectuées nous ont permis d’identifier une variation de la durée vocalique des phonèmes / i u ai / chez les locuteurs de notre corpus en fonction de la structure morphologique et de l’environnement segmental. Cette variation s’est en revanche révélée absente pour les voyelles / e a o ɔ ɪ ɛ ʌ au ɔi /, ce qui confirme les résultats de certains travaux antérieurs. L’influence du voisement du segment consonantique suivant la voyelle sur la durée de celle-ci n’a pas pu être mise en évidence de manière catégorique. Sur le plan théorique, la question de la longueur (ou bimoraïcité) qui, pour nombre de spécialistes, constitue l’épine dorsale de la phonologie de l’anglais est au centre des préoccupations de la thèse. Bien qu’il soit souvent nié que la longueur soit pertinente dans les accents écossais, nous proposons de continuer à diviser les voyelles en deux sous-ensembles : longues et brèves. Néanmoins, la classification que nous avançons à partir de notre étude expérimentale ne correspond pas exactement aux classifications traditionnelles.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThesisMonikaPukli.pdf (2.3 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

tel-01986064 , version 1 (18-01-2019)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01986064 , version 1

Cite

Monika Pukli. Investigation sociophonétique de l’anglais en Écosse : le cas de Ayr. Linguistique. Université de Toulouse 2 Le Mirail, 2006. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01986064⟩
198 View
189 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More