Intégration de l’utilisateur au contrôle d’accès : du processus cloisonné à l’interface homme-machine de confiance - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2018

Involving the end user in access control : from confined processes to trusted human-computer interface

Intégration de l’utilisateur au contrôle d’accès : du processus cloisonné à l’interface homme-machine de confiance

Abstract

This thesis aims to provide end users with tools enhancing the security of the system they use. First, user activities of different sensitivities require to be confined in dedicated domains by an access control fitting the user’s needs. Next, in order to maintain this confinement, users must be able to reliably identify the domains they interact with, from their machine’s interface. In the first part, we present a new confinement mechanism that seamlessly adapts to user activity changes, without altering the behavior of existing access controls nor degrading the security of the system. We also describe a first implementation named StemJail, based on Linux namespaces. We improve this confinement tool by creating a new Linux security module named Landlock which can be used without requiring privileges. In a second step, we identify and model the security properties a human-computer interface (HCI) requires for the reliable and secure understanding of the system by the user. Precisely, the goal is to establish a link between the entities with which the users think they communicate, and those with which they actually communicate. This model enables to evaluate the impact of HCI components jeopardization and helps assessing a given architecture.
Cette thèse souhaite fournir des outils pour qu’un utilisateur puisse contribuer activement à la sécurité de son usage d’un système informatique. Les activités de sensibilités différentes d’un utilisateur nécessitent tout d’abord d’être cloisonnées dans des domaines dédiés, par un contrôle d’accès s’ajustant aux besoins de l’utilisateur. Afin de conserver ce cloisonnement, celui-ci doit être en mesure d’identifier de manière fiable les domaines avec lesquels il interagit, à partir de l’interface de sa machine. Dans une première partie, nous proposons un nouveau mécanisme de cloisonnement qui peut s’adapter de manière transparente aux changements d’activité de l’utilisateur, sans altérer le fonctionnement des contrôles d’accès existants, ni dégrader la sécurité du système. Nous en décrivons une première implémentation, nommée StemJail, basée sur les espaces de noms de Linux. Nous améliorons ce cloisonnement en proposant un nouveau module de sécurité Linux, baptisé Landlock, utilisable sans nécessiter de privilèges. Dans un second temps, nous identifions et modélisons les propriétés de sécurité d’une interface homme-machine (IHM) nécessaires à la compréhension fiable et sûre du système par l’utilisateur. En particulier, il s’agit d’établir un lien entre les entités avec lesquelles l’utilisateur pense communiquer, et celles avec lesquelles il communique vraiment. Cette modélisation permet d’évaluer l’impact de la compromission de certains composants d’IHM et d’aider à l’évaluation d’une architecture donnée.
Fichier principal
Vignette du fichier
these_mickael-salaun.pdf (2.68 Mo) Télécharger le fichier
Origin Version validated by the jury (STAR)
Loading...

Dates and versions

tel-01762144 , version 1 (09-04-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01762144 , version 1

Cite

Mickaël Salaün. Intégration de l’utilisateur au contrôle d’accès : du processus cloisonné à l’interface homme-machine de confiance. Cryptographie et sécurité [cs.CR]. Institut National des Télécommunications, 2018. Français. ⟨NNT : 2018TELE0006⟩. ⟨tel-01762144⟩
563 View
1484 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More