Insectes pollinisateurs dans les paysages agricoles : approche pluri-échelle du rôle des habitats semi-naturels, des pratiques agricoles et des cultures entomophiles - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2010

Insect pollinators in the agricultural landscapes: pluri-scale approach of the role of the semi-natural habitats, the agricultural practices and the entomophiles cultures

Insectes pollinisateurs dans les paysages agricoles : approche pluri-échelle du rôle des habitats semi-naturels, des pratiques agricoles et des cultures entomophiles

Abstract

agricultural landscapes where oilseed rape, a mass flowering crop, is produced. It is original as it considers agricultural practices and not only the amount of semi-natural habitats, to assess the impacts of agricultural intensification. In 14 European sites, the bees are adversely affected by agricultural intensification (measured by the amount of pesticides and nitrogen fertilizers and by the livestock density) and positively affected by the amount of semi-natural habitats. At the landscape scale, we find that : (1) bees and hoverflies are more abundant on oilseed rape (OSR) field margins than on other types of field margins, showing the attractiveness of OSR ; (2) the role of semi-natural habitats can differ according to the landscape structure : in the “bocage”, hedgerows and grasslands have a positif impact whereas in the openfield, bees seem to rely on lanes (providing nesting sites for ground-nesting bees) and field margins (providing floral resources) ; (3) in the “bocage”, accounting for the recent past use (5 years) of crop fields shows that temporary grasslands in crop rotations have a positive impact on solitary bee species richness. An analysis of the spatial distribution of pollinator insects in OSR fields indicates that (1) in the “bocage”, all insects use both the edges and the interior of fields. Bumblebees, whose flight capabilities are most important, use preferentially the interior of fields, where the amount of resources is maximum, (2) in the openfield, where the amount of OSR is higher, we observe a "dilution" effect, which makes more difficult the understanding of insect behavior. By improving knowledge about spatial distribution of pollinator insects, our study permits to better estimate pollen flow, and therefore the potential impacts of transgenic crops.
pollinisateurs (abeilles et syrphes) dans les paysages agricoles, en présence d'une culture entomophile, le colza. Son originalité réside dans la prise en compte des pratiques agricoles, et non pas uniquement de la quantité d'habitats semi-naturels, pour évaluer l'impact de l'intensification agricole. A l'échelle de 14 sites européens, les abeilles sont affectées négativement par l'intensification agricole (mesurée par la quantité de pesticides et fertilisants azotés et par la charge en bétail) et positivement par la quantité d'habitats semi-naturels. A l'échelle du paysage, nous avons montré que : (1) les abeilles et les syrphes se concentrent au niveau des parcelles de colza, culture nectarifère fortement attractive ; (2) le rôle des habitats semi-naturels diffère en fonction du type de paysage : dans le bocage, les haies et les prairies jouent un rôle important ; dans l'openfield, les chemins (sites de nidification des abeilles terricoles) et les bordures de parcelles (sources de fleurs) semblent jouer un rôle majeur ; (3) une analyse de l'histoire récente (sur 5 ans) met en évidence le rôle positif de la présence de prairies temporaires dans les rotations culturales sur la richesse spécifique des abeilles solitaires. Une étude de la répartition spatiale des insectes pollinisateurs au sein des parcelles de colza indique que (1) dans le bocage, l'ensemble des insectes considérés utilise à la fois les bordures et l'intérieur des parcelles. Les bourdons, dont les capacités de vol sont les plus importantes, fréquentent préférentiellement le centre des parcelles, où nous avons montré que la quantité de ressources est maximale ; (2) dans l'openfield, où la surface en colza est plus élevée, nous observons un effet « dilution », qui rend plus difficile la compréhension du comportement des insectes. En améliorant les connaissances sur l'utilisation de l'espace par les insectes pollinisateurs, ce travail permet de mieux estimer les flux de pollen, et donc les risques potentiels associés à la mise en place de cultures transgéniques.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThA_se_Violette_Le_FA_on_2010.pdf (5.49 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

tel-00566660 , version 1 (16-02-2011)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00566660 , version 1

Cite

Violette Le Féon. Insectes pollinisateurs dans les paysages agricoles : approche pluri-échelle du rôle des habitats semi-naturels, des pratiques agricoles et des cultures entomophiles. Ecologie, Environnement. Université Rennes 1, 2010. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00566660⟩
2739 View
7030 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More