« Plaise à la cour », Les stratégies de défense des prisonniers politiques upécistes face à la justice coloniale (1955-1960) - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year : 2022

"Plaise à la cour", Defense strategies of upecist political prisoners against colonial justice (1955-1960)

« Plaise à la cour », Les stratégies de défense des prisonniers politiques upécistes face à la justice coloniale (1955-1960)

Abstract

This Master's thesis, directed by Pascale Barthélémy and defended in June 2022 at the Ecole Normale Supérieure de Lyon, aims to study the defense strategies of political prisoners of the Union des Populations du Cameroun (UPC), a Cameroonian nationalist movement that fights for the unification and independence of the territory under UN trusteeship and administered by France. While these nationalist activists face a strong judicial repression following the dissolution of the party in July 1955, they massively seize the law in prison, because of a militant political and legal culture developed specifically within the UPC. To this end, they create alliances with metropolitan and local lawyers of the "communist conglomerate", members of the "Comité de Défense des Libertés Démocratiques en Afrique Noire" (CDLDAN) - (Committee for the Defense of Democratic Liberties in Black Africa). By studying their strategies in the turbulent context of the five years preceding independence, the aim is to show that the use of law, but also of more traditional collective-action repertoires by the upecists in prison, is part of a voluntary process of political subjectivation. Starting from this question, the study develops in two main axes. In a first chronological part, I start from the analysis of the legal strategies put in place by the CDLDAN with the accused in order to show that they are influenced by the variations of the political context between 1955 and 1960. Indeed, the action of the lawyers, which was initially relatively effective in the early days of the repression, was limited by the accentuation of the judicial repression and the short-circuiting of the means of defense, the absence of support from the communist conglomerate, and then the independence of Cameroon, which caused a break in the ties between the prisoners and their French lawyers. It emerges from this study that the elaboration of a strictly political defense, although advocated in theory for all trials targeting upecists, is only assumed by CDLDAN lawyers in legal cases and political contexts where this type of strategy does not risk jeopardizing the individual situation of the accused. In a second thematic section, we can see that because of the obstacles that limit the action of lawyers, Cameroonian prisoners are forced to become autonomous and will set up their own registers of mobilization to act on the juridical, legislative and media levels - which also corresponds to their desire to assert themselves as political subjects by investing the same fields as cause lawyers. They rely on the upecist political culture that has made the mastery of law a major skill, in connection with the particular positioning of Cameroon within the French colonial empire. The collective dimension of prisoner mobilization, organized around pivotal individuals with a certain cultural capital, facilitates the pursuit of legal and political education in prison and strengthens the scope of mobilizations.
Ce mémoire de Master 2 dirigé par Pascale Barthélémy et soutenu en juin 2022 à l'Ecole Normale Supérieure de Lyon vise à étudier les stratégies de défense des prisonniers politiques de l’Union des Populations du Cameroun (UPC), mouvement nationaliste camerounais qui lutte pour l’unification et l’indépendance du territoire sous tutelle de l’ONU et administré par la France. Alors que ces militants nationalistes font face à une forte répression judiciaire suite à la dissolution du parti en juillet 1955, ils se saisissent massivement du droit en prison, du fait d’une culture militante politico-juridique développée spécifiquement au sein de l’UPC. Pour cela, ils s'allient avec des avocats métropolitains et locaux du "conglomérat communiste", membres du Comité de Défense des Libertés Démocratiques en Afrique Noire (CDLDAN). En étudiant leurs stratégies dans le contexte agité des cinq années qui précèdent l’indépendance, il s’agit de montrer que les usages du droit mais aussi de répertoires d’action plus traditionnels par les upécistes en prison participent d’un processus volontaire de subjectivation politique. En partant de cette question, l’étude se développe en deux axes principaux. Dans une première partie chronologique, je pars de l’analyse des stratégies juridiques mises en place par le CDLDAN avec les inculpés afin de montrer qu’elles sont influencées par les variations du contexte politique entre 1955 et 1960. En effet, d’abord relativement efficace dans les premiers temps de la répression, l’action des avocats est limitée par l’accentuation de la répression judiciaire et le court-circuitage des moyens de défense, l’absence de soutien du conglomérat communiste, puis l’indépendance du Cameroun qui cause la rupture des liens entre les prisonniers et leurs avocats français. Il ressort de cette étude que l’élaboration d’une défense strictement politique, bien que préconisée en théorie pour tous les procès visant les upécistes, n’est assumé par les avocats du CDLDAN que dans des cas juridiques et des contextes politiques où ce type de stratégie ne risque pas de mettre en péril la situation individuelle de l’inculpé. Dans une seconde partie thématique, on peut voir qu’en raison des obstacles qui limitent l’action des avocats, les prisonniers camerounais sont contraints à s’autonomiser et vont mettre en place leurs propres registres de mobilisation pour agir sur les plans juridique, législatif et médiatique – ce qui correspond aussi à leur volonté de s’affirmer comme des sujets politiques en investissant les mêmes domaines que les cause lawyers. Ils s’appuient pour cela sur la culture politique upéciste qui a fait de la maîtrise du droit une compétence majeure, en lien avec le positionnement particulier du Cameroun au sein de l’empire colonial français. La dimension collective de la mobilisation des prisonniers, organisée autour d’individus pivots dotés d’un certain capital culturel, facilite la poursuite d’une éducation juridique et politique en prison et renforce la portée des mobilisations.
Fichier principal
Vignette du fichier
Marine Bellot-Gurlet - Plaise à la cour - Mémoire de M2 en Histoire contemporaine - Relecture 10_2022.pdf (2.57 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Publisher files allowed on an open archive

Dates and versions

halshs-03806882 , version 1 (08-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-03806882 , version 1

Cite

Marine Bellot-Gurlet. « Plaise à la cour », Les stratégies de défense des prisonniers politiques upécistes face à la justice coloniale (1955-1960). 2022. ⟨halshs-03806882⟩
119 View
164 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More