L'héritage conservateur du néolibéralisme - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Astérion Year : 2021

The Conservative Legacy of Neoliberalism

L'héritage conservateur du néolibéralisme

Abstract

The 1930s and 1940s marked a period of crisis for liberalism. Authors as diverse as Hayek, Röpke, Lippmann, Polanyi and Rougier came together at two founding events, the Walter Lippmann Colloquium in 1938 and the creation of the Mont-Pèlerin Society in 1947, to rethink liberalism. This rethinking of the liberal project led them to establish a diagnosis of the crisis of liberalism, which, for the authors mentioned, goes back to the French Revolution. This article proposes to show the coherence of the neoliberal project from their historical diagnosis in this period of crisis. Indeed, by criticizing the French Revolution and its effects as part of a harmful rationalism, which gave rise to both laissez-faire and various collectivisms, neoliberals explicitly take up concepts from critics of the revolution, especially Edmund Burke. The concept of tradition, understood as covering social and legal rules that have slowly evolved to constitute coordination mechanisms that allow our actions, is thus very largely taken up and valued by neoliberals. We thus interpret neoliberal theory on the basis of this recategorization of the concept of tradition, and point out the affinities of neoliberal positions with philosophical conservatism. This rapprochement reveals several conceptual tensions between cultural evolutionism on the one hand and the defence of substantial Western values on the other.
Les années 1930 et 1940 marquent une période de crise pour le libéralisme. Des auteurs aussi divers que Hayek, Röpke, Lippmann ou encore Polanyi et Rougier se réunissent, lors de deux événements fondateurs, le Colloque Walter Lippmann en 1938 et la création de la Société du Mont Pèlerin en 1947, pour repenser le libéralisme. Cette refonte du projet libéral les pousse à établir un diagnostic relatif à la crise du libéralisme, remontant, pour les auteurs mentionnés, à la Révolution Française. Cet article se propose de montrer la cohérence du projet néolibéral à partir de leur diagnostic historique dans cette période de crise. En effet en critiquant la Révolution Française et ses effets comme participant d’un rationalisme néfaste, ayant donné naissance aussi bien au laissez-faire qu’aux divers collectivismes, les néolibéraux reprennent explicitement des concepts des critiques de la révolution, au premier rang desquels Edmund Burke. Le concept de tradition, compris comme recouvrant des règles sociales et juridiques ayant lentement évoluées de façon à constituer des dispositifs de coordination permettant nos actions, est ainsi très largement repris et valorisé par les néolibéraux. Nous interprétons ainsi la théorie néolibérale à partir de cette recatégorisation du concept de tradition, et pointons les affinités des positions néolibérales avec le conservatisme philosophique. Ce rapprochement fait apparaître plusieurs tensions conceptuelles entre d’une part un évolutionnisme culturel et d’autre part la défense de valeurs occidentales substantielles.
Fichier principal
Vignette du fichier
Néolibéralisme et RF version presque finale.pdf (403.05 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

halshs-02488697 , version 1 (23-02-2020)

Licence

Identifiers

Cite

Martin Beddeleem, Nathanaël Colin-Jaeger. L'héritage conservateur du néolibéralisme. Astérion, 2021, 2020 (23), ⟨10.4000/asterion.5452⟩. ⟨halshs-02488697⟩
272 View
177 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More