Diane courtisane dans l’entrée royale de Henri II (Lyon, 1548) : une fable politique de Maurice Scève ? - Archive ouverte HAL Access content directly
Journal Articles Réforme, Humanisme, Renaissance Year : 2024

Diane courtisane dans l’entrée royale de Henri II (Lyon, 1548) : une fable politique de Maurice Scève ?

Abstract

Highlighted by Scève in the royal entry of 1548, the figure of Diane could easily be read as a courtesan allegory. Yet the poet, secretive and independent, never really claimed his place in the political arena. How then could he keep the antagonistic roles of the anonymous independent poet and the court poet balanced ? Scève's ingenious portrayal of Diana is, in this entry, a real tour de force: he manages to reveal himself a clever courtier while avoiding pure servile apology, in keeping with his distinctive autonomy and taste for anonymity.
Mise à l’honneur par Scève dans l’entrée royale de 1548, la figure de Diane se laisse aisément lire comme une allégorie courtisane. Or, le poète, secret et indépendant, n’a jamais véritablement revendiqué sa place sur le terrain politique. Comment maintenir alors les rôles antagonistes de l’anonyme indépendant et du poète de cour ? A travers l’ingénieuse mise en scène qu’il fait de Diane dans cette entrée, Scève réalise un véritable tour de force : il parvient à se montrer fin courtisan tout en se préservant de la pure apologie servile, conformément à l’autonomie et au goût de l’anonymat qui le caractérisent.
No file

Dates and versions

hal-04602815 , version 1 (06-06-2024)

Identifiers

Cite

Adélaïde Guillou. Diane courtisane dans l’entrée royale de Henri II (Lyon, 1548) : une fable politique de Maurice Scève ?. Réforme, Humanisme, Renaissance, 2024, N° 98 (1), pp.39-58. ⟨10.3917/rhren.098.0039⟩. ⟨hal-04602815⟩
18 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More