Savenay (Loire-Atlantique, Pays de la Loire), La Gagnerie du Tertre. Une unité de l’hôpital américain de Savenay (1917-1919), Rapport d’opération de fouille archéologique, 3 vol., 992 p. - Archive ouverte HAL Access content directly
Reports Year : 2022

Savenay (Loire-Atlantique, Pays de la Loire), La Gagnerie du Tertre. Une unité de l’hôpital américain de Savenay (1917-1919), Rapport d’opération de fouille archéologique, 3 vol., 992 p.

Abstract

La prescription par le Service Régional de l’Archéologie des Pays de la Loire d’une fouille d’archéologie préventive de 33 200 m² au lieu-dit la Gagnerie du Tertre sur la commune de Savenay (Loire-Atlantique) fait suite au projet de construction d’un établissement scolaire sur les parcelles ZC175 et 177 porté par la Fondation de la Providence. La fouille a donné lieu à l’enregistrement de 730 faits majoritairement contemporains d’une unité hospitalière de l’armée américaine datée de la Première Guerre mondiale. Le reste des vestiges contemporains correspondent aux formes parcellaires observées sur les cadastres des XIXe et XXe siècles. On recense enfin pour les périodes les plus anciennes quelques pièces lithiques préhistoriques ainsi qu’une fosse et un possible chemin encavé de l’époque gauloise. Cette opération menée sur un site de la Première Guerre mondiale est inédite pour la région. Elle s’inscrit dans une approche nouvelle de l’archéologie de la Grande Guerre perçue jusqu’alors par les champs de bataille et permet d’aborder le conflit en arrière des lignes de front et de traiter de la logistique militaire des États-Unis en temps de guerre. Les vestiges du camp américain fouillés à la Gagnerie du Tertre s’organisent en deux secteurs distincts. Un premier secteur clos de palissades repéré sur 1,6 ha, et un second secteur dans l’angle nord-ouest de l’emprise où une vingtaine de fosses dépotoirs ont été creusées. L’unité mise au jour respecte un plan orthogonal de 150 mètres de large matérialisé par des palissades périphériques ou internes au camp et un vaste réseau de canalisations et fossés drainants assurant l’alimentation en eau potable et l’assainissement du site. L’entrée mise en évidence à l’est du projet donne accès à plusieurs espaces d’une superficie comprise entre 2 000 et 7 700 m² et au sein desquels sont installés des baraquements construits sur solins de mâchefer. Une vingtaine de constructions de 100 à 200 m² ont été identifiées avec un état de conservation très variable, certaines se devinant uniquement par la présence de canalisations et de rares éléments de béton. L’analyse structurelle des constructions et des équipements environnants laissent par ailleurs envisager des usages fonctionnels variés comme celui de hangars ou de réfectoires. Les fosses dépotoirs localisées dans l’enceinte du camp sont essentiellement implantées dans la moitié occidentale. Elles s’appuient globalement sur les limites du site (palissades) et suivent l’orientation générale des baraquements. Elles témoignent d’une certaine homogénéité tant dans leur creusement que leur comblement majoritairement composé de déchets de construction. À l’inverse, la vingtaine de fosses constituant le second groupe et localisée dans l’angle nord-ouest du projet présente un comblement différent. Ces fosses ont livré la majorité du mobilier archéologique. Il s’agit d’objets en lien avec la construction (second œuvre), ou relevant de la vie quotidienne. Les contextes militaire et hospitalier de l’occupation sont également rappelés avec la présence de nombreux effets militaires ou produits de santé. La fouille de ces vestiges a enfin révélé la présence de prisonniers de guerre allemands et austro-hongrois dont une partie du camp semble leur être affectée. À une échelle plus large, cette étude renseigne sur l’économie et la société de ce début de XXe siècle. Le mobilier permet tout d’abord d’aborder plusieurs thématiques historiques telles que le déploiement d’une armée en temps de guerre et la mise en place de la logistique nécessaire à sa bonne installation. Il renseigne sur les questions de santé et d’hygiène en traitant notamment des structures sanitaires ou de la gestion des déchets en contexte hospitalier. Ce corpus permet enfin de développer des sujets économiques en travaillant sur les lieux d’approvisionnement et l’acheminement des matières premières (construction, alimentation…). Une étude documentaire menée dans les fonds nationaux et étrangers a enfin livré de nombreuses informations à même d’appréhender les vestiges du site et de saisir le contexte historique de l’intervention. Les perspectives de recherches offertes par la fouille de la Gagnerie du Tertre sont donc nombreuses. L’ouest de la France offre à cet égard un vaste champ d’étude et le premier inventaire des structures logistiques et hospitalières sur ce territoire demande à être poursuivi afin d’identifier plus précisément les sites retenus par l’armée américaine et d’évaluer leur potentiel d’étude dans le cadre de futures opérations archéologiques. Un dernier enjeu soulevé par cette opération est celui de la place à accorder à cette présence américaine dans la construction de nos mémoires collectives nécessitant de fait une approche pluridisciplinaire des évènements.
No file

Dates and versions

hal-04592943 , version 1 (29-05-2024)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04592943 , version 1

Cite

Antoine Le Boulaire, Olivier Cotté, Benjamin Dufour, Philippe Forré, Xavier Hénaff, et al.. Savenay (Loire-Atlantique, Pays de la Loire), La Gagnerie du Tertre. Une unité de l’hôpital américain de Savenay (1917-1919), Rapport d’opération de fouille archéologique, 3 vol., 992 p.. INRAP Grand-Ouest. 2022, pp.992. ⟨hal-04592943⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More