Yves Guéna, ministre des Postes et Télécommunications - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Sections Year : 2023

Yves Guéna, ministre des Postes et Télécommunications

Abstract

Yves Guéna est ministre des Postes et Télécommunications entre le 7 avril 1967 et le 20 juin 1969, avec une coupure d’une quarantaine de jours au lendemain des événements de Mai, de juin à début juillet 1968, durant laquelle il est ministre de l’Information . À sa prise de fonc¬tions, il paraît à la une du magazine interne de l’administration, qui fait connaître aux 320 000 agents et à leurs familles, soit près d’un million de personnes, son visage et son ambition de « devenir le plus vite possible le premier postier de France » . La référence implicite à Georges Clemenceau, qui s’était présenté comme le « premier flic de France », a quelque chose de maladroit - le ministre de l’Intérieur avait brisé une grève de postiers en 1909 en ayant recours à l’Armée - et, on le verra, de prémonitoire. Le ministre veut surtout exprimer par là sa détermination, alors qu’élu à l’Assemblée depuis 1962, il n’a jamais traité des postes et télécommunications, ni de près ni de loin. À 45 ans, c’est aussi sa première expérience au gouvernement. Il avait espéré y entrer en 1966 déjà, mais l’exécutif y avait semble-t-il renoncé faute d’un ancrage électoral suffisant . Deux défaites consécutives aux cantonales et aux municipales à Périgueux étaient de mauvais augures pour les législatives toutes proches, prévues en 1967. La victoire acquise lors de ce scrutin ouvre en revanche les portes du nouveau gouvernement formé par le Premier ministre Georges Pompidou. Ce dernier appelle Guéna et l’interroge: « Je n’ai plus grand-chose pour vous, accepteriez-vous les PTT? » . Subalterne dans la hiérarchie ministérielle, ce portefeuille technique est néanmoins plus valorisant que le secrétariat d’Etat habituellement réservé aux novices. Guéna accepte immédiatement, savourant la confiance qui lui est ainsi accordée par Pompidou et plus encore par l’homme qu’il admire entre tous, le général de Gaulle, premier Président de la Ve République . Il lui incombe désormais de faire voter et de mettre en œuvre un budget hors norme. Annexé au budget général, représentant 13,5 milliards de Francs, soit l’équivalent du chiffre d’affaires d’EDF, il permet le fonctionnement d’un service public ou plutôt d’une collection de services utilisés au quotidien par les Français -courrier, petite messagerie, télégraphe, téléphone, télex, comptes chèques postaux (CCP), caisse d’épargne. Aussi peut-on imaginer que Guéna a à cœur de ne pas décevoir. Au bout du compte pourtant, c’est lui qui sera déçu. Il se sent en effet désavoué lorsque Pompidou, présentant son projet présidentiel après la démission de Charles de Gaulle au printemps 1969, fait du téléphone un thème de campagne. En retrait depuis qu’il a laissé sa place de Premier ministre à Maurice Couve de Murville en juillet 1968, Pompidou dresse un bilan fort sombre de l’action du ministre, déclarant sur Europe 1 le 15 mai : « Le téléphone est une misère en France et pourtant les crédits ont été augmentés considérablement…» . Guéna n’est pas directement cité, mais il se sent visé. Plus de quarante ans après les faits, il s’interroge encore : « Avait-il oublié tout ce que durant l’année où j’avais été son ministre des PTT, nous avions fait d’un commun accord pour le téléphone, et les premiers résultats acquis? (...) J’étais sans rancœur, ayant déjà quelque expérience de la politique, mais sans illusion pour la suite » . Comprendre : en cas de victoire, Pompidou cette fois ne l’appellerait pas. Ce qui fut effectivement le cas. Pourquoi ce désaveu ? Pour répondre à cette question, nous pouvons croiser le témoignage d’Yves Guéna d’un côté , et une historiographie déjà riche sur les postes et télécommunications durant cette période de l’autre , à laquelle s'ajoute enfin une série d’analyses et mémoires d’acteurs. Un fort contraste apparaît d’emblée entre l’action revendiquée par le ministre et son relatif effacement dans le reste du corpus, qui met volontiers en avant les membres des cabinets ministériels , les administrateurs voire les usagers dans ce qui est néanmoins décrit par tous comme un moment charnière dans l’histoire de ces services . Au-delà du désaveu, nous interrogerons donc aussi la marque réciproque du ministre sur les PTT et de cette expérience ministérielle sans lendemain immédiat sur l’homme politique. Nous commencerons par présenter les sujets transversaux (réorganisation de l’administration centrale, gestion de la crise de mai 1968 aux PTT), avant d’aborder ceux propres au téléphone (décrits par l’intéressé comme « son combat quotidien » ou « son pain noir » ) et au service postal, en présentant notamment les conditions du transfert de l’imprimerie des timbres à Périgueux.
No file

Dates and versions

hal-04170951 , version 1 (25-07-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04170951 , version 1

Cite

Léonard Laborie, Sébastien Richez. Yves Guéna, ministre des Postes et Télécommunications : De la consécration au désaveu (1967-1969). Christine Bouneau; Sylvie Guillaume; Bernard Lachaise. Yves Guéna (1922-2016). Un gaulliste dans l'histoire de France, Cairn, pp.89-99, 2023, 9791070062647. ⟨hal-04170951⟩
25 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More